Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Louis Ségal, Principes d’économie politique : versions, table des matières, index des notions — Retour au dossier marxisme

La loi générale de l’accumulation capitaliste

p. 138

Cette masse de prolétaires, quelle que soit la forme de cette surpopulation, flottante, latente, stagnante, constitue l’excédent de la population en régime capitaliste, la surpopulation relative. Conséquence du mode capitaliste de production, la surpopulation relative devient à son tour la condition de l’existence et du développement du capitalisme. Le développement de ce dernier se produit par l’extension inégale de la production. Un tel développement serait impossible, si l’extension de la production se heurtait chaque fois au manque de main-d’œuvre. En créant la surpopulation relative, le capitalisme crée par là même une réserve de main-d’œuvre perpétuellement en quête de travail. C’est pourquoi Marx appelle la surpopulation relative l’armée industrielle de réserve.

L’excédent de la population, supplément nécessaire à l’excédent de la production, est l’attribut indispensable de l’économie capitaliste sans lequel elle ne pourrait ni exister ni se développer. (V. I. Lénine : Œuvres complètes, tome 2, p. 47, édition russe.)

Plus le capitalisme se développe et plus doit être grande l’armée de réserve.

La grandeur relative de l’armée de réserve industrielle croit donc avec les ressorts de la richesse. Mais plus cette armée de réserve est nombreuse par rapport à l’armée active des travailleurs, et plus est grande la surpopulation consolidée dont la misère est en raison inverse de son travail. Enfin, plus est grande la couche misérable de la classe ouvrière et l’armée de réserve industrielle, et plus est considérable le paupérisme officiel. Telle est la loi absolue générale de l’accumulation capitaliste. (K. Marx : le Capital, t. 4, p. 115.)

Date: 2008-2014