Dominique Meeùs
Dernière modification le   
retour à la table des matières — à l’index — à ma page de départ

Mise en page

OmegaT tient quelque part en réserve les formats de paragraphe 30 (alineainstellingen), en particulier les formats de titre, et les numérotations automatiques. On ne les voit plus quand on travaille dans OmegaT, mais ils réapparaissent dans le document cible. Par contre, les formats de mots ou de membres de phrases (passages soulignés par des italiques, etc.) apparaissent dans OmegaT sous forme de balises dans la phrase, balises que le traducteur doit reprendre. C’est un peu fastidieux et on a donc intérêt à ce qu’il n’y en ait pas d’inutiles. Cela dépend très fortement des connaissances en traitement de texte de l’auteur et du traducteur. Si ce qui suit (à « Je recommande… ») vous dépasse, passez-le. Si la mise en page de l’auteur est inintéressante, on pourrait choisir de ne pas la conserver, mais de faire une nouvelle mise en page après traduction.

On peut faire l’option de ne pas tenir compte des balises. On perd alors une partie de la mise en forme. Si on les conserve, il faut les respecter absolument.

Je recommande d’utiliser pour les titres des subdivisions du texte les formats de paragraphe intégrés dans le traitement de texte : Titre 1, Titre 2… ou équivalents. Le titre général au début n’est pas un Titre 1, mais quelque chose comme Titre principal (selon la langue et le programme utilisé). Si on n’aime pas l’apparence de ces titres, il faut en redéfinir la mise en forme. Par exemple, si au premier niveau on trouve Titre 1 beaucoup trop grand, il ne faut pas utiliser Titre 3 ou 4, il faut éditer le style de Titre 1 en y mettant une police plus petite.

Il faut adopter un style d’alinéa (Corps de texte, ou Retrait de première ligne), toujours le même sauf cas particuliers motivés. Certains auteurs ont des alinéas de base très variés (List alinea, Normal(Web), Titre 2…(!)) « corrigés » dans le format que devrait avoir un alinéa ordinaire. De même, des notes de bas de page peuvent avoir toute sorte de styles autres que Note de bas de page, « corrigés » en corps plus petit. Cela doit être normalisé, pour éviter les formats de caractère plaqués inutilement sur un mauvais style de paragraphe.

Dans le texte, il peut y avoir des tas de bizarreries invisibles. Si on a hésité sur des italiques et décidé finalement de ne pas en mettre, il peut rester quelque part une espace en italiques. Cela ne se voit pas dans le texte, mais ça donnera une marque inutile dans la phrase dans OmegaT. Dans un passage en italiques, j’ai vu une fois chaque mot marqué séparément. (Certaines bizarreries pourraient être dues à ces conversions entre MS Word et LibreOffice.) Pour éviter ce genre de chose, il peut être bon de supprimer toute mise en forme de caractère (partout, systématiquement même là où il n’y a aucune mise en forme visible) et de rétablir les italiques là où il faut.

Le nettoyage de balises parasites est une telle corvée qu’on peut préférer ne pas conserver les balises dans OmegaT. C’est ce que je me suis finalement résolu à faire systématiquement. Il est parfois beaucoup plus simple de replacer après coup les quelques gras ou italiques demandés par l’auteur.

Notes
30
Le meilleur mot français serait alinéa. Le sens premier de paragraphe est une subdivision du texte, comme une section, dans un chapitre, parfois marquée § 1, § 2… Cela peut s’utiliser aussi pour alinéa, mais c’est moins heureux. L’usage des « paragraphes » en traitement de texte est plutôt un « faux ami » adopté par des traducteurs peu soigneux de l’interface des traitements de texte conçus en anglais. Maintenant que tout le monde utilise des traitements de texte, presque tout le monde dit malheureusement en français paragraphe pour alinéa.
Dominique Meeùs . Date: 2011… 2017