Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Notes de lecture : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

Chapitre VI (1864, inédit du Capital, Livre I)

Karl Marx, (Manuscrits de 1863-1867, Le Capital, Livre I) Le Chapitre VI Éditions sociales, Paris, 2010.

Mots-clefs : ❦ valeur de la force de travail

Une série de citations (dont je reprends la dernière) données en note par Marx sont intéressantes parce qu’elles montrent que le concept de valeur de la force de travail était déjà vivant bien avant lui.

La valeur d’échange de la capacité de travail… [53]

53 [Citations…]

Le prix naturel de tout article est… établi en fonction de sa production… Son prix naturel [du travail]… consiste dans la quantité de choses nécessaires et de confort de vie, correspondant à la nature du climat et des coutumes du pays, et qui sont nécessaires à l’entretien de l’ouvrier et pour lui permettre d’élever une famille et de la préserver, dans le marché

R. Torrens, An Essay on the External Corn Trade, Londres, 1815, p. 55-65 passim.
Pages 38-39.

Mots-clefs : ❦ agriculture de subsistance ❦ amélioration du sol

Subsomption réelle du travail sous le capital

La caractéristique universelle de la subsomption formelle demeure, savoir la subordination directe au capital du procès de travail, quel que soit son mode du point de vue technologique. Mais sur cette base s’élève un mode de production spécifique sous les rapports technologiques et autres, qui transforme la nature réelle du procès de travail, ainsi que ses conditions réelles — le mode capitaliste de production. C’est seulement lorsque celui-ci intervient qu’a lieu la subsomption réelle du travail sous le capital.

« Agriculture de subsistance ... transformée en agriculture de commercialisation … l’amendement du territoire national ... en fonction de cette transformation. » (A. Joung, Politic. Aritmetic., Lond. 1774, p. 49, note.)

Page 204.

Mots-clefs : ❦ travailleur productif, manuel, intellectuel ou cadre ❦ travailleur salarié, une des déterminations du travailleur productif

p. 212 ⅜En résultent aussitôt deux choses :

Premièrement : dès lors qu’avec le développement de la subsomption réelle du travail sous le capital, autrement dit du mode spécifiquement capitaliste de production, ce n’est plus le travailleur pris à part mais de plus en plus une capacité de travail socialement combinée qui fait effectivement fonctionner le procès global de travail, et que les diverses capacités de travail qui s’assemblent pour former la machine productive en son ensemble participent sous des modes très variés au procès p. 213immédiat de la marchandise — ou mieux ici : à la fabrication du produit, l’un travaillant davantage avec la main, l’autre davantage avec la tête, l’un comme directeur, ingénieur, spécialiste technique, etc., l’autre comme contremaître, le troisième comme travailleur manuel direct, ou même simple manœuvre, ils deviennent de plus en plus des fonctions de la capacité de travail sous le concept immédiat du travail productif et ses porteurs sous celui des travailleurs productifs, à ranger de façon générale comme travailleurs directement exploités par le capital et subordonnés à son procès de valorisation et production. À considérer le travailleur collectif en quoi consiste l’atelier, son activité combinée se réalise materialiter de façon immédiate en un produit collectif qui est en même temps une masse collective de marchandises, où il est parfaitement indifférent de savoir si la fonction du travailleur pris à part, lequel n’est qu’un élément de ce travailleur collectif, est plus proche ou plus éloignée du travail manuel immédiat. Et par suite : l’activité de cette capacité collective de travail est son immédiate consommation productive par le capital, ce qui veut donc dire procès d’autovalorisation du capital, production immédiate de survaleur, et par là, comme on aura à le développer plus loin, sa transformation immédiate en capital.

Deuxièmement : les déterminations plus précises du travail productif résultent par elles-mêmes p. 214des traits caractéristiques du procès de production capitaliste. En premier lieu le possesseur de la capacité de travail fait face au capital, au capitaliste en tant que vendeur de cette capacité, et pour user d’une expression dont nous avons vu qu’elle est irrationnelle, en tant que vendeur direct de travail vivant, non de marchandise. C’est là un travailleur salarié. Là est la première présupposition. Mais en second lieu, introduits par ce procès provisoire qui relève de la circulation, sa capacité de travail et son travail sont incorporés de façon immédiate au capital en tant que facteur vivant de sa production, ils deviennent eux-mêmes l’une de ses parties constitutives, partie variable qui en vérité non seulement pour une part conserve les valeurs du capital avancé, pour une part les reproduit, mais en même temps les augmente et par le seul fait de créer de la survaleur, se transforme en valeur valorisante, en capital. Ce travail s’objectalise immédiatement dans le procès de production en tant que grandeur fluente de valeur.

D’un côté, la première condition peut être remplie sans la seconde. Un travailleur peut être salarié, journalier, etc. C’est toujours possible, lors même que fait défaut le second moment. Tout travailleur productif est salarié, mais pour autant tout salarié n’est pas travailleur productif. Toutes les fois que le travail est acheté pour être employé comme valeur d’usage, comme service, et non pas pour être mis à la place de la valeur du capital variable en tant que facteur vivant, pour être incorporé au procès de production capitaliste, le travail n’est pas un travail productif ni le salarié un travailleur productif. Son travail étant alors posé en raison de sa valeur d’usage, non comme valeur d’échange, il est consommé de manière improductive et non pas productive. De ce fait, le capitaliste ne lui fait pas face en tant que capitaliste, en tant que représentant du capital. Il échange contre lui son argent en tant que revenu, non en tant que capital. De sa consommation résulte non pas A—M—A′ mais M—A—M (ce dernier terme étant le travail ou le service lui-même). Ici l’argent ne fonctionne que comme moyen de circulation, non comme capital.

Pas plus que les marchandises achetées par le capitaliste pour sa consommation privée ne sont consommées productivement ni ne deviennent des facteurs du capital, pas davantage les services qu’en raison de leur valeur d’usage il achète pour ses besoins, que ce soit de façon libre ou forcée (par l’État, etc.). Rien n’en devient facteur du capital. Ce ne sont donc pas des travaux productifs, ni leur porteurs des travailleurs productifs.

Ce passage est d’une importance considérable parce que beaucoup des discuteurs de « travailleur productif » le font à partir d’une lecture étroite d’autres passages du Capital et n’ont sans doute pas lu ceci. On pourrait discuter des travailleurs de secteurs purement financiers comme les employés de banque ou des fonctionnaires de l’État. Poulantzas avait bien lu ça : dans sa « nouvelle bourgeoisie », il met des travailleurs de la circulation, banques, publicité… Mais dans les entreprises qui produisent des biens ou des services marchands, tous les salariés sont productifs pour Marx.

Ce qui est exclu ici c’est ce qui est acheté pour la consommation du capitaliste, mais les marchandises alors tout aussi bien que les services. Cela montre qu’ici productif doit être compris comme productif de plus-value. En effet, dans M—A—M, le M final, marchandise, est un service.

Dominique Meeùs . Date: 1999-2017