Friedrich Engels, Dialectique de la nature, retour à la table des matières

La dialectique (1)

(Développer le caractère général de la dialectique en tant que science des connexions, en opposition à la métaphysique.)

C’est donc de l’histoire de la nature et de celle de la société humaine que sont abstraites les lois de la dialectique. Elles ne sont précisément rien d’autre que les lois les plus générales de ces deux phases du développement historique ainsi que de la pensée elle-même. Elles se réduisent pour l’essentiel aux trois lois suivantes :

– la loi du passage de la quantité à la qualité et inversement ;

– la loi de l’interpénétration des contraires ;

– la loi de la négation de la négation.

Toutes trois sont développées à sa manière idéaliste par Hegel comme de pures lois de la pensée : la première dans la première partie de la Logique, dans la doctrine de l’Être ; la seconde emplit toute la deuxième partie, de beaucoup la plus importante, de sa Logique, la doctrine de l’Essence ; la troisième enfin figure comme loi fondamentale pour l’édification du système tout entier. La faute consiste en ce que ces lois sont imposées d’en haut à la nature et à l’histoire comme des lois de la pensée au lieu d’en être déduites. Il en résulte toute cette construction forcée, à faire souvent dresser les cheveux sur la tête : qu’il le veuille ou non, le monde doit se conformer à un système logique, qui n’est lui-même que le produit d’un certain stade de développement de la pensée humaine. Si nous inversons la chose, tout prend un aspect très simple, et les lois dialectiques, qui dans la philosophie idéaliste paraissent extrêmement mystérieuses, deviennent aussitôt simples et claires comme le jour.

D’ailleurs quiconque connaît tant soit peu son Hegel sait bien que celui-ci, dans des centaines de passages, s’entend à tirer de la nature et de l’histoire les exemples les plus péremptoires à l’appui des lois dialectiques.

Nous n’avons pas ici à rédiger un manuel de dialectique, mais seulement à montrer que les lois dialectiques sont de véritables lois de développement de la nature, c’est-à-dire valables aussi pour la science théorique de la nature. Aussi ne pouvons-nous entrer dans l’examen détaillé de la connexion interne de ces lois entre elles.

1. Loi du passage de la quantité à la qualité et inversement. Nous pouvons, pour notre dessein, exprimer cette loi en disant que dans la nature, d’une façon nettement déterminée pour chaque cas singulier, les changements qualitatifs ne peuvent avoir lieu que par addition ou retrait quantitatifs de matière ou de mouvement (comme on dit, d’énergie).

Toutes les différences qualitatives dans la nature reposent soit sur une composition chimique différente, soit sur des quantités ou des formes différentes de mouvement (d’énergie), soit, ce qui est presque toujours le cas, sur les deux à la fois. Il est donc impossible de changer la qualité d’aucun corps sans addition ou retrait de matière ou de mouvement, c’est-à-dire sans modification quantitative du corps en question. Sous cette forme, la mystérieuse proposition de Hegel n’apparaît donc pas seulement tout à fait rationnelle, mais même assez évidente.

Il est sans doute à peine nécessaire d’indiquer que même les différents états allotropiques et d’agrégation des corps reposent, parce qu’ils dépendent d’un groupement moléculaire différent, sur une quantité plus ou moins grande du mouvement communiqué à ces corps.

Mais que dire du changement de forme du mouvement ou, comme on dit, de l’énergie ? Lorsque nous transformons de la chaleur en mouvement mécanique ou inversement, la qualité est pourtant modifiée et la quantité reste la même ? Tout à fait exact. Mais il en est du changement de forme du mouvement comme du vice de Heine : chacun pour soi peut être vertueux, mais pour le vice il faut toujours être deux (2). Le changement de forme du mouvement est toujours un processus qui s’effectue entre deux corps au moins, dont l’un perd une quantité déterminée de mouvement de la première qualité (par exemple de chaleur), tandis que l’autre reçoit une quantité correspondante de mouvement de l’autre qualité (mouvement mécanique, électricité, décomposition chimique). Quantité et qualité se correspondent donc ici de part et d’autre et réciproquement. Jusqu’ici on n’a pas réussi à l’intérieur d’un corps singulier isolé à convertir du mouvement d’une forme dans l’autre.

Il n’est question ici pour l’instant que de corps inanimés ; la même loi est valable pour les corps vivants, mais elle procède en eux dans des conditions très complexes, et aujourd’hui encore la mesure quantitative nous est souvent impossible.

