Le temps qu’il fait à Bruxelles   Le temps de Bruxelles :

Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Notes de lecture : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

Chapitre 4 — Transformation de l’argent en capital

Table of contents

Livre I, p. 165 (1983) et suivantes.
3. Achat et vente de la force de travail
Livre I, p. 187 et suivantes.

Mots-clefs : ❦ valeur de la force de travail, durée

Marx fait la différence entre le travail (la valeur ajoutée au capital fixe dans le processus de production) et la force de travail. D’abord, la force de travail n’est vendue que pour un temps déterminé.

Lui et le possesseur d’argent se rencontrent sur le marché, et entrent en rapport l’un avec l’autre, avec leur parité de possesseur de marchandises et cette seule distinction que l’un est acheteur, l’autre vendeur: tous deux étant donc des personnes juridiquement égales. Pour que ce rapport perdure, il faut que le propriétaire de la force de travail ne la vende jamais que pour un temps déterminé, car s’il la vend en bloc, une fois pour toutes, il se vend lui-même et il se transforme alors d’être libre en esclave, de possesseur de marchandise en marchandise. En tant que personne, il faut qu’il se rapporte lui-même constamment à sa force de travail comme à sa propriété et par conséquent comme à sa marchandise propre, et cela, il ne le peut que dans la mesure où il ne la met jamais à la disposition de l’acheteur, ne lui en laisse la jouissance que provisoirement, pour un laps de temps déterminé, où donc il ne renonce pas en l’aliénant à sa propriété sur elle 40.

P. 188-189 (1983)

Dans la situation où le capitaliste est en position de force et où le prolétaire n’a que le choix de mourir de faim, la durée de la journée de travail peut être poussée très loin par le capitaliste, mais dans le principe, la force de travail est vendue pour une durée déterminée. Pour que cette durée soit définie et plus ou moins respectée, il faut que l’État légifère sur la journée de travail, entre autres sous la pression du mouvement ouvrier. L’histoire de cette détermination (et des abus des capitalistes) fait l’objet du chapitre 8.

Mots-clefs : ❦ marchandise, histoire ❦ monnaie, histoire

La marchandisation de la force de travail est caractéristique du capitalisme, mais les catégories de division du travail, de marchandise, de monnaie, de valeur d’échange sont très anciennes, bien plus générales que le capitalisme.

Les catégories économiques que nous avons examinées plus haut portent également leur marque historique. L’existence du produit comme marchandise recouvre des conditions historiques déterminées. Pour devenir marchandise, il ne faut pas que le produit soit produit comme moyen de subsistance immédiat pour le producteur lui-même. Si nous avions poussé notre recherche plus loin, en nous demandant dans quelles conditions la totalité des produits, ou simplement le plus grand nombre d’entre-eux, prennent la forme de marchandise, il se serait avéré que cela n’arrive que sur la base d’un mode de production tout à fait spécifique, le mode de production capitaliste. Mais cette étude était très éloignée de l’analyse de la marchandise. Il peut y avoir production et circulation de marchandises, même si l’écrasante masse des produits immédiatement orientés vers les besoins personnels ne se transforme pas en marchandise et donc bien que le procès social de production ne soit pas encore, il s’en faut de beaucoup, dominé dans toute son étendue et dans son fondement par la valeur d’échange. La présentation du produit comme marchandise implique une division du travail si développée au sein de la société que la séparation entre valeur d’usage et valeur d’échange, qui ne fait que s’esquisser dans le commerce de troc immédiat, est alors achevée. Mais ce niveau de développement est commun aux formations sociales économiques les plus diverses du point de vue historique.

Ou encore, prenons l’argent: il présuppose un certain degré d’échange des marchandises. Les formes monétaires particulières de l’argent, simple équivalent marchand ou moyen de circulation, ou moyen de paiement, trésor ou monnaie universelle, renvoient, selon l’extension différente et la prédominance relative de l’une ou de l’autre fonction, à des degrés très divers du procès social de production. Néanmoins, l’expérience enseigne qu’il suffit d’un développement faible de circulation marchande pour que toutes ces formes se constituent. Il en va autrement pour le capital. Ses conditions d’existence historiques ne sont absolument pas données avec la seule circulation des marchandises et de la monnaie. Il ne naît que là où le possesseur de moyens de production et de subsistance trouve sur le marché le travailleur libre, vendeur de sa force de travail, et cette unique condition historique renferme une histoire universelle. C’est pourquoi, d’entrée de jeu, le capital annonce une ère du procès social de production 41.

