Le temps qu’il fait à Bruxelles   Le temps de Bruxelles :

Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Notes de lecture : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

Les différentes versions du Livre I

Version 1 (1867), constituée1 par la première édition allemande.

Version 2 (1872), constituée par la deuxième édition allemande, datée 1872, de Marx.

Version 2A (1875), constituée par l’édition en cahiers à partir d’août 1872, en volume au printemps 1875, de la traduction française de Joseph Roy révisée par Marx. Elle est dérivée de la version 2 en ce que Roy travaille sur un manuscrit de 1871 de la version 2 et sur certaines épreuves en vue de cette édition allemande. Elle en diffère plus qu’une traduction ordinaire ; parce que des évolutions de la version 2 entre le manuscrit de 1871 et la publication ont pu ne pas être communiquées à Roy ou trop tard ; en outre, parce que Marx, en vérifiant la traduction, a parfois modifié son propre texte. (J’explique dans une page séparée en quoi cette version est spécifique quelles sont ses limites.

Version 3 (1883), constituée par la troisième édition allemande de novembre 18833, par Engels sur base de notes préparées par Marx pour une 3e édition, d’indications diverses de Marx, en reprenant certaines choses de la version 2A. Engels dit ceci en avertissement 4 de cette édition :

Marx avait l’intention initialement de remanier très largement le texte du premier volume, de cerner avec plus de précision certains points théoriques, d’en introduire de nouveaux, et de compléter tout le matériau historique et statistique en le mettant à jour jusqu’à la période la plus récente. Mais sa maladie et le désir d’achever la rédaction du deuxième volume l’ont contraint d’abandonner ce projet. Seules devaient être faites les modifications les plus nécessaires, ainsi que les ajouts que contenait l’édition française parue entre-temps […].

Dans les papiers de Marx se trouvait un exemplaire allemand du Capital qu’il avait corrigé par endroits et muni de renvois à l’édition française, ainsi qu’une édition française où il avait repéré très exactement les passages qu’il fallait utiliser. A quelques exceptions près, ces modifications et ces ajouts se limitent à la dernière partie, à la section intitulée : « Le procès d’accumulation du capital ».

Il y a donc des « modifications les plus nécessaires » autres que les reprises de la version 2A. (J’en ai observé quelques unes.) Dans la préface à la traduction anglaise, Engels mentionne des instructions en vue d’un premier projet de traduction en anglais, mais aussi des « instructions finales pour la troisième édition ».

La troisième édition allemande, sur laquelle nous nous sommes fondés pour notre traduction, a été préparée par moi, en 1883, à l’aide de notes laissées par l’auteur, qui indiquaient les passages de la seconde édition qu’il fallait remplacer par des passages correspondants du texte français, publié en 1873. Les changements ainsi effectués dans le texte de la seconde édition coïncidaient généralement avec des changements prescrits par Marx dans une série d’instructions manuscrites pour une traduction anglaise, qui avait été projetée, il y a environ dix ans, en Amérique, mais abandonnée ensuite, faute surtout de pouvoir trouver un traducteur capable et à la hauteur de la tâche. Ce manuscrit a été mis à notre disposition par notre vieil ami, M. F.A. Sorge, à Hoboken, New Jersey. On y trouvait énumérées quelques nouvelles interpolations empruntées à l’édition française. Mais comme ces instructions avaient été données bien des années avant les instructions finales pour la troisième édition, j’estimai que je n’avais le droit de m’en servir qu’avec discrétion, et, avant tout, là où elles nous aideraient à surmonter des difficultés.

The third German edition, which has been made the basis of our work throughout, was prepared by me, in 1883, with the assistance of notes left by the author, indicating the passages of the second edition to be replaced by designated passages from the French text published in 1873.1 The alterations thus effected in the text of the second edition generally coincided with changes prescribed by Marx in a set of MS. instructions for an English translation that was planned, about ten years ago, in America, but abandoned chiefly for want of a fit and proper translator. This MS. was placed at our disposal by our old friend Mr. F. A. Sorge of Hoboken N. J. It designates some further interpolations from the French edition ; but, being so many years older than the final instructions for the third edition, I did not consider myself at liberty to make use of it otherwise than sparingly, and chiefly in cases where it helped us over difficulties.

P. 25.
1.
Le Capital, par Karl Marx. Traduction de M.J. Roy, entièrement revisée par l’auteur. Paris. Lachâtre. This translation, especially in the latter part of the book, contains considerable alterations in and additions to the text of the second German edition.

Version 3A (1887), constituée par la première traduction anglaise en 1887, de la 3e édition allemande, par Samuel Moore et Edward Bibbins Aveling sous la supervision d’Engels. (Le dr Aveling était le compagnon d’Eleanor Marx.) Eleanor a fait un gros travail de retour à l’original anglais d’un certain nombre de citations. Par ailleurs, la numérotation des sections et des chapitres n’est pas celle de la v. 3, mais essentiellement celle de la v. 2A5. On a donc le texte, plus complet, de la v. 3, coulé dans la table des matières de la v. 2A. Tout le travail éditorial en fait plus qu’une simple traduction. Je considère ça, un peu comme la traduction Roy revue par Marx, comme une version spécifique6, que j’appelle version 3A.

Version 4 (1890), constituée par la quatrième édition allemande du Livre I, par Engels. Engels a encore récupéré quelques apports de la v. 2A et corrigé des citations et des références sur base du travail d’Eleanor Marx pour la traduction anglaise (v. 3A) de la version 3.

Les versions 1, 2 et 2A sont de Marx lui-même. Les versions 3 et 4 sont le prolongement par Engels de la préparation d’une version 3 par Marx, à partir des versions 2 et  2A. Engels n’avait pas nécessairement toutes les informations en mains, a travaillé dans l’urgence (il a publié la version 3 très vite après la mort de Marx) et a dû faire certains choix. D’autres ont voulu refaire le même travail qu’Engels en repartant de la version 2, en exploitant d’autres matériaux, en faisant d’autres choix. Ces versions ne sont donc pas dérivées de la version 4, mais, bien que postérieures, sont cousines de la version 4. J’en vois particulièrement trois :

Version SPD (1914). Kautsky repart de la version 2 avec d’autres choix que ceux d’Engels pour les versions 3 et 4. Il établit pour le SPD une édition grand public, qui se veut lisible pour les travailleurs. Dans ce but, il reprend plus de la version 2A.

Version IMEL (1932). Version grand public de l’Institut Marx Engels Lénine à Moscou.

Version Korsch (1932). Karl Korsch se serait voulu plus fidèle à la version 2. C’est un intellectuel marxiste en rupture7. Je ne sais si ça affecte, dans le sens opposé à celui de Rubel, sa présentation du Capital.

Version NTA (2017), constituée par la Neue Textausgabe, bearbeitet und herausgegeben von Thomas Kuczynski. En raison des limites réelles ou supposées des versions 3 et 4 publiées par Engels (et des éditions officielles successives) par rapport aux intentions de Marx pour une troisième édition, Thomas Kuczynski repart de la version 2 de Marx avec d’autres choix que ceux d’Engels et en exploitant des sources dont Engels ne disposait pas8. Il entend en particulier mieux reprendre les améliorations de Marx dans la version 2A. Son plan est plutôt celui de la 2A, mais pas complètement.

Toute nouvelle traduction est une nouvelle version et je n’en pas repris ci-dessus d’autres que les 2A et 3A sous le contrôle de Marx et d’Engels. Je fais cependant exception déconseiller fortement une version très particulière :

Version Rubel (1965). En publiant dans la collection Pléiade sa propre version d’œuvres de Marx, Gallimard veut sans doute concurrencer commercialement les Éditions sociales, mais, ce faisant, la maison d’édition offre à Maximilien Rubel une tribune pour son anticommunisme. Pour le Livre I, Rubel se contente de corriger le texte de Roy et de Marx, mais il en modifie le plan en rejetant en annexe ce qu’il juge moins important et il utilise l’appareil critique pour faire passer ses interprétations personnelles.

Les différentes versions se définissent ainsi par des textes et des plans différents. Il faut donc savoir que lorsqu’on parle de tel ou tel chapitre du Livre I, cela n’a de sens que si on dit aussi de quelle version. J’ai articulé ces versions, avec les principales éditions, dans un schéma et construit une table de comparaison des différentes tables des matières.

