Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Louis Ségal, Principes d’économie politique : versions, table des matières, index des notions — Retour au dossier marxisme

Le monopole et la concurrence

Le monopole est le contraire de la concurrence, mais il ne l’abolit pas et coexiste avec elle. La concurrence prend alors de nouvelles formes et devient beaucoup plus aiguë.

D’ordinaire, le monopole dans une branche d’industrie quelconque n’embrasse pas toute cette branche. Le monopole à 100 % d’une production quelconque est une rare exception. La concurrence, la lutte, se produit en premier lieu entre les capitalistes qui n’entrent pas dans le monopole (les outsiders) et, en second lieu, entre ceux-ci et les monopoles. Dans cette lutte, les monopoles emploient tous les moyens possibles tels qu’une forte baisse temporaire des prix, dans le but de ruiner leurs concurrents, le boycottage dans le but de priver les outsiders de la matière p. 288première nécessaire ; les monopoles ne s’arrêtent pas devant des procédés de lutte tels que d’incendier et de faire sauter les entreprises de leurs concurrents.

La concurrence se produit aussi à l’intérieur des monopoles eux-mêmes. Dans le cas où les entreprises qui entrent dans les unions monopolistes restent indépendantes au point de vue de la production (cartels, syndicats), il se produit entre elles une lutte pour la quote-part dans l’écoulement général de la production. Lors de l’organisation d’un cartel ou d’un syndicat, la quote-part de chaque entreprise dans l’écoulement général est fixée suivant sa capacité de production. Chaque capitaliste qui fait partie d’un cartel cherche à élargir son entreprise, à l’améliorer au point de vue technique, afin de réclamer ensuite pour lui une plus grande quote-part dans l’écoulement. Comme l’accord entre les capitalistes est conclu sur la base du rapport de leurs forces, avec la modification de ce rapport des forces s’aggrave la lutte pour la quote-part. Souvent le cartel se décompose et il s’en crée un nouveau.

Il se produit également une lutte entre les monopoles de la même branche au cas où, dans la branche donnée, il existe non une seule, mais plusieurs unions monopolistes.

Il se produit également une lutte entre les monopoles de branches différentes de production, comme, par exemple, la concurrence entre le pétrole artificiel et le pétrole naturel, la soie artificielle et la soie naturelle, le caoutchouc, etc. La lutte se produit pour le remplacement de certaines marchandises par d’autres susceptibles de satisfaire le même besoin ; ainsi, par exemple, la concurrence entre les transports par chemin de fer, automobiles et aériens, la concurrence entre la houille et le pétrole, etc.

Enfin, il y a lutte entre les monopoles des différents pays. À l’époque du capitalisme prémonopoliste, la concurrence internationale se déroulait entre une foule de capitalistes isolés. Lorsque s’établit la domination des monopoles, la concurrence sur le marché mondial se produit maintenant entre un petit nombre de monopoles gigantesques. C’est pourquoi la concurrence a un caractère beaucoup plus aigu.

… les monopoles n’éliminent pas la libre concurrence dont ils sont issus ; ils existent au-dessus et à côté d’elle, engendrant ainsi des p. 289contradictions, des frictions, des conflits particulièrement aigus et violents.

Lénine, L’impérialisme, stade suprême du capitalisme, Œuvres, tome 22, p. 286-287.
Date: 2008-2014