Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Louis Ségal, Principes d’économie politique : versions, table des matières, index des notions — Retour au dossier marxisme

La deuxième rente différentielle

p. 189

On obtient également la rente différentielle dans le cas d’investissements supplémentaires de capitaux dans la terre. Si, dans notre exemple, le locataire du terrain II engage dans sa terre, au lieu de 100, 200 francs, en introduisant de nouvelles machines, des procédés perfectionnés de labour, des engrais artificiels, etc., il obtiendra une plus forte récolte.

Supposons qu’avec l’investissement d’un capital supplémentaire de 100 francs, le terrain II donne 10 quintaux de blé. Quelle sera alors la rente de ce terrain ? Le capital total engagé dans ce terrain sera de 200 francs. Le taux moyen du profit étant de 20 %, le prix de production individuel de 10 quintaux sera de 240 francs (200 francs de frais de production et 40 francs de profit moyen) ; leur prix social de production (qui comme avant est déterminé par le prix de production individuel d’un quintal sur le terrain le moins bon, c’est-à-dire 30 francs) sera de 300 francs. De la sorte, la rente du terrain II montera à 300 francs − 240 francs = 60 francs, alors qu’avant elle était de 30 francs. L’investissement supplémentaire du capital a donc donné une rente supplémentaire de 30 francs.

Dans le système de louage de la terre (affermage), le loyer est établi d’ordinaire par un bail pour plusieurs années à l’avance. Si pendant ce laps de temps le locataire (affermataire) fait des investissements supplémentaires de capitaux, la rente s’accroît et dépasse les proportions du loyer stipulé, cet excédent reste au locataire. Voilà pourquoi nous constatons le fait particulier que le propriétaire foncier préfère des délais d’affermage aussi courts que possible alors que le locataire réclame les termes les plus longs. Plus est court le délai d’un bail, moins le locataire est intéressé à effectuer des investissements supplémentaires de capital puisque le capital engagé dans la terre pendant le délai du bail reste au propriétaire foncier. La propriété privée de la terre entrave ainsi le développement des forces productives dans l’agriculture.

La rente obtenue à la suite des investissements supplémentaires de capital est aussi de la rente différentielle, elle est conditionnée par les différences dans la productivité du travail, elle s’appelle la deuxième rente différentielle à l’opposé de la première rente différentielle, qui est le résultat p. 190des différences dans la productivité du travail des terrains de qualité inférieure.

Date: 2008-2014