Dominique Meeùs
Dernière modification le   
retour à la page principale du dossier

III
La Fabrique.

Félicité finit par fermer à clef, pendant le jour, la mansarde du solitaire et l’envoyer jouer au jardin. Celui-ci avait été réduit d’emprise en emprise aux dimensions d’un préau. Des fenêtres de la maison les yeux de l’espionne pouvaient en fouiller les moindres recoins. Aussi, las de cette surveillance, le gamin incursionna sur le territoire même de l’usine.

Les quinze cents têtes de la fabrique se courbaient sous un règlement d’une sévérité draconienne. C’étaient pour le moindre manquement des amendes, des retenues de salaire, des expulsions contre lesquelles il n’y avait pas d’appel. Une justice stricte. Pas d’iniquité, mais une discipline casernière, un code de pénalités mal proportionnées aux offenses, une balance toujours penchée du côté des maîtres.

Saint-Fardier, un gros homme à tête de cabotin, olivâtre, lippeux et crépu comme un quarteron, parcourait, à certains jours, la fabrique, en menant un train d’enfer. Il hurlait, roulait des yeux de basilic, battait des bras, faisait claquer les portes, chassait comme un bolide d’une salle dans l’autre. Au passage de cette trombe s’amoncelaient la détresse et la désolation. Par mitraille les peines pleuvaient sur la population ahurie. La moindre peccadille entraînait le renvoi du meilleur et du plus ancien des aides, Saint-Fardier se montrait aussi cassant avec les surveillants qu’avec le dernier des apprentis. On aurait même dit que s’il lui arrivait de mesurer ses coups et de distinguer ses victimes, c’était pour frapper de préférence les vieux serviteurs, ceux qu’aucune punition n’avait encore atteints ou qui travaillaient à l’usine depuis sa fondation. Les ouvriers l’avaient surnommé le Pacha, tant à cause de son arbitraire que de sa paillardise.

Dobouziez, aussi entier, aussi autoritaire que son associé, était moins démonstratif, plus renfermé. Lui était le juge, l’autre l’exécuteur. Au fond. Dobouziez, ce taupin bien élevé, jaugeait à sa valeur son ignare et grossier partenaire qu’un riche mariage avait mis en possession d’un capital égal à celui de son associé. Le mathématicien s’estimait heureux d’employer ce gueulard, cet homme de poigne, aux extrémités répugnant à sa nature fine et tempérée.

On avait remarqué que les coupes sombres opérées dans l’important personnel coïncidaient généralement avec une baisse de l’article fabriqué ou une hausse de la matière première.

Cependant Dobouziez devait refréner le zèle de son associé qui, stimulé encore par une affection hépatique, se livrait à des proscriptions dignes d’un Marius.

Industriel très cupide, mais non moins sage, Dobouziez qui admettait l’exploitation du prolétaire, réprouvait à l’égal d’utopies et d’excentricités poétiques toute barbarie inutile et toute cruauté compromettante, Il assimilait ses travailleurs à des êtres d’une espèce inférieure, à des brutes de rapport qu’il ménageait dans son propre intérêt. C’était un positiviste frigide, une parfaite machine à gagner de l’argent, sans vibration inopportune, sans velléités sentimentales, ne déviant pas d’un millième de seconde. Chez lui rien d’imprévu. Sa conscience représentait un superbe sextant, un admirable instrument de précision. S’il était vertueux, c’était par dignité, par aversion pour les choses irrégulières, le scandale, le tapage, et aussi parce qu’il avait vérifié sur la vie humaine que la ligne droite est, en somme, le chemin le plus court d’un point à un autre. Vertu d’ordre purement abstrait.

S’il désapprouvait les éclats de son trop bouillant acolyte, c’était au nom de l’équilibre, du bel ordre ; par respect pour l’alignement ; le niveau normal, pour sauver les apparences et préserver la symétrie.

En se promenant dans la fabrique, ce qui lui arrivait à de très rares occasions, par exemple lorsqu’il s’agissait d’expérimenter ou d’appliquer une invention nouvelle, — il s’étonnait parfois de l’absence d’une figure à laquelle il s’était habitué.

— Tiens ! disait-il à son compère, je ne vois plus le vieux Jef ?

