Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Louis Ségal, Principes d’économie politique : versions, table des matières, index des notions — Retour au dossier marxisme

L’intérêt — partie de la plus-value

Le capital argent prêté pour un délai déterminé porte le nom de capital de prêt. Le revenu touché par le propriétaire de ce capital porte le nom d’intérêt. Le rapport de ce revenu au montant du capital prêté porte le nom de taux d’intérêt. Si, par exemple, le capital prêté de 1 000 francs rapporte annuellement à son propriétaire un revenu de 100 francs, cette dernière somme s’appellera les intérêts ; ils forment 10 % du montant du capital prêté, le taux d’intérêt est donc de 10 %.

L’industriel ou le commerçant, en empruntant de l’argent p. 183pour l’engager dans la production ou dans le commerce, paye l’intérêt sur son profit. Supposons que l’industriel ou le commerçant ait emprunté 100 000 francs. Avec un taux moyen de profit de 10 %, la masse de profit sera de 10 000 francs. Sur ce profit, le capitaliste qui a contracté l’emprunt paye l’intérêt au prêteur. Si le taux d’intérêt est de 5 %, les intérêts sur le capital de 100 000 francs s’élèveront à 5 000 francs payés sur les 10 000 francs de profit. Par conséquent, l’intérêt est une partie du profit, mais ce dernier étant une forme modifiée de la plus-value, l’intérêt est donc lui aussi une partie de la plus-value.

Date: 2008-2014