P. 190-191 (1983).

Ainsi, le capitalisme et quelque chose de tout à fait nouveau : la force de travail devient marchandise et pratiquement tout devient marchandise. Cependant, tout n’est pas nouveau. Il a longtemps que les sociétés ont connu un marché où « la séparation entre valeur d’usage et valeur d’échange […] est […] achevée », même si ce marché n’est que marginal dans un mode de production massivement non marchand.

Mots-clefs : ❦ valeur de la force de travail ❦ valeur de la force de travail, plus que le minimum vital

Marx examine alors la valeur la force de travail.

Il s’agit maintenant d’examiner de plus près cette marchandise singulière qu’est la force de travail. Pareillement à toutes les autres marchandises, elle possède une valeur. Comment celle-ci est-elle déterminée ?

La valeur de la force de travail, pareillement à celle de tout autre marchandise, est déterminée par le temps de travail nécessaire à la production donc à la reproduction de tel article spécifique. Dans la mesure où elle est valeur, la force de travail proprement dite ne représente qu’un quantum déterminé de travail social moyen objectivé en elle. La force de travail existe uniquement comme une disposition de l’individu vivant. Sa production présuppose donc l’existence de ce dernier. L’existence de l’individu étant donnée, la production de la force de travail consiste en sa propre reproduction de lui-même ou encore en sa conservation. Pour se conserver, l’individu vivant a besoin d’une certaine somme de moyens de subsistance. Le temps de travail nécessaire à la production de la force de travail se résout donc dans le temps de travail nécessaire à la production de ces moyens de subsistance, ou encore la valeur de la force de travail est la valeur des moyens de subsistance nécessaires à la conservation de celui qui la possède. Cependant, la force de travail ne se réalise que par son extériorisation, elle n’est à l’œuvre que dans le travail. Or, sa mise en œuvre, le travail, occasionne la dépense d’un quantum déterminé de muscles, de nerfs, de cerveau humains, etc. qu’il faut de nouveau remplacer. Cette dépense accrue entraîne un rendement accru. Si le propriétaire de la force de travail a travaillé aujourd’hui, il faut que demain il puisse répéter le même procès dans les mêmes conditions de force et de santé. Il faut donc que la somme des moyens de subsistance suffise à maintenir dans son état de vie normal l’individu qui travaille en tant qu’individu qui travaille. Les besoins naturels proprement dits, nourriture, vêtements, chauffage, logement, etc. diffèrent selon les caractéristiques climatiques et autres caractéristiques naturelles d’un pays. D’autre part, l’ampleur des besoins dits nécessaires, ainsi que la manière de les satisfaire, sont eux-mêmes un produit historique et, du coup, dépendent en grande partie du degré de civilisation d’un pays, entre autres notamment, et essentiellement, des conditions dans lesquelles la classe des travailleurs libres s’est formée, et par conséquent de ses habitudes et de ses exigences propres quant à ses conditions d’existence. Par opposition aux autres p. 193marchandises, la détermination de la valeur de la force de travail contient donc un élément historique et moral. Cependant, pour un pays déterminé, dans une période déterminée, l’ensemble moyen des moyens de subsistance nécessaires est globalement donné.

P. 191-193 (1983).

Le capital, dans son accumulation initiale, mais encore tous les jours, prolétarise des gens. Le capitalisme est l’ « inventeur » du prolétariat, mais pas de la vie humaine. « La force de travail existe uniquement comme une disposition de l’individu vivant. Sa production présuppose donc l’existence de ce dernier. L’existence de l’individu étant donnée… ». La vie même du travailleur, comme toute ressource naturelle, est un donné. C’est un don de la nature et, comme toute ressource naturelle, c’est gratuit pour le capitaliste et pour tout le monde. La force de travail ne l’est pas parce qu’elle fait l’objet d’un échange marchand. (Il n’y a que dans l’esclavage que l’être humain vivant est une marchandise.)

Il faut encore remarquer deux choses : premièrement, il ne s’agit pas comme on le dit trop souvent du minimum vital ; il ne suffit pas que le travailleur survive, il faut qu’il soit en assez bonne forme pour fournir le travail que le capitaliste attend de lui.

