Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Louis Ségal, Principes d’économie politique : versions, table des matières, index des notions — Retour au dossier marxisme

3. L’argent, moyen de paiement

p. 65

À mesure que se développe la production marchande, parallèlement à la fonction de l’argent comme moyen de circulation, il se crée et se développe une autre fonction, celle du paiement. L’argent remplit la fonction de moyen de paiement dans le cas de la vente à crédit. Supposons que le cordonnier vende au paysan ses bottes à crédit et que le paysan s’engage à payer la dette dans un délai déterminé après la rentrée de la récolte et la vente du blé. Dans cette vente à crédit, l’argent ne remplit pas la fonction de moyen de circulation : la marchandise, les bottes passent entre les mains du paysan sans intermédiaire de l’argent. Lorsque le délai fixé viendra, le paysan sera tenu d’acquitter la dette, l’argent aura joué dans cette opération le rôle de moyen de paiement.

Ayant acheté la marchandise à crédit, le débiteur est obligé de vendre sa marchandise pour amortir sa dette ; qu’il le veuille ou non, le paysan doit vendre son blé, car autrement il ne peut pas acquitter à temps sa dette au cordonnier. Supposons ensuite que le cordonnier, ayant vendu à crédit ses bottes, a acheté au tanneur du cuir également à crédit avec engagement de payer quand le paysan aura acquitté le prix des bottes achetées à crédit ; que le tanneur achète à son tour à crédit les marchandises dont il a besoin en attendant d’être payé par le cordonnier. Il se forme ainsi une chaîne de dettes qui relie plus étroitement encore les producteurs de marchandises. Au cas où le paysan aurait une récolte déficitaire ou s’il ne parvient pas à vendre en temps utile son blé au prix avantageux, il se trouvera dans l’impossibilité d’acquitter sa dette au cordonnier, celui-ci au tanneur, lequel ne pourra pas à son tour payer ses créditeurs.

La fonction de l’argent comme moyen de paiement augmente la possibilité des crises. Si, par exemple, le débiteur n’acquitte pas sa dette au créditeur au temps convenu, le créditeur sera dans l’impossibilité de se procurer les moyens de production et les denrées de consommation nécessaires qui resteront ainsi invendus.

Avec le développement de la production marchande, quand elle devient la production capitaliste, la possibilité des crises devient une nécessité. (Nous donnons plus loin, au chapitre 9, un exposé détaillé de la théorie des crises.)

Date: 2008-2014