Le temps qu’il fait à Bruxelles   Le temps de Bruxelles :

Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Bibliographie : table des matières, index des notions — Retour à la page personnelle
Auteurs : A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, U, V, W, X, Y, Z,
Auteur-œuvres : A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, U, V, W, X, Y, Z,

Mary Gabriel, Notorious Victoria, 1998

Mary Gabriel, Notorious Victoria : The life of Victoria Woodhull, uncensored, Algonquin Books of Chapel Hill, Chapel Hill, NC, 1998, xii + 372 pages, ISBN : 1-56512-132-5.

Victoria Woodhull (1838-1927) est fille d’un avocat escroc, adepte du spiritisme. Elle entend affirmer son droit à l’indépendance comme femme, à l’égal des hommes. Elle fonde avec sa sœur une agence en bourse où elle connaîtra une certaine réussite et une certaine aisance. Elle fonde son propre journal. Elle défend les droits de toutes les femmes, surtout celles qui, comme elle, ont eu une vie difficile. Elle est une féministe en vue, mais ses relations avec les féministes bourgeoises n’ont pas toujours été faciles. Elle attaque l’establishment entre autres en dénonçant l’hypocrisie du prédicateur à succès Henri Ward Beecher, frère de Harriet Beecher Stowe, l’autrice 1 de la Case de l’oncle Tom. Elle se porte candidate à la présidence des États-Unis. Elle fonde une section de la Première Internationale, qu’elle veut mettre à la remorque de sa campagne électorale. Elle en est exclue parce que l’Internationale ne veut pas être utilisée à des objectifs qui ne sont pas les siens. (On retrouve son nom sous la plume de Karl Marx et de Friedrich Engels dans diverses lettres sur cette affaire.)

Exemplaire déclassé de la Louis Bay 2nd Library, Hawthorne, NJ ; acheté à Better World Books, IN, le 18 juillet 2017 par Biblio.co.uk et reçu le mardi 1er août.
Notes
1.
La langue française classique voudrait qu’on dise auteur pour une femme comme pour un homme. Dans la vague féministe de la seconde moitié du 20e siècle, on a vu apparaître auteure, surtout au Canada. J’ai découvert récemment (2017) que le français avait connu aussi le couple auteur, autrice, comme il y a acteur, actrice et bien d’autres. C’est l’Académie française qui a, bien à tort, condamné ce mot (fr.wiktionary.org/wiki/autrice). Auteure est donc un néologisme inutile, qui présente en outre l’inconvénient de ne pas marquer le genre oralement. Autrice me plait ; tant pis pour l’Académie ; j’adopte autrice avec délices.