Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Notes de lecture : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

[B. La théorie de coût de production chez Smith]

Table of contents

Livre IV, t. 2, p. 246-271.
[1. Faux présupposé de Smith pour sa théorie des coûts de production. Inconséquence de Ricardo qui maintient l’identification faite par Smith de la valeur au coût de production]
Livre IV, t. 2, p. 246-252.

Mots-clefs : ❦ valeur d’échange, confusion par Smith avec le prix de production

  • Nachdem Smith erst entwickelt, daß die valeur échangeable sich in Arbeitsquantum auflöst, daß der in der valeur échangeable enthaltne Wert, nach Abzug von Rohstoff etc., sich in den Teil Arbeit auflöst, der dem Arbeiter bezahlt wird, und in den Teil, der ihm nicht bezahlt wird, welcher letztre Teil sich in Profit und Rente (der Profit wieder möglicherweise in Profit und Zins) auflöst, schlägt er plötzlich um, und statt die valeur échangeable in Salair, Profit und Rente aufzulösen, macht er vielmehr letztre zu den Bildern der valeur échangeable, läßt sie als selbständige valeurs échangeables die valeur échangeable des Produkts bilden, setzt die valeur échangeable der Ware zusammen aus den selbständig und von ihr unabhängig bestimmten valeur der salaire, profit und rente. Statt daß die valeur ihre Quelle, werden sie die Quelle der valeur.

    MEW 26-2:214-215
  • Après que Smith ait tout d’abord exposé que la valeur échangeable se résout en quantum de travail et que la valeur contenue dans la valeur échangeable se résout en une portion du travail qui est payée à l’ouvrier, après déduction de la matière première, etc., et en une fraction qui ne lui est pas payée, cette dernière à son tour se résolvant en profit et rente (le profit éventuellement en profit et intérêts), il bifurque brusquement et au lieu de résoudre la valeur échangeable en salaire, profit et rente, il fait au contraire de ces derniers les constituants de la valeur échangeable, leur fait constituer la valeur échangeable du produit en tant que valeurs échangeables autonomes ; il compose la valeur échangeable de la marchandise des valeurs du salaire, profit et rente, déterminées de façon autonome, sans qu’elles dépendent de celle-là. Au lieu que la valeur en soit la source, ce sont eux qui deviennent la source de la valeur.

    P. 246.

Et un peu plus loin :

  • … als Smith seine tiefere Ansicht vergißt und bei der falschen aus dem Schein der Oberfläche geschöpften stehnbleibt, daß die échangeable value der commodities gebildet wird durch die Komposition der selbständig bestimmten values of wages, profit and rent.

    P. 215.
  • … dans la mesure où Smith oublie son idée plus profonde, en s’en tenant à la fausse conception déduite de l’apparence de ce qui se voit à la surface, selon laquelle l’échangeable value des commodities est constituée en composant les values of wages, profit and rent déterminées de façon autonome.

    P. 247.
Dominique Meeùs . Date: 1999-2017