Dominique Meeùs
Dernière modification le  
retour à la page principale du dossier Linux

Matériel

Renseignements sur le matériel installé

Différentes commandes permettent de voir ce que la machine a dans le ventre. Voir sysinfo.

Ne pas construire soi-même

Les boutiques de composants et de montage proposent toujours des configurations en promotion en-dessous du prix au détail des composants. Il ne faut donc jamais construire une machine soi-même sans une bonne raison.

Quelles raisons ?

Une bonne raison, ça peut être évidemment le plaisir de bricoler. Mais j’avais aussi quelques raisons un peu moins subjectives, comme de pouvoir récupérer des composants.

Choix du matériel

Mon premier montage : Athlon XP sur carte MSI Nvidia

[Printemps 2004.] Même en laissant ma vielle machine fonctionnelle, je pouvais récupérer un disque dur Maxtor Diamond max 8 de 30 Go assez récent, un graveur de CD Samsung pas tellement vieux et un lecteur de disquette tout neuf. J’ai acheté une carte mère avec cartes graphique, réseau et son incorporées, un processeur et son ventilateur, de la mémoire, un boîtier et un ensemble clavier/souris sans fil.

Les cartes mères avec carte graphique incorporée offrent généralement un graphique bas de gamme pour la bureautique. J’ai trouvé une carte mère avec graphique milieu de gamme incorporé (nVidia GeForce4), c’est la MSI K7N2G-L, chipset NForce2. (Elle date de 2003 et commençait déjà alors à être un peu difficile à trouver.) (Voir la solution d’un problème entre NForce et Linux.) Je fais principalement de la bureautique et jamais de jeux mais j’ai pensé que pour l’affichage des fioritures des interfaces utilisateurs graphiques comme KDE ou Gnome, ou des pages Web très chargées, une carte graphique un peu plus que minimale ne serait pas mauvaise. Puis, j’hésite à ajouter plus tard un tuner TV. (Bien qu’actuellement je n’aie pas de TV du tout et ne m’en porte pas plus mal.)

J’ai choisi le plus bas (2500+) de la gamme relativement récente des processeurs AMD Athlon XP Barton (fréquence réelle 11 × 166 2/3 MHz = 1 833 1/3 MHz) vendu avec son bloc de refroidissement et son ventilateur. J’ai acheté 512 Mo de mémoire 333 MHz (en deux barrettes de 256 parce que la carte mère offre le Dual Memory Access). J’ai pris de la Kingston parce que j’avais lu quelque part que l’accès double ne fonctionne pas toujours avec de la mémoire trop bon marché.

J’ai pris un clavier et une souris (optique) sans fil parce qu’on a toujours trop de fils et que ce n’était pas plus cher. (Trust 305 KS, Wireless Optical Deskset.) Le clavier est alimenté par des piles. Il consomme peu, les piles durent très longtemps. Il n’affiche pas l’état de Numlock ou de Capslock. La souris est rechargeable à partir du récepteur (avec un fil :-). Il faut la recharger assez souvent. Il y a de quoi hésiter.

Boîtier Qtec bas de gamme. Il fait quand même moins de bruit que mon vieux de 1999. (Depuis, j’ai changé l’alimentation.)

Le tout chez Eurodisks (www.eurodisks.be/) (plusieurs magasins à Bruxelles et un à Charleroi) qui m’a paru moins cher que les moins chers et assez professionnel (mais je n’ai pas assez de recul pour juger le service : le matériel n’avait pas de défauts et je n’ai pas dû retourner chez eux).

J’ai continué à utiliser mon écran 19″ Lifetec (Medion) de chez Aldi (30 à 98 KHz horizontal, 50 à 160 Hz vertical). Il a claqué le 1-1-2005 et j’ai acheté un 17″ TFT (AG Neovo E-17) qui affiche 1280 × 1024 à 75 Hz (30 à 80 kHz horizontal, 49 à 75 Hz vertical, 135 MHz de bande passante).

Note

Mon processeur porte le numéro AXDA 2500 DKV4D, ce qui se décode comme suit :

Montage

Rien à signaler. Dans ce boîtier, le plan de carte mère pivote et se retire complètement ce qui est très pratique. J’ai monté la carte mère, le processeur, son ventilateur et la mémoire hors boîtier. J’ai monté les (lecteurs de) disques, j’ai tout raccordé. J’ai pris le risque de fermer soigneusement le boîtier. J’ai allumé, tout tournait bien, je suis entré dans le setup. Je n’ai pas encore rouvert ce boîtier depuis le montage! (C’est la première fois de ma vie que je ne dois pas rouvrir le boîtier après une intervention même banale. Il y a toujours un câble à l’envers, ou pas assez enfoncé... Cette fois j’ai eu du bol.) En tout, une bonne heure.

Remplacement

Après deux ans (mai 2006), l’alimentation a commencé à faire des difficultés. (Il fallait pousser des dizaines de fois le bouton Power, en coupant le courant entre chaque essai, avant qu’elle ne se décide à prendre.) Je l’ai remplacée par une Fotron 300 W avec ventilateur de 12 cm, pas chère mais vraiment assez silencieuse. (Chez Micromedia, www.microcity.be/, également sérieux et pas cher, parce qu’Eurodisks n’avait rien de comparable de stock à ce moment.) (Ayant chipoté au refroidissement du processeur, j’ai vérifié la température.)