Deuxièmement, la valeur de la force de travail a un caractère historique : elle diffère d’un pays à l’autre et, dans un même pays, d’une époque à l’autre. Cela résulte même pour partie de rapports de forces (« de ses exigences propres »). Il ne s’ensuit pas que la valeur de la force de travail change à chaque instant de la lutte de classes. Pour Marx la valeur de la force de travail, même avec « un élément historique et moral », est quelque chose d’objectif : « pour un pays déterminé, dans une période déterminée », c’est un « donné ». Quand un capitaliste, dans une situation favorable pour lui, paie mal ses travailleurs, il n’abaisse pas la valeur de la force de travail, il triche, il paie la force de travail en dessous de sa valeur. Chaque péripétie de la lutte de classes ne modifie pas la valeur de la force de travail, mais seulement à quel point la force de travail est temporairement payée en dessous de sa valeur. On ne peut parler de changement de valeur de la force de travail qu’entre des « périodes » différentes, ce qui pose la question de ce qu’on appelle « une période déterminée ». Ensuite, pour qu’entre deux périodes déterminées il y ait une valeur différente de la force de travail, il faut bien un glissement des salaires qui ne soit pas un écart entre prix et valeur, mais une véritable évolution de la valeur de la force de travail. Par exemple, dans la crise actuelle qui remonte à la fin des années 60 et devient visible dans les années 70, les capitalistes ont voulu restaurer leur taux de profit en attaquant les salaires. Chaque mesure d’austérité est une tricherie sur la valeur de la force de travail, mais après ces dizaines d’années (et ce n’est pas fini), on pourrait dire de l’ensemble de ces mesures qu’elles constituent un recul historique de la valeur de la force de travail. (On « pourrait dire », mais cela demanderait à être calculé.)

Mots-clefs : ❦ reproduction (enfants), dans la valeur de la force de travail

Avant ces considérations historiques, Marx n’a donné qu’un aperçu rapide des marchandises dont la valeur constitue la valeur de la force de travail. Il y revient en élargissant la perspective.

Le propriétaire de la force de travail est mortel. Si par conséquent son apparition sur le marché est censée être continue comme le présuppose la transformation continue d’argent en capital, il faut que le vendeur de la force de travail se perpétue lui-même, « comme se perpétue tout individu vivant, par la procréation » (Petty). Il faut que les forces de travail retirées du marché par l’usure et la mort soient remplacées constamment par un nombre au moins égal de nouvelles forces de travail. La somme des moyens de subsistance nécessaires à la production de la force de travail inclut donc les moyens de subsistance des remplaçants, c’est-à-dire des enfants des travailleurs, en sorte que cette race de possesseurs de marchandises d’un type particulier se perpétue sur le marché.

Si l’on veut modifier la nature humaine générale de telle sorte qu’elle acquière habileté et savoir faire dans une branche de travail déterminée, qu’elle devienne une force de travail développée spécifique, il faut une formation ou une éducation déterminée qui, à son tour, coûte une somme plus ou moins grande d’équivalents marchandises. Selon le caractère plus ou moins médiatisé de la force de travail, les coûts de sa formation sont différents. Ces frais d’apprentissage qui tendent vers l’infiniment petit pour la force de travail ordinaire, entrent donc dans la sphère des valeurs dépensées pour sa production.

P. 193.

Élever des enfants, on conçoit bien qu’en valeur cela puisse se réduire à la valeur d’autres marchandises, nourriture, langes, vêtements, logement… La mise en œuvre de ces moyens pour élever ses enfants relève de la vie privée. La réduction de la valeur de l’enseignement à la valeur d’autres marchandises est plus délicate : l’enseignant ne fait pas partie du ménage du travailleur. Le travailleur ne se rémunère pas lui-même et son épouse pour la préparation du repas, mais il faut bien que, directement ou indirectement, il paie l’enseignant. Or, par définition, le travailleur n’a pas d’autre revenu que le paiement de sa force de travail et ne peut dépenser ni plus ni moins que ça. Donc tout ce qu’il paie doit être valeur sinon la définition s’écroule. Cela conduit à mon sens à reconsidérer l’exclusion que certains font des services. Je prends ici le cas de l’enseignement parce que Marx le mentionne, mais on pourrait faire la même considération pour la coupe de cheveux. Si les cheveux ne sont pas coupés dans la famille, mais par un coiffeur que le travailleur paie pour cela, la coupe de cheveux doit être une marchandise, une valeur (pas seulement une valeur d’usage). Ce n’est pas le lieu d’épuiser cette question, mais on ne pourra pas ne pas tenir compte de l’exigence de cohérence de la définition de force de travail comme une marchandise qui a pour valeur la somme des valeurs des marchandises qui servent à la produire.

Notes
40.
C’est pour cette raison que diverses législations fixent un maximum pour le contrat de travail. […]
41.
Ce qui caractérise donc l’époque capitaliste c’est que la force de travail acquiert pour le travailleur lui-même la forme d’une marchandise qui lui appartient et son travail, par là-même, la forme de travail salarié. En outre, c’est seulement à partir de ce moment que se généralise la forme marchandise des produits du travail.
Dominique Meeùs . Date: 1999-2018