Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Louis Ségal, Principes d’économie politique : versions, table des matières, index des notions — Retour au dossier marxisme

La théorie du « capitalisme d’État »

p. 325

Après que, devant la crise actuelle, les théories du « capitalisme organisé » et de la « démocratie économique » eurent entièrement fait faillite, la social-démocratie tenta de les faire reparaître sous la forme de la théorie du « capitalisme d’État ». Lorsque, en 1931, commença la série des faillites des grandes banques, des trusts et des konzerns, le capital monopoliste se mit à utiliser de façon intensive le trésor de l’État pour sauver les entreprises en faillite et pour prévenir de nouvelles banqueroutes. L’État accorde à ces entreprises d’énormes subventions sous la forme d’achat d’une partie de leurs actions, et il se procure les moyens de le faire par l’augmentation des impôts, par la réduction des secours aux chômeurs et aux invalides, par la compression des dépenses pour l’instruction publique, etc. Ce pillage des masses travailleuses au profit de l’oligarchie financière est présenté par les chefs social-démocrates comme une intervention de l’État (qui, selon la théorie social-démocrate, n’est pas un État de classe, mais un État « au-dessus des classes », l’État « de tout le peuple ») dans les affaires des capitalistes ; en achetant une partie des actions, l’État, paraît-il, devient un des associés des entreprises sauvées et obtient le contrôle de ces entreprises qui cessent d’être capitalistes et deviennent prétendument des organismes de capitalisme d’État ne se distinguant en rien des organismes socialistes.

Mais même si ces entreprises passaient entièrement entre les mains de l’État, même si elles devenaient vraiment des organismes de capitalisme d’État, elles ne seraient pas socialistes parce que, dans la société bourgeoise, l’État n’est que l’organe exécutif de la classe des capitalistes. En son temps, Engels a raillé impitoyablement les « socialistes » qui voyaient dans la construction des chemins de fer d’État le commencement du socialisme :

ce n’était nullement là des mesures socialistes, directes ou indirectes, conscientes ou inconscientes. Autrement ce seraient des institutions socialistes que la Société royale de commerce maritime, la Manufacture royale de porcelaine, et même, dans la troupe, le tailleur de compagnie […].

Engels : Anti-Dühring, p. 317.
p. 326

Et la social-démocratie actuelle appelle non seulement capitalisme d’État, mais même socialisme le fait que l’État fait passer l’argent des poches des masses populaires exploitées dans les poches des capitalistes en faillite. Lorsqu’en 1931 fut publié le décret extraordinaire du gouvernement allemand sur les subventions aux banques, sur l’augmentation des impôts et sur la réduction des salaires et des dépenses sociales, un des chefs de la social- démocratie allemande, Hilferding, déclara tout net que ce décret était… un morceau de socialisme.

Date: 2008-2014