Dominique Meeùs
Dernière modification le   
retour à la table des matières — à l’index — à ma page de départ

Liste et propriétés des disques, dossiers et fichiers

La commande pour lister les fichiers est ls Il n’est pas facile de contrôler finement la quantité de détails désirés ni leur disposition. La commande stat peut être préférable dans certains cas. Par exemple, stat -c "%y %8s %n" * donne la date et l’heure, le nombre d’octets et le nom. Écrire %8s au lieu de %s (comparez les deux) force l’affichage de huit caractères pour les octets, ce qui améliore l’alignement, donc la lisibilité. Je devrais encore chercher le moyen de tronquer les fractions de secondes dans l’heure.

Pour créer un lien symbolique vers un fichier : ln -s /path/file /home/moi/lien.

Pour l’espace occupé et disponible des disques et partitions, on a la commande df, par exemple df -h /dev/hda1-h veut dire « human readable ». Si on demande un dossier, par exemple df -h /opt, on a seulement le résultat pour la partition qui contient le dossier.

Pour l’espace utilisé par les dossiers et les disques, il y a la commande du, par exemple :

La commande touch file crée le fichier file (vide), s’il n’existe pas. S’il existe, la commande lui donnera la date et l’heure du moment. On peut donner une date et une heure déterminée avec touch -d ["chaîne de date"] file, mais ce qui est permis comme texte pour la date est difficile à décrire et dépend sans doute des options de lieu et de langue. Il semble en tout cas impératif de tronquer le mois à trois lettres. Ainsi, chez moi, touch -d ["2 mar 2013 10:21"] file réussit, mais avec "1 mars 2011", la commande répond « format de date non valide «1 mars 2011» ». Ce qui marche à coup sûr, avec le paramètre -t au lieu de -d, c’est un code de date et heure comme dans touch -t 201108181441.15 file qui donne au fichier file existant ou nouveau la date « jeu 18 août 2011 14:41:15 ». Dans le code de temps, le .15 pour les secondes est facultatif.

La commande rename procède dans les noms de fichier à des remplacements comme ceux de la commande sed en utilisant des commandes Perl basées sur des expressions régulières. Par exemple la commande

rename 's/mew_band/MEW Band /' *.pdf

remplacerait dans le répertoire courant des fichiers du type mew_band07.pdf en MEW band 07.pdf. Pour ne pas faire de catastrophes, le commutateur -n permet de voir, avant de le faire vraiment, quel serait le résultat. On peut aussi renommer avec la commande mv, mais rename donne plus de possibilités.

Table of contents

Dominique Meeùs . Date: 2011… 2017