Dominique Meeùs
Dernière modification le  
retour à la page principale du dossier

On dit digital plutôt que numérique

Dans le trésor de la langue française (le TLF dont la version informatisée en ligne est le TLFi) on trouve deux mots digital :

Pour le TLF, ce ne sont donc pas deux acceptions différentes du mot digital, mais bien deux mots distincts homonymes. On en a sans doute décidé ainsi du fait de leur histoire très différente : tous les deux viennent en définitive du latin, mais le deuxième est un emprunt récent à l’anglais, pas un sens dérivé autrement du latin ou du premier.

Dans un dictionnaire anglais récent (que je n’ai pas mais qu’une amie anglophone a consulté pour moi au début de l’été 2016), le mot digital a trois acceptions. Je fais suivre le numéro d’un a pour anglais :

Certaines autorités ont défendu l’idée que digital ne peut se traduire que par numérique. D’autres autorités ont emboité le pas. La recommandation est largement reprise. Cette règle a été assez bien suivie et on ne peut le reprocher à ceux qui la respectent. Cet usage de numérique étant très répandu, on peut en déplorer l’origine mais on ne peut le condamner, il fait maintenant partie intégrante du français.

Si je comprends bien, le raisonnement serait le suivant : digit en anglais veut dire chiffre et l’adjectif digital est dérivé de ce substantif. On impose ainsi à l’anglais un sens premier et unique digital (0a) (qui absorbe digital (2a) par généralisation) et on ignore le sens principal en anglais moderne qu’est digital (1a). On sait (et ils savent) que les langues ne sont pas réductibles à l’étymologie, mais il me semble qu’on soit tombé ici dans l’étymologisme (digit donc digital). Par ailleurs on ignore qu’il y a en français un mot digital (2). Une fois la situation simplifiée à ce point, la conclusion est mécanique : dans la traduction de l’anglais digital, c’est-à-dire du seul (!) et mythique digital (0a), le seul (!) français digital (1) (comme dans les empreintes digitales) est indéniablement ce qu’on appelle un faux ami, cela n'a rien à voir. On recommande donc numérique. (On aurait pu proposer chiffré, mais chiffré se dit de code secret, pas simplement de codification binaire pour faciliter le traitement automatique.)

Or ce dont il s’agit, c’est de traduire digital (1a), pour lequel évidemment digital (2) s’impose, puisque ces mots se correspondent aussi étroitement que possible entre deux langues.

Il me semble que c’est aussi une question de transparence des expressions par rapport à leur origine logique, historique ou étymologique. Le raisonnement qui impose numérique en traduction de digital suppose que dans ce que dit digital en anglais (et dans ce qu’on doit entendre dans la traduction), il s’agit de traitement d’information comme suite de 0 et de 1, ou de leur représentation en octets, ou de leur équivalent décimal ou hexadécimal, et cetera, bref de chiffres et de nombres. Or les mots digital (1a) en anglais comme digital (2) en français désignent la chose inanalysée, vue de l’extérieur. La plupart des gens qui disent, écrivent, entendent ou lisent digital en français comme en anglais, qui utilisent un ordinateur ou un smartphone et écoutent de la musique digitale, ne s’occupent pas des chiffres ou des nombres que cela implique. Le digital couvre un domaine nouveau qui a reçu ce nom, sans autre question. À la limite, on pourrait dire que digital désigne le phénomène social et la technologie vue de l’extérieur, tandis que numérique serait le terme technique. Un travailleur ne pourrait être que digital, en tant que travaillant dans le cloud, tandis que son instrument, peut, si on le voit du côté de son fonctionnement interne, être qualifié de numérique. Mais je crois que numérique est maintenant aussi peu analysé que digital. Il n’en est peut-être pas de même de mots associés. On peut parler de la digitalisation de l’emploi (en visant le travail à distance en réseau et cetera) et plus difficilement de sa numérisation. On parle de numérisation quand à partir de l’image d’un texte on le numérise par reconnaissance de caractères.

Conclusion

Pour traduire le digital (1a) de l’anglais moderne, deux mots sont légitimes et sont en concurrence en français : digital et numérique. La meilleure traduction de ce digital anglais est le digital (2) du français, mais numérique ne peut être condamné. (Il se peut par ailleurs que dans certains contextes numérique s’impose. Je n’en ai pas d’exemple en tête et je n’examine pas cette question ici.)