Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Louis Ségal, Principes d’économie politique : versions, table des matières, index des notions — Retour au dossier marxisme

L’échange des marchandises

Au marché on ne change pas directement une marchandise contre une autre. On vend et on achète des marchandises contre de l’argent. Pour comprendre les rapports sociaux qui s’expriment dans la vente et l’achat, nous devons faire abstraction pour le moment du rôle de l’argent et examiner l’échange direct des marchandises. Le troc existait aux premiers stades du développement de la production marchande. Nous ne comprendrons la nature de l’argent que lorsque nous aurons examiné les relations plus simples de l’échange direct ou du troc.

p. 31

Seules des marchandises différentes peuvent être échangées. Il eût été insensé d’échanger du blé contre du blé ou des bottes contre des bottes de la même espèce. Au marché, on échange des valeurs d’usage différentes, distinctes, par exemple : blé contre bottes. Mais les quantités échangées sont, bien entendu, déterminées. Le paysan ne donne pas pour une paire de bottes une quantité illimitée de blé, mais, mettons, un quintal, et le cordonnier n’offre pas au paysan pour un quintal dé blé un nombre infini de bottes, mais une seule paire. En outre, cette quantité de blé échangée contre une paire de bottes n’est pas fixée entre un seul paysan et un seul cordonnier : n’importe quel paysan qui voudrait échanger du blé contre des bottes aura à donner aujourd’hui à n’importe quel cordonnier un quintal de blé contre une paire de bottes de qualité déterminée.

Date: 2008-2014