Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Louis Ségal, Principes d’économie politique : versions, table des matières, index des notions — Retour au dossier marxisme

Chapitre 2
La production marchande et ses contradictions

p. 29

Marx commence l’étude de la production capitaliste par l’analyse de la marchandise. Il procède ainsi parce que dans la société capitaliste domine la production de marchandises, en d’autres termes, parce que les produits sont destinés non à la consommation individuelle immédiate, mais à l’échange sur le marché.

Dans le régime de production marchande, les rapports de production entre les hommes se présentent sous la forme de relations entre les marchandises. Voyons le rapport fondamental de production de la société capitaliste : l’exploitation du prolétariat par la bourgeoisie. Pour que le capitaliste puisse exploiter l’ouvrier, il doit lui acheter sa force de travail comme une marchandise. L’ouvrier touche du capitaliste le prix de cette marchandise, le salaire, avec lequel il achète d’autres marchandises, ses moyens d’existence.

Quels sont les rapports entre les capitalistes eux-mêmes ? Ils achètent et vendent entre eux des marchandises. C’est dans la marchandise que s’expriment les rapports de production de la société bourgeoise.

La richesse des sociétés dans lesquelles règne le mode de production capitaliste apparaît comme « une gigantesque collection de marchandises », dont la marchandise individuelle serait la forme élémentaire.

Marx, Le Capital, Livre I (chap. 1), P.U.F., Paris, 2009, p. 39. (Dans cette phrase qui ouvre Le Capital, Marx cite, entre guillemets, la première phrase de sa propre Contribution à la critique de l’économie politique. D.M.)

Table of contents

Date: 2008-2014