Dominique Meeùs
Dernière modification le   
retour à la table des matières — à l’index — à ma page de départ

Équivalence métrique

Des fontes peuvent être métriquement équivalentes : elles devraient occuper le même espace en largeur et donc permettre un remplacement qui ne bouleverse pas la mise en page. Des fontes très proches au regard peuvent ne pas être métriquement équivalentes. Tout le monde ou presque connait Times New Roman, popularisée par Microsoft, voir plus haut. On rencontre aussi parfois encore Times, police comprise dans le prix d’imprimantes PostScript, présente aussi sur les ordinateurs Mac avant l’adoption de Times New Roman. Voilà un bel exemple de deux polices très proches qui ne sont pas métriquement équivalentes. Il y a de très légères différences d’encombrement, et passer d’une police à l’autre peut provoquer le passage d’un mot à la ligne et par là bouleverser parfois profondément un document.

Les Liberation Sans, Liberation Sans Narrow, Liberation Serif et Liberation Mono se veulent métriquement équivalentes avec respectivement Arial, Arial Narrow, Times New Roman, et Courier New et les essais sont probants. Les Freefonts (FreeSerif, FreeSans) ont une assez bonne compatibilité en largeur avec Times New Roman et Arial, mais leur interligne normal est plus large. Elles ne sont donc pas compatibles en hauteur sur plusieurs lignes. (Il faudrait leur définir en traitement de texte un interligne plus petit pour les rendre équivalentes.)

Enfin les Calibri et Cambria, non libres, introduites par Microsoft pour emmerder le monde, ont des équivalents métriques : ce sont les Carlito et Caladea, qui existent en paquets Debian (aussi dans les dépôts d’Ubuntu) : fonts-crosextra-carlito et fonts-crosextra-caladea.

Dominique Meeùs . Date: 2011… 2017