Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Louis Ségal, Principes d’économie politique : versions, table des matières, index des notions — Retour au dossier marxisme

Le capital domine le prolétariat

p. 103

Dans le procès de la production, la force de travail appartient, non à l’ouvrier, mais au capitaliste. C’est le capital qui réunit les ouvriers, c’est lui qui en fait une force productive sociale. C’est pourquoi la force productive du travail social apparaît comme celle du capital. Dans le procès de production, l’ouvrier n’appartient pas à lui-même, mais au capitaliste. Le travail social est placé sous le commandement du capital qui s’accentue avec le développement de la grande industrie mécanisée.

Revêtant la forme de capital, les moyens de production, qui, par eux-mêmes, ne sont qu’une force de la nature entre les mains de l’ouvrier, deviennent une force qui s’oppose à l’ouvrier et le domine. Cette force ne provient pas des moyens de production eux-mêmes, mais de la domination de la bourgeoisie sur la production sociale, de la subordination du producteur ouvrier au propriétaire capitaliste.

Les moyens de production, c’est du travail passé ; c’est du travail mort par rapport au travail vivant de l’ouvrier. Dans la société capitaliste, ce travail mort domine le travail vivant.

Ce n’est que la domination du travail accumulé passé, matérialisé, sur le travail immédiat vivant, qui transforme le travail accumulé en capital. Ce qui caractérise le capital, ce n’est pas le travail accumulé qui sert de moyen au travail vivant pour faire une nouvelle production, mais le travail vivant qui sert de moyen au travail accumulé pour maintenir et accroître la valeur d’échange de celui-ci. (K. Marx : Travail salarié…, p. 41.)

Le capital remplit son rôle d’autant mieux qu’il soutire à l’ouvrier davantage de travail vivant. Pour le capital, l’ouvrier n’est qu’une source où il puise ce travail vivant pour le convertir en capital. Le capital développe les forces productives, mais il les développe de telle façon qu’il gaspille et détruit la base fondamentale de la société : la force de travail. Le développement des forces productives par la destruction de la force de travail découle de la contradiction fondamentale du capitalisme, entre la production sociale et l’appropriation capitaliste.

Date: 2008-2014