Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Notes de lecture : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

À Friedrich Engels, le 3 octobre 1866

Karl Marx, lettre à Friedrich Engels, [Londres,] le 3 octobre 1866. Marx, Engels, Lettres sur les sciences de la nature, Éditions sociales, Paris, 1973, lettre 41, p. 51-52. Marx, Engels, Correspondance, tome 8, Éditions sociales, Paris, 1981, lettre 174, p. 319-320.

Mots-clefs : ❦ Trémaux ❦ Cuvier ❦ Darwin ❦ preuve ❦ science.

P. 51-52, resp. 320.Ad vocem Trémaux : Le jugement que tu portes, à savoir « que toute sa théorie ne vaut rien parce qu’il ne comprend rien à la géologie et qu’il est incapable de la critique la plus ordinaire à l’égard de toute la littérature parue sur la question », tu peux le retrouver presque textuellement chez Cuvier, dans son Discours sur les révolutions du globe [en français dans le texte], dirigé contre la doctrine de la variabilité des espèces [en français dans le texte], dans lequel il se gausse, entre autres, des fantasmagories allemandes sur la nature, dont les auteurs annonçaient intégralement l’idée fondamentale de Darwin, sans pouvoir le moins du monde la prouver. Cela n’a pas empêché pourtant que Cuvier, qui était un grand géologue et même, pour un naturaliste, un critique exceptionnel vis-à-vis de la littérature parue sur la question, ait tort, et que les gens qui énonçaient cette idée nouvelle aient raison. L’idée fondamentale de Trémaux sur l’influence du sol (même si, naturellement, il ne fait pas entrer en ligne de compte d’éventuelles modifications historiques de cette influence, parmi lesquelles je compte pour ma part également les changements chimiques provoqués dans les couches superficielles du sol par l’agriculture, etc., et plus largement les différentes influences qu’exercent sous des modes de production différents des choses comme les gisements de houille, etc.) est à mon avis une idée qui n’a besoin que d’être énoncée pour gagner définitivement droit de cité dans la science, et cela tout à fait indépendamment de l’exposé de Trémaux.

Il n’écoute pas sérieusement les arguments d’Engels. Il dit seulement que puisque Cuvier s’est bien trompé dans une critique (dans une tout autre affaire), Engels peut se tromper dans sa critique de Trémaux. C’est faible (et Engels le relevait dans sa réponse).

Que le sol ait une influence est indéniable. Il a une influence sur la vie des organismes, mais cela n’a rien à voir avec les espèces. Il a une influence sur l’évolution mais c’est par la sélection naturelle donc avec Darwin et pas contre lui.

Dominique Meeùs . Date: 1999-2017