Dominique Meeùs
Dernière modification le  
retour à la page principale des problèmes de français

Composés avec ou sans trait d’union

Divers

Anti, archi, auto, co, extra, inter, intra, mini, para, post, pro, sub, super, sur, ultra

Pour les composés avec anti, archi, auto (« de soi-même »), co, extra (« à l’extérieur de »), inter, intra, para (« à côté de »), sub, super, ultra (« extrêmement »), la tendance est à l’agglutination (Grevisse 1986, §108 c). Il y a hésitation pour les hiatus. Ainsi Le Petit Robert 1989 donne anti-américanisme, antiatome, antiesclavagiste, anti-inflationniste. Je propose donc, avec un trait d’union : anti-impérialiste. On écrit en tout cas antifasciste, antinazi, antiraciste.

Selon la Banque de dépannage linguistique du Québec, mini se compose sans trait d’union.

Grevisse ne dit rien de pro, mais à l'article pro du Robert, on ne trouve que profrançais et procommuniste. Avec Google, on trouve une écrasante majorité de pro-américain contre un proaméricain dont je ne vois pas ce qu’on peut lui reprocher et qui est le choix de bons auteurs. Les dictionnaires sont partagés.

Je ne trouve au Petit Robert aucun composé en post avec trait d’union sauf post-natal auquel le correcteur orthographique de Word 95 préfère postnatal, tandis que le TLFi accepte les deux. Par contre le TLFi ne connaît que post-industriel tandis que le Robert accepte les deux. Il y a postclassique mais pas encore, dans mon édition, postmoderne. Avec sous, toujours trait d’union et jamais avec sur.

Demi, ex, extra, mi, néo, pseudo, self, sous, vice

Les composés avec ex, extra (« très »), néo, pseudo, self, vice comportent plus souvent un trait d’union (Grevisse 1986, §108 c). Ainsi Le Robert 1989 donne néo-capitalisme, néo-colonialisme, néo-libéralisme, néo-positivisme. Je propose donc néo-fasciste et néo-nazi. Il y a cependant de nombreuses exceptions (comme néologisme) et, contrairement à mon Petit Robert de 1989, le Grand dictionnaire terminologique ne donne que néolibéralisme. Ces mots ont peut-être tendance à perdre leur trait d’union à mesure qu’ils deviennent plus usuels.

Avec sous, toujours trait d’union et jamais avec sur.

Mi, préfixe avec trait d’union : mi-décembre. Demi aussi (Le Robert).

Contre, non, presque, quasi

Non et quasi exigent le trait d’union quand ils sont suivis d’un nom et le rejettent quand ils sont suivis d’un adjectif ou d’un adverbe. Avec presque, le trait d’union est d’ordinaire absent : la presque certitude. (Grevisse 1986, §108 a, rem. 1.)

À la lecture du Robert, on voit que les mots en contre sont très partagés. En gros, sans trait d’union les composés plus anciens, avec, les composés plus récents.

Divers

Extrême droite, pas de trait d’union d’après le Robert.

De-ci de-là. Par-ci par-là.

Nations unies ; mais États-Unis, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Royaume-Uni.

C’est-à-dire mais tout à fait.

Avec un pronom. Sujet : dit-il, dit-on, irais-je, est-ce. Complément d’un impératif non négatif : prends-en, crois-moi (plusieurs : dis-le-moi).

Devant même : avec un pronom personnel (moi-même) ; mais ici même.

En dessous ; mais au-dessous, par-dessous, ci-dessous, là-dessous.

En dessus ; mais au-dessus, par-dessus, ci-dessus, là-dessus

Clef en apposition se compose avec ou sans trait d’union (Petit Larousse illustré, Petit Robert : question clef ou question-clef.

Voir aussi la discussion de moyen âge, de tiers monde.

Retour en haut de la page