Dominique Meeùs
Dernière modification le   
retour à la table des matières — à l’index — à ma page de départ

Pour retrouver un bureau GNOME classique : Flashback et Nemo

Table of contents

En bref :

Flashback par dessus une distribution ordinaire Distribution Ubuntu Flashback seulement
Partir d’une installation d’Ubuntu. Installer un Ubuntu serveur, sans bureau graphique, sans autre choix à l’installation que « standard system utilities ». Redémarrer. À l’invite, introduire son login puis (après Return) son mot de passe.
Installer le paquet gnome-session-flashback. Pour installer mon paquet flashback-desktop, entrer successivement les trois commandes
wget http://www.d-meeus.be/linux/flashback-desktop_1.02_all.deb
sudo dpkg -i flashback-desktop_1.02_all.deb
sudo apt-get install -f
(Ma version 1.02 devrait convenir pour Ubuntu 16.04. Préférer 1.03 pour 16.10 et 1.04 pour 17.4.)
Fermer la session et la rouvrir. Repérer une icône Ubuntu à droite du nom (ou à gauche du bouton Se connecter). Cliquer et choisir la session GNOME Flashback (Metacity). Se connecter. (La commande dpkg se termine avec des erreurs de dépendances qu’apt corrige.)
Beaucoup de choses s’installent. Patienter un certain temps et même un temps certain (un très gros quart d’heure, plus avec un ordinateur lent).
En redémarrant on se trouve avec le (seul) bureau Flashback (Metacity).
Les étapes précédentes ne demandent qu’un minimum d’intervention de l’utilisateur. Pour Nemo, il en faut un peu plus : après avoir installé Nemo, il faut le désigner comme navigateur de fichiers par défaut. (Voir le détail des commandes plus bas.)

Un bureau classique est un bureau de style GNOME 2, avec dans une barre en haut d’écran des menus d’applications et de dossiers (Raccourcis, Places) et dans la barre du bas une inscription des applications ouvertes. GNOME (avec GNOME 3) et Ubuntu (avec Unity) ont abandonné ce paradigme pour un autre adapté aux tablettes et smartphones.

Il y a en fait deux problèmes :

La variante de bureau Flashback répond parfaitement au premier problème. Un des meilleurs gestionnaires de fichiers ressemblant au Nautilus du bon vieux temps est Nemo et on peut demander que Nemo remplace Nautilus pour la gestion du bureau.

Le bureau GNOME Flashback est construit sur GNOME 3, mais rappelle pour l’essentiel GNOME 2. (Si on n’a aucun regret de se priver d’Unity, on peut trouver plus logique d’installer Flashback sur Ubuntu GNOME que sur Ubuntu ; au contraire, on peut avoir plus confiance dans la stabilité générale d’Ubuntu ordinaire. Cependant, il s’agit bien, même sous Ubuntu GNOME, de choisir la session de style classique Flashback, pas la session dite GNOME Classic 27 qui est décevante.) Il suffit d’installer le paquet gnome-session-flashback 28. Dans la boîte de dialogue de login, il faut cliquer sur l’icône à gauche du nom d’utilisateur et choisir la session GNOME Flashback (Metacity). (Il se dit que la variante Compiz serait moins stable.)

Il existe maintenant une distribution Ubuntu MATE. C’est une autre philosophie. L’objectif est, en le modernisant (maintenant GTK3), de reprendre tout le bureau GNOME 2. Dans Flashback, par exemple, l’ancien menu Système a disparu et son contenu se retrouve sous la rubrique Outils système du menu Applications. Je me suis habitué au bureau à deux menus de Flashback et n’ai aucune nostalgie du bureau à trois menus. En outre, ça ne me dérange pas que l’éditeur soit le Gedit d’aujourd’hui, sous ce nom que je connais, plutôt qu’un fork de l’ancien. Bref, je préfère très nettement la combinaison Flashback et Nemo, surtout dans la distribution pure Flashback que j’ai mise au point. Mais, des goûts et des couleurs…

These instructions in English at WebUpd8. Si on veut la variante stand alone de Nemo, débarrassée de quelques dépendances de Cinnamon 29, on l’installe à partir d’un dépôt PPA par les commandes :

sudo add-apt-repository ppa:webupd8team/nemo
sudo apt-get update
sudo apt-get install nemo

On en fait le gestionnaire du Bureau (Desktop) en lieu et place d’Unity par :

gsettings set org.gnome.desktop.background show-desktop-icons false
xdg-mime default nemo.desktop inode/directory application/x-gnome-saved-search
  

Je retrouve ainsi la piste suivie avec satisfaction du temps d’Ubuntu 12.04, mais il n’y avait alors pas encore le problème de Nautilus. Certains réglages mentionnés là peuvent encore être utiles.

Cependant, attention que si Nemo commande le Bureau (Desktop), certaines options seront à régler par l’éditeur dconf sous org.nemo et plus dans Gnome ou Unity. Il faut par exemple cocher ("true") volumes-visible sous org.nemo.destop si l’on veut qu’une clef USB apparaisse sur le Bureau.

Notes
26
GNOME prétend l’appeler maintenant Fichiers, mais le paquet et la commande sont toujours nautilus et dans la description du paquet, c’est toujours Nautilus.
27
En 2013, je n’avais pas réussi à faire fonctionner de manière satisfaisante la session Flashback (paquet gnome-session-flashback) sous Ubuntu GNOME. Ce pouvait être un bug de l’époque, résolu depuis. Ce pouvait être aussi un conflit avec des options de couleur restées dans /home/…/dconf. Si on conserve son répertoire utilisateur dans /home, il est prudent d’effacer les options relatives au bureau et les refaire à partir de zéro.
28
En 12.04, ce paquet s’appelait gnome-session-fallback. Flashback le remplace. L’ancien paquet existait encore en 14.04 comme métapaquet appelant gnome-session-flashback comme dépendance. Depuis, il n’y a plus que gnome-session-flashback.
29
La seule dépendance de Cinnamon du paquet nemo en 16.04, Xenial, que la version WebUpd8 élimine, est libcinnamon-desktop4. On peut trouver que c’est mince ; ce n’est pas tout le bureau Cinnamon. Mais sans doute que la version WebUpd8 intègre plus d’options de Nemo.
Dominique Meeùs . Date: 2011… 2016