Dominique Meeùs
Dernière modification le   
retour à la table des matières — à l’index — à ma page de départ

Économie d’encre

Les différentes polices de caractères ne sont pas équivalentes quant à la consommation d’encre. Il y a des polices spéciales pour l’édition de brouillons, comme Ecofont (http://www.ecofont.com/). Ecofont ne parle que de Windows et n’est pas gratuite. Beaucoup d’imprimantes proposent un mode brouillon pour économiser l’encre avec les polices habituelles.

Pour l’impression normale, il est intéressant de connaître la consommation en encre des polices connues (de préférence gratuites). A priori, les polices à empattement (sérifs), avec pleins et déliés, devraient consommer moins d’encre, à cause de ces déliés, que les polices géométriques (sans sérifs). Cependant une police sans empattements, Century Gothic, est réputée la plus économique selon une étude de Printer.com. Une université (Wisconsin-Green Bay, uwgb.edu) a décidé de favoriser Century Gothic pour cette raison.

La police Century Gothic serait distribuée avec certains produits de Microsoft, mais n’est pas gratuite. Il est possible que la police URW Gothic L, distribuée avec Ghostscript (en Aladdin Free Public License), soit assez équivalente.

J’ai fait ma propre expérience avec un texte remplissant exactement une page A4 en Times New Roman. J’ai alors repris le même texte dans quelques autres polices relativement connues que j’avais sous la main en adaptant le corps pour arriver à remplir la page du mieux que je pouvais sans passer à la page suivante. On a donc toujours le même texte et presque le même remplissage de page. (Le nombre de caractères n’est pas tout à fait le même, parce que j’ai mis le nom de la police en pied de page.) J’ai alors mesuré avec l’aide de pkpgcounter sur des versions PDF de mes documents la proportion de noir dans la surface totale si on les imprimait en 600 dpi.

Cela donne les résultats suivants en pourcentage de noir sur la surface de la page :

La comparaison faite ci-dessus a quelque chose d’assez artificiel parce qu’elle utilise des corps fractionnaires que peu de gens utiliseront dans la pratique. Une autre mesure consisterait à prendre un même texte long dans un corps habituel (11 ou 12, par exemple) et de compter combien de papier et d’encre. La comparaison donne aussi une idée de l’encombrement des caractères : pour faire tenir sur une page les 3 150 caractères qu’on y met en Times New Roman 12, il faut en Verdana descendre à un corps 10,3.

Dominique Meeùs . Date: 2011… 2017