Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Louis Ségal, Principes d’économie politique : versions, table des matières, index des notions — Retour au dossier marxisme

L’impérialisme est la veille de la révolution prolétarienne

p. 319

La combinaison de ces trois séries de contradictions :

1. les contradictions entre la bourgeoisie et le prolétariat ; 2. les contradictions entre les métropoles et les colonies, et 3. les contradictions entre les pays impérialistes, rend inévitable la victoire de l’avant-garde révolutionnaire du prolétariat sur l’opportunisme et conduit la classe ouvrière à la révolution prolétarienne.

Cette intensification des contradictions est la force motrice la plus puissante de la période historique de transition ouverte par le triomphe définitif du capital financier mondial. (Lénine : l’Impérialisme, stade suprême du capitalisme, p. 135.)

L’impérialisme est un stade de transition, la dernière, la suprême étape du capitalisme.

L’impérialisme est la veille de la révolution sociale du prolétariat. (Lénine : l’Impérialisme, stade suprême du capitalisme, p. 20.)

Comme l’impérialisme porte les forces productives à leur complète maturité pour la socialisation, comme il est le capitalisme parasitaire, pourrissant, agonisant, il porte par cela même les contradictions de classe à leur plus haut degré d’acuité et prépare l’explosion révolutionnaire.

Date: 2008-2014