Peu après, j’ai trouvé que j’était un peu à l’étroit dans mon disque de 30 Go. J’ai acheté un Maxtor de 200 Go à 7 200 tpm que j’ai mis à côté de l’autre. J’ai acheté aussi un graveur de DVD Nec.

En mars 2008, la souris sans fil de 2004 tenait moins bien la charge et je suis repassé à du matériel classique avec fil : souris Logitech RX 300 et clavier Logitech Internet 350. Je tape relativement vite (enfin j’essaie) ; il me faut un clavier pas trop dur mais donnant une réponse (il faut sentir si on a enfoncé la touche ou non). Je suis assez difficile question clavier. Eh bien, ce clavier est vraiment excellent. Je ne me souviens pas d’en avoir jamais eu de plus agréable.

Mon deuxième montage : Celeron double cœur sur carte Asus

En juillet 2008, j’étais tenté de passer à quelque chose d’un peu plus moderne et rapide. Par ailleurs, je voulais passer une machine à une utilisatrice débutante. J’en ai donc fait deux avec une.

  1. Dans un nouveau boîtier Samcheer basique, j’ai mis la configuration de 2004 AMD Athlon XP sur carte MSI (plus bas) avec le disque de 30 Mo, le lecteur de disquette et le graveur de DVD.

  2. Dans le vieux boîtier de 2004 avec son alimentation Fotron silencieuse de 2006, j’ai mis un nouveau Celeron E1200 dual core 1,6 GHz qui serait en fait un Pentium dual core E2140 avec pour seule différence moins de cache de niveau 2 et vendu moins cher pour cela et le nom infamant de Celeron. (Certains disent que c’est une mauvaise idée, que la différence de prix ne justifie pas la réduction de moitié du cache L2, qu’on fait mieux de payer un rien plus cher un Pentium dual core E2140 authentique. Pour moi qui ne joue pas à des jeux vidéo, ce cache est peut être moins important, je ne perds presque rien en performance et l'économie en vaut la peine.) Le refroidisseur d'origine est efficace (je suis toujours à 30 °C) mais assez bruyant.

    Nouveau. Depuis Ubuntu 9.04, (ou était-ce déjà 8.10 ?) les senseurs ne sont plus lus correctement. Le processeur est toujours à 30 °C ou à peine au-dessus quand on va voir sa température dans le setup du BIOS, mais les senseurs de la zone de notification affichent plutôt dans les 45 °C.

    Nouveau. Le bruit du ventilateur (cooler) d’origine était tellement abominable que j’ai pensé plusieurs fois changer d’ordinateur. En fin de compte (31-10-2009) j’ai acheté à 21 euros un Zalman CNPS7000C-AICu avec variateur de vitesse, dont la vitesse minimum suffit pour mon E-1200, et qui, à cette vitesse, est inaudible. (À pleine vitesse, on l’entend.) Est-ce le variateur ? le BIOS de la carte mère ne détecte pas le cooler au démarrage et je dois faire chaque fois F1 pour continuer. À ce prix, entre le Fotron 12 cm de la caisse et le Zalman du processeur, j’ai un ordinateur inaudible. Je dois ajouter que, faute du berceau 3,5 pouces adapté, j’avais en juillet 2008 monté le disque dur suspendu dans le berceau de 5 pouces par des fils de cuivre 1,5 mm² isolés de montage électrique. Je suppose que cette isolation mécanique du disque dur ajoute au silence.

    Je l’ai monté sur une carte Asus P5GC-MX/1333 avec deux barettes de 1 Go de mémoire Kingston DDR2 667. La carte mère a un sous-système graphique Intel GMA 950. J’y ai remis mon disque de 200 Go et un nouveau graveur de DVD SATA. Je n’ai plus mis de lecteur de disquette.

Avant le montage, sur la vielle machine encore fonctionnelle, j’ai préparé les disques. Ils n’étaient heureusement pas encore trop remplis. J’ai pu tout mettre en attente sur le 30 Go. J’ai utilisé un CD-ROM Super Grub Disk qui offre aussi System Rescue et surtout Gparted Live. Ce dernier permet non seulement de partitionner mais de copier du contenu. J’ai donc préparé les partitions du 200 Go sauf celle destinée à /home. Avec Gparted, j’ai copié dans l’espace libre la partition contenant les données en attente sur l’autre disque en la redimensionnant à la mesure du disque plus grand. Cet outil est génial. Sur les deux disques, j’ai adopté mon partitionnement en racine, swap, usr, var, home.

Réseau et Internet

À propos de matériel, je peux ajouter que je me connecte à Internet par un modem ADSL externe qui est aussi serveur DHCP (et routeur). Cela revient à dire qu’au niveau de l’ordinateur, je me connecte à Internet par le réseau Ethernet. Cela facilite bien sûr énormément les installations de Linux.

J’ai commencé l’ADSL sous Windows avec un modem USB. J’ai eu des problèmes de compatibilité avec le chipset (d’un ordinateur plus ancien) et chaque fois que le scanner USB était allumé en même temps. Je crains que les modems ADSL USB ne fonctionnent pas tous facilement sous Linux et je ne suis pas sûr qu’ils sont majoritairement reconnus à l’installation. Je ne saurais assez insister sur la supériorité de la solution serveur ou modem ADSL externe accédé par Ethernet et avec DHCP.

On peut tester la reconnaissance du matériel sous Linux avec des versions de Linux qui tournent à partir d’un CD, sans installation, comme par exemple Ubuntu Live CD. (Il y a aussi : Knoppix, Gnoppix et de plus en plus d’autres.)

Retour en haut de la page