— Nettoyé ! répondait Saint-Fardier, d’un geste tranchant comme un couperet.

— Et pourquoi cela ? objectait Dobouziez. Un ouvrier qui nous servait depuis vingt ans !

— Peuh !… Il buvait… Il était devenu malpropre, négligent ! Quoi !

— En vérité ? Et son remplaçant ?

— Un solide manœuvre qui ne touche que le quart de ce que nous coûtait cet invalide.

Et Saint-Fardier clignait malicieusement de l’œil, épiant un sourire d’intelligence sur le visage de son associé, mais l’autre augure ne se déridait pas et sans désapprouver, non plus, ce renvoi, rompait les chiens, d’un air indifférent.

Certes, il fallait à ces ouvriers une forte dose de philosophie et de patience pour endurer sans se rebiffer la superbe, les mépris, les rigueurs, l’arbitraire des patrons armés contre eux d’une légalité inique !

Et que d’accidents, d’infirmités, de mortuaires aggravant le sort de ces ilotes ! La nature de l’industrie même enchérissait sur la malveillance des industriels.

Laurent qui visitait l’usine dans tous ses organes, qui suivait les œuvres multiples que nécessite la confection des bougies depuis le traitement des fétides matières organiques, graisses de bœufs et de moutons, d’où se sépare, non sans peine, la stéarine blanche et entaillée, jusqu’à l’empaquetage, la mise en caisse et le chargement sur les camions, — Laurent ne tarda pas à attribuer une influence occulte, fatidique et perverse au milieu même, à cet appareil, à cet outillage où se trouvaient appliqués tous les perfectionnements de la mécanique et les récentes inventions de la chimie.

Il descendait dans les chambres de chauffe, louvoyait dans les salles des machines, passait des cuves où l’on épure la matière brute en la fondant et en la refondant encore, aux presses où, dépouillée de substances viles, comprimée en des peaux de bêtes, elle se solidifie à nouveau.

Au nombre des ateliers où se trituraient les graisses, le plus mal famé était celui des acréolines, substance incolore et volatile dont les vapeurs corrosives s’attaquaient aux yeux des préparateurs. Les patients avaient beau se relayer toutes les douze heures et prendre de temps en temps un congé pour neutraliser les effets du poison, à la longue l’odieuse essence déjouait leurs précautions et leur crevait les prunelles.

C’était comme si la Nature, l’éternel sphynx furieux de s’être laissé ravir ses secrets, se vengeait sur ces infimes auxiliaires des défaites que lui infligeaient les savants.

Plus expéditive que les vapeurs corrodantes, mais aussi lâche, aussi sournoise, la force dynamique cache son jeu et, ne parvenant pas toujours à se venger en bloc, par une explosion, des hommes qui l’ont asservie, guette et atteint, une à une, ses victimes. Le danger n’est pas à l’endroit où la machine en pleine activité gronde, mugit, trépigne, met en trépidation les épaisses cages de maçonnerie, dans lesquelles sa masse d’acier, de cuivre et de fonte, plonge jusqu’à mi-corps, comme un géant emmuré vif. Ses rugissements tiennent en éveil la vigilance de ses gardiens. Et même prêt à se libérer de ses entraves, à éclater, à tout faire sauter autour de lui, le monstre est trahi par son flotteur d’alarme et la vapeur accumulée s’échappe inoffensive par les soupapes de sûreté. Mais, c’est loin du générateur, des volants et des bielles que la machine conspire contre ses servants. De simples rubans de cuir se détachent de la masse principale, comme les longs bras d’un poulpe, et, par des trous pratiqués dans les parois, actionnent les appareils tributaires. Ces bandes sans fin se bobinent et se débobinent avec une grâce et une légèreté éloignant toute idée de sévices et d’agressions. Elles vont si vite qu’elles en semblent immobiles. Il y a même des moments qu’on ne les voit plus. Elles s’échappent, s’envolent, retournent à leurs point de départ, repartent sans se lasser, accomplissent des milliers de fois la même opération, évoluent en faisant à peine plus de bruit qu’un battement d’ailes ou le ronron d’une chatte câline, et lorsqu’on s’en approche leur souffle vous effleure tiède et zéphyréen.