Si nous nous représentons un corps inanimé quelconque divisé en particules de plus en plus petites, il ne se produit tout d’abord aucun changement qualitatif. Mais il y a une limite : si, comme dans l’évaporation, nous parvenons à libérer les molécules isolées, nous pouvons certes, dans la plupart des cas, continuer encore à diviser celles-ci, mais seulement au prix d’un changement total de la qualité. La molécule se décompose en ses atomes, qui ont isolément des propriétés tout à fait différentes de celles de la molécule. Dans le cas des molécules qui se composent d’éléments chimiques différents, la molécule composée est remplacée par des molécules ou des atomes de ces corps simples eux-mêmes ; dans le cas des molécules des éléments apparaissent les atomes libres, qui ont des effets qualitatifs tout à fait différents : les atomes libres de l’oxygène à l’état naissant produisent en se jouant ce que les atomes de l’oxygène atmosphérique liés dans la molécule ne réalisent jamais.

Mais la molécule elle-même est déjà qualitativement différente de la masse du corps physique dont elle fait partie. Elle peut accomplir des mouvements indépendamment de cette masse et tandis qu’en apparence celle-ci reste en repos, par exemple des vibrations caloriques ; elle peut, grâce à un changement de position ou de liaison avec les molécules voisines, faire passer le corps à un état d’allotropie ou d’agrégation différent, etc.

Nous voyons donc que l’opération purement quantitative de la division a une limite, où elle se convertit en une différence qualitative : la masse ne se compose que de molécules, mais elle est quelque chose d’essentiellement différent de la molécule, comme celle-ci l’est à son tour de l’atome. C’est sur cette différence que repose la séparation de la mécanique, science des masses célestes et terrestres, de la physique, mécanique des molécules, et de la chimie, physique des atomes.

Dans la mécanique, on ne rencontre pas de qualités ; tout au plus des états comme l’équilibre, le mouvement, l’énergie potentielle, qui tous reposent sur la transmission mesurable du mouvement et qui peuvent eux-mêmes s’exprimer quantitativement. Donc, dans la mesure où un changement qualitatif se produit, il est déterminé par un changement quantitatif correspondant.

En physique les corps sont traités comme chimiquement invariables ou indifférents ; nous avons affaire aux modifications de leurs états moléculaires et au changement de forme du mouvement, changement qui, dans tous les cas, au moins d’un des deux côtés, met en jeu les molécules. Ici, toute modification est une conversion de la quantité en qualité, une conséquence d’un changement quantitatif de la quantité du mouvement, quelle qu’en soit la forme, qui est inhérent au corps ou qui lui est communiqué.

Ainsi, par exemple, le degré de température de l’eau est tout d’abord indifférent relativement à sa liquidité ; mais, si l’on augmente ou diminue la température de l’eau liquide, il survient un point où cet état de cohésion se modifie et où l’eau se change d’une part en vapeur et d’autre part en glace. (Hegel, Encycl., Éd. complète, tome VI, p. 217 (3).)

Ainsi, il faut une intensité minimum déterminée du courant pour porter à l’incandescence le fil de platine (de la lampe électrique) ; ainsi, chaque métal a sa température d’incandescence et de fusion, chaque liquide son point de congélation et son point d’ébullition, fixes pour une pression connue — dans la mesure où nos moyens nous permettent de réaliser la température en question ; ainsi, enfin, chaque gaz a lui aussi son point critique où la pression et le refroidissement le rendent liquide. En un mot, les soi-disant constantes de la physique ne sont en majeure partie pas autre chose que la désignation de points nodaux, auxquels un apport ou un retrait quantitatifs de mouvement entraînent dans l’état du corps en question une modification qualitative, donc où la quantité se convertit en qualité.

Cependant le domaine dans lequel la loi de la nature découverte par Hegel connaît ses triomphes les plus prodigieux est celui de la chimie. On peut définir la chimie comme la science des changements qualitatifs des corps qui se produisent par suite d’une composition quantitative modifiée. Cela, Hegel lui-même le savait déjà (Logique, éd.. compl. III, p. 433) (4). Soit l’oxygène : si, au lieu des deux atomes habituels, trois atomes s’unissent pour former une molécule, nous avons l’ozone, corps qui par son odeur et ses effet se distingue d’une façon bien déterminée de l’oxygène ordinaire. Et que dire des proportions différentes dans lesquelles l’oxygène se combine à l’azote ou au soufre et dont chacune donne un corps qualitativement différent de tous les autres ! Quelle différence entre le gaz hilarant (protoxyde d’azote N2O) et l’anhydride azotique (pentoxyde d’azote N2O5) ! Le premier est un gaz, le second, à la température habituelle, un corps solide et cristallisé. Et pourtant toute la différence dans la combinaison chimique consiste en ce que le second contient cinq fois plus d’oxygène que le premier. Entre les deux se rangent encore trois autres oxydes d’azote NO, N2O3, NO2), qui tous se différencient qualitativement des deux premiers et sont différents entre eux.