Notes
1.
Pour les FRBR, une manifestation est fille d’une expression (version). Mais il me semble qu’inversement, une expression n’existe (à moins qu’on ne dispose d’un manuscrit satisfaisant) qu’à travers sa première manifestation.
3.
Marx décède le 14 mars 1883.
4.
En passant, ceci aussi, sur le vocabulaire allemand, qui peut intéresser le néerlandais :

Es konnte mir nicht in den Sinn kommen, in das Kapital den landläufigen Jargon einzuführen, in Welchem deutsche Ökonomen sich auszudrücken pflegen, jenes Kauderwelsch, worin z.B. derjenige, der sich für bare Zahlung von andern ihre Arbeit geben läßt, der Arbeitgeber heißt, und Arbeitnehmer derjenige, dessen Arbeit ihm für Lohn abgenommen wird. Auch im Französischen wird travail im gewöhnlichen Leben im Sinn von „Beschäftigung“ gebraucht. Mit Recht aber würden die Franzosen den Ökonomen für verrückt halten, der den Kapitalisten donneur de travail, und den Arbeiter receveur de travail nennen wollte.

Il était hors de question pour moi d’introduire dans le Capital le jargon dans lequel les économistes allemands ont coutume de s’exprimer, où l’on donne par exemple le nom de « donneur de travail », Arbeitgeber, à celui qui se fait donner par les autres leur travail contre un paiement comptant, et le nom de « preneur de travail », Arbeitnehmer, à celui dont on prend le travail contre le salaire. En français aussi, le mot travail est utilisé, dans la vie courante, dans le sens d’ « emploi ». Mais les Français seraient en droit de traiter de fou l’économiste qui voudrait appeler le capitaliste « donneur », et l’ouvrier « preneur » de travail.

Het zou niet bij me opgekomen zijn in Het Kapitaal het gangbare jargon te gebruiken, waarin de Duitse economen zich plegen uit te drukken, het koeterwaals waarin bijvoorbeeld degene, die zich tegen contante betaling de arbeid van anderen verschaft, werkgever wordt genoemd en degene, wiens arbeid hem tegen loon wordt afgenomen, werknemer. Ook in het Frans heeft het woord ‘travail’ in het dagelijkse leven de betekenis van ‘werk’, maar terecht zouden de Fransen de economen voor gek verklaren die de kapitalisten donneurs de travail en de arbeiders receveurs de travail zouden willen noemen.

P. 22.
5.
Si Marx s’est écarté de la structuration de la version 2, c’est qu’il trouvait celle-ci meilleure. Il a proposé de l’adopter à l’avenir. Engels avait d’autant plus de raison de suivre cette instruction pour la v. 3A qu’entre 1872 et 1887, les lecteurs anglophones ont dû lire la version 2A, plus souvent que la v. 2, et s’y référer. Engels ne l’a pas fait pour la v. 3 sans doute par manque de temps, mais aussi peut-être parce qu’il a voulu de même respecter les habitudes des lecteurs de la version 2.
6.
Toute traduction est une nouvelle expression FRBR, mais je veux dire qu’ici il y a en outre des écarts volontaires. Selon Ben Fowkes, le traducteur de l’édition Penguin et New Left Review de 1976, Engels aurait, comme Marx peut-être pour la v. 2A, toléré ou encouragé des simplifications pour ne pas rebuter le lecteur anglais.
7.
Schématiquement, il avait une perspective gauchiste volontariste selon laquelle il n’était pas besoin de circonstances historiques particulières pour qu’une révolution soit possible, mais seulement de l’éducation marxiste des ouvriers. Cela restait très théorique dans la mesure où il était un intellectuel peu lié à la classe ouvrière. Il a été exclu du KPD en 1926.
8.
Kuczynski s’en explique dans une postface. Il n’y a pratiquement aucun écho de cette importante nouvelle édition de 2017 (septembre 2018). Je peux mentionner seulement William Outhwaite, « Book review », Journal of Classical Sociology, à paraître, DOI: 10.1177/1468795X18810581.
Dominique Meeùs . Date: 1999-2018