À la longue l’ouvrier qui les entretient et les surveille ne se défie pas plus de leurs atteintes que le dompteur ne suspecte l’apparente longanimité de ses félins. Aux intervalles de la besogne, elles le bercent, l’induisent en rêverie ; ainsi, murmures de l’eau et nasillements de rouet. Mais chattes veloureuses sont panthères à l’affût. Toujours d’aguets, dissimulées elles profiteront de l’assoupissement, d’une simple détente, d’un furtif nonchaloir, d’un geste indolent du manœuvre, du besoin qu’il éprouvera de s’adosser, de s’étirer en évaguant…

Elles profiteront même de son débraillé. Une chemise bouffante, une blouse lâche, un faux pli leur suffira. Maîtresses d’un bout de vêtement, les courroies de transmission, adhésives ventouses, les chaînes sans fin, tentacules préhensiles, tirent sur l’étoffe et, avant qu’elle se déchire, l’aspirent, la ramènent à eux ; et le pauvre diable à sa suite. Vainement il se débat. Le vertige l’entraîne. Un hurlement de détresse s’est étranglé dans sa gorge. Les tortionnaires épuisent sur ce patient la série des supplices obsolètes. Il est étendu sur les roues, épiauté, scalpé, charcuté, dépecé, projeté membre à membre, à des mètres de là comme la pierre d’une fronde, ou exprimé comme un citron, entre les engrenages qui aspergent de sang, de cervelle et de moelles les équipes ameutées, mais impuissantes. Rarissime l’holocauste racheté au minotaure ivre de représailles ! S’il en réchappe, c’est avec un membre de moins, un bras réduit en bouillie, une jambe fracturée en vingt endroits. Mort pour le travail, vivant dérisoire !

Courir sus à la tueuse ? Arrêter le mouvement ? L’homme est estropié ou expédié avant qu’on ait seulement eu le temps de s’apercevoir de l’inégal corps à corps.

Laurent assimila aux pires engins de torture et aux plus maléfiques élixirs des inquisiteurs les merveilles tant vantées de la physique et de la chimie industrielles ; il ne vit plus que les revers de cette prospérité manufacturière dont Gina, de son côté, n’apercevait que la face radieuse et brillante. Il devina les mensonges de ce mot Progrès constamment publié par les bourgeois ; les impostures de cette société soi-disant fraternelle et égalitaire, fondée sur un tiers état plus rapace et plus dénaturé que les maîtres féodaux. Et, dès ce moment, une pitié profonde, une affection instinctive et absorbante, une sympathie quasi maternelle, presque amoureuse, dont les expansions côtoieraient l’hystérie, le prit, au tréfonds des entrailles, pour l’immense légion des parias, à commencer par ceux de ses entours, les braves journaliers de l’usine Dobouziez appartenant précisément à cette excentrique et même interlope plèbe faubourienne grouillant autour du “ Moulin de pierre ” ; il prit à jamais le parti de ces lurons délurés et si savoureusement pétris, peinant avec tant de crânerie et bravant chaque jour la maladie, les vénéfices[1], les mutilations, les outils formidables qui se retournaient contre eux, sans perdre, un instant leurs manières rudes et libres, leur familiarité dont le ragoût excusait l’indécence.

Avec eux, le gamin devenait communicatif. Lorsqu’il les rencontrait, noircis, en sueur, haletants, et qu’ils lui tiraient leur casquette, il s’enhardissait à les accoster et à les interroger. Après les petites persécutions à mots couverts, les ironies, les réticences et les tortures sourdes subies dans les salons de ses tuteurs, il lui semblait inhaler des bouffées d’air vif et agreste au sortir d’une serre chaude peuplée de plantes forcées et de senteurs qui entêtent. Il en vint à se considérer comme le solidaire de ces infimes. Sa faiblesse opprimée communiait avec leur force passive. Il se conciliait ces chauffeurs, machinistes, chargeurs, manœuvres. Eux répondaient aux avances touchantes de cet enfant rebuté, moralement négligé, méconnu, sevré de tendresse familiale, dont les larbins et la valetaille, cette lie de la plèbe, prenant exemple sur Félicité, parlaient en haussant les épaules, comme d’une charge pour la maison, comme d’un “ quart de monsieur ”.

Georges Eekhoud. Date: