Dominique Meeùs
Dernière modification le   
retour à la table des matières — à l’index — à ma page de départ

Projet

Créer un projet

Pour une traduction, il faut commencer dans OmegaT par créer un projet. Dans un répertoire où l’on mettra tous les projets OmegaT (OmegaTworkbench dans l’exemple plus haut), créer un sous-répertoire et lui donner un nom reconnaissable. (Le fichier de mémoire de traduction du projet héritera de ce nom.) Cela se fait le mieux de l’intérieur d’OmegaT : la boîte de dialogue de nouveau projet (commande Projet-Nouveau) propose de créer un nouveau dossier, que l’on sélectionne ensuite comme dossier de projet.

Il faut un nouveau projet pour chaque travail. Un projet peut porter sur plusieurs fichiers, si ce sont des documents étroitement liés, des chapitres séparés d’un même travail, par exemple, et OmegaT les proposera à la traduction l’un après l’autre. Il ne faut pas chercher à regrouper des textes différents dans un même projet (par thème, par client…). Tout ensemble de textes n’est pas un projet, mais seulement les parties d’un même texte ou des textes étroitement liés qu’on va traduire du même élan.

Options du projet

OmegaT demande alors certains paramètres du projet. La plupart des options par défaut peuvent être conservées, sauf le dossier des mémoires de traduction et celui de glossaire. Plutôt que de recopier des mémoires existantes dans le répertoire de mémoires du projet, je définis, pour chacun des projets, le dossier Mémoires comme dossier de mémoires à exploiter. Je discute ce point un peu plus loin.

De même pour le dossier de glossaires. Il faut définir aussi un fichier où OmegaT peut écrire les nouvelles entrées de glossaire qu’on créerait en cours de projet. À vous de choisir si vous voulez des fichiers différents par genre, ou tout dans un seul fichier.

Options standard

Les options que l’on fait sont préservées dans le fichier omegat.project du répertoire de base du projet. Si on fait toujours les mêmes (même stock de TMX, mêmes glossaires, même choix de ne pas conserver les balises…), on est en droit de trouver fastidieux de répéter ces choix à chaque projet et il ne semble pas qu’on puisse écrire une fois pour toutes ces préférences quelque part, mais il y a un truc : reprendre le fichier omegat.project d’un autre projet (ou en stocker quelque part un exemplaire type) et le recopier dans le nouveau projet 1. Concrètement, lorsque dans OmegaT on a créé un nouveau répertoire, avant de l’ouvrir dans OmegaT (ce qui donne le dialogue des propriétés du projet), laisser un instant OmegaT de côté et aller par le gestionnaire de fichiers déposer le fichier type omegat.project dans le répertoire. Retourner alors à OmegaT sélectionner ce répertoire.

Mieux encore, on pourrait conserver un projet type vide sauf pour son fichier omegat.project et ses sous-répertoires (vides). Pour un nouveau projet, on en prend alors une copie dans son répertoire habituel des projets, on lui donne un nom approprié et on l’ouvre 2 en OmegaT, qui réclamera alors des documents sources.

Notes
2.
Il faut bien utiliser la commande Projet-Ouvrir, pas Projet-Nouveau. Avec cette dernière, si on sélectionne le projet type qu’on a préparé, OmegaT va se plaindre que le répertoire n’est pas vide.
Dominique Meeùs . Date: 2011… 2017