Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Louis Ségal, Principes d’économie politique : versions, table des matières, index des notions — Retour au dossier marxisme

La lutte économique et la lutte politique

p. 151

Mais dans ce cas, me dira-t-on, la lutte de la classe ouvrière pour des améliorations partielles de sa situation en régime capitaliste — lutte pour l’augmentation des salaires, pour la limitation de la journée de travail, pour la protection du travail, etc. — n’a pas de raison d’être. Mieux vaut renoncer à la lutte économique et s’engager dans la lutte directe pour le renversement du capitalisme.

Est-ce à dire que la classe ouvrière doit renoncer à sa résistance contre les empiétements du capital et abandonner ses efforts pour arracher dans les occasions qui se présentent tout ce qui peut apporter quelque amélioration à sa situation ? Si elle le faisait, elle se ravalerait à n’être plus qu’une masse informe, écrasée, d’êtres faméliques auxquels on ne pourrait plus du tout venir en aide…

Si la classe ouvrière lâchait pied dans son conflit quotidien avec le capital, elle se priverait elle-même de la possibilité d’entreprendre tel ou tel mouvement de plus grande envergure. (K. Marx : Travail salarié…, p. 150-151.)

Sans une lutte de tous les jours contre toutes les mesures qui tendent à aggraver la situation de la classe ouvrière, celle-ci ne pourra pas mobiliser et organiser ses forces pour renverser le capitalisme. Mais la lutte économique seule, la renonciation à la lutte politique, ne serait d’aucune utilité à la classe ouvrière.

Les ouvriers ne doivent pas s’exagérer le résultat final de cette lutte quotidienne. Ils ne doivent pas oublier qu’ils luttent contre les effets et non contre les causes de ces effets, qu’ils ne peuvent que retenir le mouvement descendant, mais non en changer la direction, qu’ils n’appliquent que des palliatifs, mais sans guérir le mal. (K. Marx : Travail salarié…, p. 150-151.)

Renoncer à la lutte politique conduit au renforcement du Capital et de l’oppression, le refus de mener la lutte politique équivalant au refus de renverser le capitalisme.

Lénine développa la doctrine de Marx de la concentration du capital et de l’appauvrissement de la classe ouvrière, et montra, en s’appuyant sur une abondante documentation de la période de l’impérialisme, la croissance de l’appauvrissement absolu de la classe ouvrière en régime capitaliste. Il mena une lutte implacable contre la limitation des tâches de la classe ouvrière à la seule lutte économique et contre le dédain et la sous-estimation de la lutte économique. Il a subordonné les rapports de la lutte économique et de la p. 152lutte politique aux tâches générales de la lutte du prolétariat pour le renversement du capitalisme et l’instauration de la dictature du prolétariat, c’est-à-dire aux tâches stratégiques et tactiques essentielles de la révolution prolétarienne.

L’appauvrissement absolu croissant de la classe ouvrière en régime capitaliste souligne la contradiction de plus en plus accentuée entre la production sociale et l’appropriation capitaliste, entre les forces productives sociales et les rapports de production capitalistes. L’appauvrissement de la classe ouvrière — de cette force productive fondamentale de la société — aggrave en même temps la contradiction entre la bourgeoisie et le prolétariat, fait comprendre aux masses les plus nombreuses l’incompatibilité de la production sociale avec l’appropriation capitaliste.

À mesure que diminue le nombre des grands capitalistes, qui accaparent et monopolisent tous les avantages de ce procès de transformation, on voit augmenter la misère, l’oppression, l’esclavage, la dégénérescence, l’exploitation, mais également la révolte de la classe ouvrière qui grossit sans cesse et qui a été dressée, unie, organisée par le mécanisme même du procès de production capitaliste. (K. Marx : le Capital, t. 4, p. 273.)

Ainsi le développement de la grande industrie sape, sous les pieds de la bourgeoisie, le terrain même sur lequel elle a établi son système de production et d’appropriation. Avant tout, la bourgeoisie produit ses propres fossoyeurs. (K. Marx et F. Engels : le Manifeste du parti communiste, p. 24. Bureau d’éditions, Paris, 1935.)

Date: 2008-2014