Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Notes de lecture : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

L’impérialisme, stade suprême du capitalisme :
Essai de vulgarisation

Rédigé de janvier à juin 1916. Publié pour la première fois en 1917. Œuvres, tome 22, p. 201‑327.

203 Préface

205 Préface aux éditions française et allemande

213 I. La concentration de la production et les monopoles

228 II. Les banques et leur nouveau rôle

245 III. Le capital financier et l’oligarchie financière

260 IV. L’exportation des capitaux

265 V. Le partage du monde entre les groupements capitalistes

274 VI.Le partage du monde entre les grandes puissances

286 VII. L’impérialisme, stade particulier de capitalisme

297 VIII. Le parasitisme et la putréfaction du capitalisme

« Telles sont les possibilités que nous offre une plus large alliance des États d’Occident, une fédération européenne des grandes puissances : loin de faire avancer la civilisation universelle, elle pourrait signifier un immense danger de parasitisme occidental aboutissant à constituer un groupe à part de nations industrielles avancées, dont les classes supérieures recevraient un énorme tribut de l’Asie et de l’Afrique et entretiendraient, à l’aide de ce tribut, de grandes masses domestiquées d’employés et de serviteurs, non plus occupées à produire en grandes quantités des produits agricoles et industriels, mais rendant des services privés ou accomplissant, sous le contrôle de la nouvelle aristocratie financière, des travaux industriels de second ordre. » (Lénine cite Hobson. P. 302, ¼.)

L’auteur a parfaitement raison : si les forces de l’impérialisme ne rencontraient pas de résitance, elles aboutiraient précisément à ce résultat. (P. 303, haut.)

L’opportuniste allemand Gerhard Hildebrand, qui fut en son temps exclu du parti pour avoir défendu l’impérialisme et qui pourrait être aujourd’hui le chef du parti dit « social-démocrate » d’Allemagne, complète fort bien Hobson en préconisant la formation des « États-Unis d’Europe occidentale (sans la Russie) en vue d’actions « communes »… contre les Noirs d’Afrique, contre le « grand mouvement islamique », pour l’entretien « d’une armée et d’une flotte puissantes » contre la « coalition sino-japonaise », etc. (P. 303, ½.)

307 IX. La critique de l’impérialisme

322 X. La place de l’impérialisme dans l’histoire

Dominique Meeùs . Date: 1999-2017