Ceci apparaît d’une façon plus frappante encore dans les séries homologues des carbures, notamment des hydrocarbures les plus simples. Des paraffines normales, la première de la série est le méthane CH4 ; ici les quatre valences de l’atome de carbone sont saturées par quatre atomes d’hydrogène. La seconde, l’éthane C2H6 comprend deux atomes de carbone qui ont échangé une valence, et les six valences libres sont saturées par six atomes d’hydrogène. Et ainsi de suite, CH8, CH10, etc., selon la formule algébrique CnH2n+2, si bien qu’en ajoutant dans chaque cas CH2, on obtient chaque fois un corps qualitativement différent du précédent. Les trois premiers termes de la série sont des gaz ; le dernier connu, l’hexadécane C16 H34, est un solide avec comme point d’ébullition 270º C. Il en est de même des alcools primaires de formule CH2n+2 O, (théoriquement) dérivés des paraffines, et des acides gras monobasiques (formule Cn H2n O2,). Quelle différence qualitative peut provoquer l’addition quantitative de CH6 ? L’expérience nous l’apprend si nous consommons de l’alcool éthylique C2 H6 O sous une forme assimilable quelconque sans addition d’autres alcools, et si une autre fois nous prenons le même alcool éthylique, mais additionné légèrement d’alcool amylique C5 H12 O, qui constitue l’élément essentiel de l’infâme tord-boyaux. Notre tête s’en apercevra certainement le lendemain matin et à ses dépens ; si bien qu’on pourrait dire que l’ivresse et ensuite le mal aux cheveux sont également la conversion en qualité d’une quantité… d’alcool éthylique d’une part, de ce C3 H6, ajouté d’autre part.

Cependant nous rencontrons dans ces séries la loi de Hegel sous une autre forme encore. Les premiers termes n’admettent qu’une seule disposition réciproque des atomes. Mais, si le nombre des atomes qui constituent une molécule atteint une grandeur déterminée pour chaque série, le groupement des atomes dans la molécule peut s’opérer de façon multiple ; de la sorte on peut rencontrer deux corps isomères ou plus qui ont le même nombre d’atomes C, H, O par molécule, mais qui sont pourtant qualitativement différents. Nous pouvons même calculer combien il y a de tels isomères possibles pour chaque terme de la série. Ainsi dans la série de paraffines il y en a deux pour C4 H10, trois pour C5 H12 ; pour les termes supérieurs le nombre des isomères possibles augmente très rapidement. C’est donc ici derechef la quantité des atomes par molécule qui détermine la possibilité et, dans la mesure où elle est prouvée par l’expérience, l’existence effective de tels corps isomères qualitativement différents.

Il y a plus. De l’analogie des corps qui nous sont connus dans chacune des séries, nous pouvons tirer des conclusions sur les propriétés physiques des termes encore inconnus de la série et, tout au moins pour ceux qui suivent immédiatement les termes connus, prédire avec une certaine certitude ces propriétés, point d’ébullition, etc.

Enfin la loi de Hegel n’est pas valable seulement pour les corps composés, mais aussi pour les éléments chimiques eux-mêmes. Nous savons maintenant « que les propriétés chimiques des éléments sont une fonction périodique de leurs poids atomiques ». (Roscoe-Schorlemmer : Manuel complet de chimie, tome II, p. 823) (5), que leur qualité est donc déterminée par la quantité de leur poids atomique. Et la confirmation en a été fournie d’une façon éclatante. Mendeléiev démontra que dans les séries, rangées par poids atomiques croissants, des éléments apparentés, on rencontre diverses lacunes, qui indiquent qu’il y a là de nouveaux éléments restant à découvrir. Il décrivit à l’avance les propriétés chimiques générales d’un de ces élé­ments inconnus qu’il appela l’Ekaaluminium, parce qu’il suit l’aluminium dans la série qui, commence par ce corps (6), et il prédit approximativement son poids spécifique et atomique ainsi que son volume atomique. Quelques années plus tard Lecoq de Boisbaudran découvrait effectivement cet élément, et les prédictions de Mendeléiev se trouvèrent exactes à de très légers écarts près. L’Ekaaluminium était réalisé dans le gallium (ibid., p. 828). Grâce à l’application — inconsciente — de la loi hégélienne du passage de la quantité à la qualité, Mendeléiev avait réalisé un exploit scientifique qui peut hardiment se placer aux côtés de celui de Leverrier calculant l’orbite de la planète Neptune encore inconnue (7).

