Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Notes de lecture : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

IX. Barbarie et civilisation

Mots-clefs : ❦ classe sociale, première grande division de la société en — ❦ division sociale du travail, première grande — ❦ esclave, prisonniers de guerre ❦ exploitation de l’homme par l’homme, esclavage

L’accroissement de la production dans toutes les branches — élevage du bétail, agriculture, artisanat domestique — donna à la force de travail humaine la capacité de produire plus qu’il ne lui fallait pour sa subsistance. Elle accrut en même temps la somme quotidienne de travail qui incombait à chaque membre de la gens, de la communauté domestique ou de la famille conjugale. Il devint souhaitable de recourir à de nouvelles forces de travail. La guerre les fournit : les prisonniers de guerre furent transformés en esclaves. En accroissant la productivité du travail, donc la richesse, et en élargissant le champ de la production, la première grande division sociale du travail, dans les conditions historiques données, entraîna nécessairement l’esclavage. De la première grande division sociale du travail naquit la première grande division de la société en deux classes : maîtres et esclaves, exploiteurs et exploités.

Mots-clefs : ❦ État, de la classe dominante ❦ État, autonomie relative de l’— ❦ esclavage ❦ féodalité ❦ monarchie absolue ❦ Dobb ❦ Sweezy ❦ mode de production féodal

Comme l’État est né du besoin de refréner des oppositions de classes, mais comme il est né, en même temps, au milieu du conflit de ces classes, il est, dans la règle, l’État de la classe la plus puissante, de celle qui domine au point de vue économique et qui, grâce à lui, devient aussi classe politiquement dominante et acquiert ainsi de nouveaux moyens pour mater et exploiter la classe opprimée. C’est ainsi que l’État antique était avant tout l’État des propriétaires d’esclaves pour mater les esclaves, comme l’État féodal fut l’organe de la noblesse pour mater les paysans serfs et corvéables, et comme l’État représentatif moderne est l’instrument de l’exploitation du travail salarié par le capital. Exceptionnellement, il se présente pourtant des périodes où les classes en lutte sont si près de s’équilibrer que le pouvoir de l’État, comme pseudo-médiateur, garde pour un temps une certaine indépendance vis-à-vis de l’une et de l’autre. Ainsi, la monarchie absolue du 17e et du 18e siècle maintint la balance égale entre la noblesse et la bourgeoisie ; ainsi, le bonapartisme du Premier, et notamment celui du Second Empire français, faisant jouer le prolétariat contre la bourgeoisie, et la bourgeoisie contre le prolétariat. La nouvelle performance en la matière, où dominateurs et dominés font une figure également comique, c’est le nouvel Empire allemand de nation bismarckienne : ici, capitalistes et travailleurs sont mis en balance les uns contre les autres, et sont également grugés pour le plus grand bien des hobereaux prussiens dépravés.

La question de ces États « pseudo-médiateurs » est discutée dans la controverse entre Dobb et Sweezy sur le passage de la féodalité au capitalisme. Les participants estiment que cette position ambiguë de la monarchie ne modifie pas le mode de production féodal où l’appropriation du surplus se fait de manière autoritaire sur base d’une hiérarchie sociale et non dans un rapport marchand de salariat. La bourgeoisie des 17e et 18e était encore surtout marchande et bancaire. La question est celle d’une indépendance relative de la superstructure par rapport à l’infrastructure, pas d’un changement de celle-ci.

Dominique Meeùs . Date: 1999-2017