Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Louis Ségal, Principes d’économie politique : versions, table des matières, index des notions — Retour au dossier marxisme

La valeur d’usage

p. 30

La propriété de la marchandise de satisfaire tel ou tel besoin de l’homme s’appelle la valeur d’usage. Chaque marchandise doit être une valeur d’usage ; sans cette condition, elle ne serait pas une marchandise.

Pour qu’une chose soit une valeur d’usage, peu importe quel besoin elle satisfait : nourriture, vêtement, etc., ou un besoin en objets de luxe. Il faut seulement que le besoin existe et que la marchandise donnée soit à même de le satisfaire. « La nature de ces besoins, qu’ils surgissent dans l’estomac ou dans l’imagination, ne change rien à l’affaire. » (Marx, Le Capital, Livre I, P.U.F., Paris, 2009, p. 39.)

La valeur d’usage satisfait les besoins soit directement comme moyen d’existence (denrées alimentaires, logement, vêtements) ; soit indirectement, comme moyen de production (machines, matières premières).

Toute marchandise doit être une valeur d’usage, mais toute valeur d’usage n’est pas nécessairement une marchandise. Par exemple, l’air est une valeur d’usage, mais il n’est pas une marchandise, ou le pain fabriqué par le paysan pour sa consommation individuelle et non pour l’échange. Dans la société communiste, tous les produits fabriqués auront une valeur d’usage, sans être des marchandises. L’objet qui est une valeur d’usage ne devient marchandise que s’il est produit en vue de l’échange.

Date: 2008-2014