Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Notes de lecture : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

La doctrine de Marx

Table of contents

P. 44 et suivantes.

Le marxisme est le système des idées et de la doctrine de Marx. Marx a continué et parachevé les trois principaux courants d’idées du 19e siècle, qui appartiennent aux trois pays les plus avancés de l’humanité : la philosophie classique allemande, l’économie politique classique anglaise et le socialisme français, lié aux doctrines révolutionnaires françaises en général. La logique et l’unité remarquables des idées de Marx (qualités reconnues même par ses adversaires), dont l’ensemble constitue le matérialisme et le socialisme scientifique contemporains en tant que théorie et programme du mouvement ouvrier de tous les pays civilisés, nous obligent à faire précéder l’exposé du contenu essentiel du marxisme, la doctrine économique de Marx, d’un bref aperçu de sa conception générale du monde.

On retrouve ici, c’est la première moitié de ce passage, « les trois sources ». En affirmant l’importance de la « conception générale du monde » de Marx, Lénine dit aussi que le « contenu essentiel », c’est l’économie.

Le matérialisme philosophique

P. 44 et suivantes.

Marx était profondément matérialiste et il a peu pris la peine d’écrire là-dessus. Lénine cite la Sainte Famille et le « retournement » dialectique. Pour le reste, il cite surtout Engels comme partageant étroitement les idées de Marx. En outre (p.  46), critique de Hume (agnosticisme, criticisme, positivisme). Bon exposé (p. 47) de la différence entre le matérialisme dialectique et le matérialisme antérieur, en trois points :

[…] 1) ce matérialisme était « essentiellement mécaniste » et ne tenait pas compte du développement moderne de la chimie et de la biologie (de nos jours, il conviendrait d’ajouter encore : de la théorie électrique de la matière) ; 2) l’ancien matérialisme n’était ni historique ni dialectique (mais métaphysique dans le sens d’antidialectique) et n’appliquait pas le point de vue de l’évolution d’une façon systématique et généralisée ; 3) il concevait l’ « être humain » comme une abstraction et non comme « l’ensemble de tous les rapports sociaux » (concrètement déterminés par l’histoire), et ne faisait par conséquent qu’ « interpréter » le monde alors qu’il s’agissait de le « transformer », c’est-à-dire qu’il ne saisissait pas la portée de l’ « activité pratique révolutionnaire ».

La dialectique

P. 47 et suivantes.

Plus encore ici, Lénine ne cite qu’Engels, y compris la dialectique de la nature.

Dominique Meeùs . Date: 1999-2017