Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Louis Ségal, Principes d’économie politique : versions, table des matières, index des notions — Retour au dossier marxisme

L’intensité et la productivité du travail

Nous avons examiné deux procédés d’augmentation du degré d’exploitation de la classe ouvrière : 1. la production de la plus-value absolue par la prolongation de la journée de travail et 2. la production de la plus-value relative par l’augmentation du surtravail au détriment du travail nécessaire. Il nous reste à examiner à quel procédé se rapporte l’intensification du travail.

En une heure, on peut dépenser plus ou moins de travail suivant le rythme, l’intensité du travail, etc. Le travail peut s’intensifier sans qu’on fasse intervenir des modifications techniques, par l’introduction des salaires aux pièces, au lieu du salaire au temps.

Si, pendant la journée de travail de 8 heures, l’ouvrier dont l’intensité de travail avait doublé produit 8 unités de marchandise au lieu de 4, la valeur de l’unité de marchandise ne baissera pas. Bien qu’il faille aujourd’hui, pour la production d’une unité de marchandise, une heure au lieu de deux heures, l’ouvrier dépense pendant une heure autant de travail qu’avant en deux heures. La masse des marchandises qu’il a produites dans sa journée de 8 heures offre désormais une valeur de 16 heures. Une heure de travail plus intense vaut deux, trois ou quatre heures d’un travail normal. C’est pourquoi on peut considérer un travail plus intense et moins long comme un travail moins intense et plus prolongé. Avec l’intensification du travail, la valeur de l’unité de marchandise reste inchangée, mais la valeur de la masse de marchandises produites par l’ouvrier dans un laps de temps déterminé s’accroît.

Il en est tout autrement lorsqu’augmente la productivité p. 96du travail. Par ce dernier terme il faut entendre une augmentation de la quantité des marchandises produites dans un même temps grâce aux perfectionnements techniques de la production. Supposons que la productivité du travail ayant doublé, un ouvrier produise dans une journée de 8 heures 8 unités de marchandise au lieu de 4. L’intensité du travail restant la même, la valeur d’une unité de marchandise diminue de moitié (nous faisons abstraction de la valeur des moyens de production), puisqu’il faut pour sa production deux fois moins de temps qu’avant et que la valeur de la masse des marchandises créée dans la journée de 8 heures reste sans changement : 8 unités de marchandises ont la même valeur que 4 auparavant.

Quelle est l’influence de l’augmentation de l’intensité du travail sur le degré d’exploitation ? L’augmentation de l’intensité du travail équivalant à la prolongation de la durée de travail avec l’ancienne intensité (8 heures de travail d’intensité double valent 16 heures de travail de l’ancienne intensité), cette augmentation implique la production de la plus-value absolue. Mais cela n’est vrai que pour les cas où l’augmentation de l’intensité n’est pas générale, mais se produit seulement dans certaines entreprises ou branches de production.

S’il y avait intensification simultanée et égale du travail dans toutes les industries, le nouveau degré d’intensité supérieure deviendrait le degré social normal et ne compterait plus comme grandeur extensive. (K. Marx : le Capital, t. 3, p. 219.)

Il n’existe pas de travail sans un certain degré d’intensité. La valeur de la marchandise est déterminée par le temps socialement nécessaire.

Nous appelons temps de travail socialement nécessaire le temps exigé pour produire une valeur d’usage quelconque dans les conditions sociales normales applicables à cette production, le travail se faisant avec la moyenne sociale d’habileté et d’intensité. (C’est Ségal qui souligne. K. Marx : le Capital, t. 1, p. 9.)

Dans le cas d’une augmentation générale de l’intensité, il se crée un autre degré moyen d’intensité et, par conséquent, le temps socialement nécessaire pour la production d’une marchandise décroît par sa répercussion sur la valeur p. 97de la marchandise, l’augmentation générale de l’intensité équivaut à l’augmentation de la productivité du travail et, pour cette raison, l’augmentation générale de l’intensité donne lieu à la production de la plus-value relative.

Date: 2008-2014