Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Louis Ségal, Principes d’économie politique : versions, table des matières, index des notions — Retour au dossier marxisme

Le salaire dissimule l’exploitation

Supposons qu’il faille 4 heures de travail socialement nécessaire pour la production des moyens de subsistance d’un ouvrier.

Si 1 franc représente une heure de travail social, la valeur de la force de travail exprimée en argent sera de 4 francs. Si la force de travail est payée à sa valeur complète et si l’ouvrier fait 8 heures par jour, le salaire de 4 francs pour une journée de 8 heures représente une rétribution à raison de 0,50 par heure de travail.

En réalité, une heure de travail social est matérialisée par 1 franc et, pour cette raison, en payant 0,50 par heure le capitaliste ne paye qu’une demi-heure de travail sans payer l’autre demi-heure. Si, dans une journée de 8 heures de travail, chaque heure est payée seulement la moitié, c’est-à-dire que, sur l’ensemble de la journée de travail, seule la moitié est payée, soit 4 heures ; les autres 4 heures sont du travail non payé, du surtravail, qui crée la plus-value. Cependant, comme la somme monétaire (4 francs), qui représente seulement une partie de la journée de travail (4 heures) p. 116est répartie sur l’ensemble de la journée de travail (8 heures), il se crée l’apparence que toute la journée est payée.

La forme du salaire fait donc disparaître absolument la division de la journée de travail en travail nécessaire et surtravail, en travail paye ou non payé ! Tout travail apparaît comme travail payé… Dans le système esclavagiste, la partie même de la journée où l’esclave ne fait que remplacer la valeur de ses propres moyens de subsistance et où il travaille effectivement pour lui-même semble être consacrée à du travail pour le compte du maître. Tout le travail de l’esclave se présente comme travail non payé. Dans le salariat, c’est l’inverse : même le surtravail ou travail non payé apparaît comme travail payé. Là, le rapport de propriété dissimule le travail que l’esclave fait pour son propre compte ; ici, le rapport monétaire dissimule le travail gratuit du salarié. (K. Marx : le Capital, t. 3, p. 240.)

On voit donc que le salaire dissimule l’exploitation capitaliste. L’apparence qu’il crée de la rétribution de l’ensemble du travail fait naître des conceptions correspondantes non seulement chez le capitaliste, mais aussi chez l’ouvrier, car le capitaliste paye et l’ouvrier touche un salaire, comme rétribution pour chaque heure, jour ou semaine de travail.

Date: 2008-2014