Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Notes de lecture : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

Chapitre 11. La morale et le droit : liberté et nécessité

rend="publie">P. 141

Mots-clefs : ❦ liberté ❦ nécessité ❦ Hegel ❦ connaissance ❦ nature, empire de l’homme sur la — ❦ homme ❦ animal ❦ homme, maîtrise du feu ❦ machine à vapeur ❦ civilisation, progrès de la — ❦ science et philosophie ❦ neurobiologie ❦ sciences cognitives.

p. p. 146 ⅝Hegel a été le premier à représenter exactement le rapport de la liberté et de la nécessité. Pour lui, la liberté est l’intellection de la nécessité. « La nécessité n’est aveugle que dans la mesure ou elle n’est pas comprise. » La liberté n’est pas dans une indépendance rêvée à l’égard des lois de la nature, mais dans la connaissance de ces lois et dans la possibilité donnée par là même de les mettre en œuvre méthodiquement pour des fins déterminées. Cela est vrai aussi bien des lois de la nature extérieure que de celles qui régissent l’existence physique et psychique de l’homme lui-même, — deux classes de lois que nous pouvons séparer tout au plus dans la représentation, mais non dans la réalité. La liberté de la volonté ne signifie donc pas autre chose que la faculté de décider en connaissance de cause. Donc, plus le jugement d’un homme est libre sur une question déterminée, plus grande est la nécessité qui détermine la teneur de ce jugement ; tandis que l’incertitude reposant sur l’ignorance, qui choisit en apparence arbitrairement entre de nombreuses possibilités de décision diverses et contradictoires, ne manifeste précisément par la que sa non-liberté, sa soumission à l’objet qu’elle devrait justement se soumettre. La p. 147liberté consiste par conséquent dans l’empire sur nous-[mêmes] et sur la nature extérieure, fondé sur la connaissance des nécessités naturelles ; ainsi, elle est nécessairement un produit du développement historique. Les premiers hommes qui se séparèrent du règne animal, étaient, en tout point essentiel, aussi peu libres que les animaux eux-mêmes ; mais tout progrès de la civilisation était un pas vers la liberté. Au seuil de l’histoire de l’humanité il y a la découverte de la transformation du mouvement mécanique en chaleur : la production du feu par frottement ; au terme de l’évolution qui nous a conduits jusqu’aujourd’hui, il y a la découverte de la transformation de la chaleur en mouvement mécanique : la machine à vapeur. — Et malgré la gigantesque révolution libératrice que la machine à vapeur accomplit dans le monde social (elle n’est pas encore à moitié achevée), il est pourtant indubitable que le feu par frottement la dépasse encore en efficacité libératrice universelle. Car le feu par frottement a donné à l’homme pour la première fois l’empire sur une force de la nature et, en cela, l’a séparé définitivement du règne animal. La machine à vapeur ne réalisera jamais un bond aussi puissant dans l’évolution de l’humanité, malgré tout le prix qu’elle prend à nos yeux comme représentante de toutes ces puissantes forces de production qui en découlent, ces forces qui permettent seules un état social où il n’y aura plus de différences de classes, plus de souci des moyens d’existence individuels, et ou il pourra être question pour la première fois d’une liberté humaine véritable, d’une existence en harmonie avec les lois connues de la nature. Mais à quel point toute l’histoire de l’humanité est encore jeune et combien il serait ridicule d’attribuer quelque valeur absolue à nos conceptions actuelles, cela ressort du simple fait que toute l’histoire passée peut se caractériser comme l’histoire de la période qui va de la découverte pratique de la transformation du mouvement mécanique en chaleur à celle de la transformation de la chaleur en mouvement mécanique.

Considérations passionnantes sur la liberté, la connaissance et le progrès de la civilisation. Il y a des questions proprement philosophiques, mais, dans l’histoire, une partie des questions qui ont d’abord paru philosophiques deviennent avec le progrès de la science des questions puis des connaissances scientifiques. Il serait intéressant de reprendre ceci lorsque la neurobiologie et les sciences cognitives auront plus à nous dire sur la conscience et le libre-arbitre.

Dominique Meeùs . Date: 1999-2017