Dans la biologie comme dans l’histoire de la société humaine, la même loi se vérifie à chaque pas, mais nous voulons nous en tenir ici à des exemples empruntés aux sciences exactes, puisque c’est ici que les quantités peuvent être exactement mesurées et suivies.

Sans aucun doute ces mêmes messieurs qui ont jusqu’à présent taxé de mysticisme et de transcendentalisme incompréhensible la loi du passage de la quantité à la qualité vont-ils déclarer maintenant qu’il s’agit là de quelque chose de tout à fait évident, de banal et de plat qu’ils ont utilisé depuis longtemps et qu’ainsi on ne leur a rien appris de nouveau. Mais cela restera toujours un haut fait historique d’avoir exprimé pour la première fois une loi générale de l’évolution de la nature, de la société et de la pensée sous sa forme universellement valable. Et, si ces messieurs ont depuis des années laissé se convertir l’une en l’autre quantité et qualité sans savoir ce qu’ils faisaient, il faudra bien qu’ils se consolent de concert avec le monsieur Jourdain de Molière, qui avait lui aussi fait de la prose toute sa vie sans en avoir la moindre idée.


(1)Tel est le titre initial de cet article, ainsi qu’il figure à la première page du manuscrit. À la cinquième et à la neuvième page du manuscrit (c’est-à-dire au début du deuxième et du troisième feuillet), on lit en haut dans la marge : « Lois dialectiques. »

Dans les éditions précédentes de Dialectique de la nature on donnait cet article sous le titre : « Caractère général de la dialectique en tant que science » (formule qui représente les cinq premiers mots du texte allemand de la phrase entre parenthèses constituant le début de l’article). Il est resté inachevé. Il a été vraisemblablement rédigé en 1879. (On y cite le deuxième tome de la Chimie de Roscoe-Schorlemmer, qui a paru en 1879, mais il n’y est pas question de la découverte du scandium dont Engels aurait sûrement fait mention en rapport avec la découverte du gallium, s’il avait écrit cet article après 1879, année de la découverte du scandium.) (O.G.I.Z., Obs.)

(2)Engels a en vue la préface de Heine à la troisième partie du Salon, écrite en 1837 et intitulée « Le Délateur ». (O.G.I.Z., Obs.).

(3)En ce qui concerne le sixième tome du recueil allemand des œuvres de Hegel, le texte et la pagination coïncident entièrement entre la première édition (Berlin, 1840) et la deuxième édition (Berlin, 1843). Engels cite le sixième tome, semble-t-il, d’après la seconde édition. (O.G.I.Z., Obs.)

(4)Engels indique les pages du troisième tome-du recueil allemand des œuvres de Hegel d’après la deuxième édition (Berlin, 1841). (O.G.I.Z., Obs.)

(5)Roscoe-Schorlemmer : Manuel complet de chimie, tome II, Brunswick, 1879. (N.R.)

(6)Pour désigner les maillons manquants du système périodique des éléments, Mendeléiev proposait de se servir des noms de nombre sanscrits « eka », « dvi », « tri » « tchatour », en les employant comme préfixes du nom des éléments après lesquels ces maillons manquants devaient venir se ranger. (O.G.I.Z., Obs.)

(7)Depuis, la loi hégélienne appliquée aux éléments a reçu d’autres brillantes confirmations, prolongeant la découverte de Mendeléiev. Tout d’abord, la qualité chimique de l’élément est définie par le nombre de protons que renferme son noyau, tandis que sa variété isotopique, c’est-à-dire sa qualité nucléaire (ses propriétés radioactives par exemple) ainsi que celles de ses propriétés physiques qui dépendent de sa masse atomique sont déterminées par le nombre de neutrons que contient le noyau. En outre, à partir d’une loi découverte par Pauli selon laquelle il ne peut exister dans un même atome deux électrons possédant les mêmes caractéristiques de mouvement, il est possible d’établir une règle quantitative donnant l’explication rationnelle (bien qu’encore imparfaite) du caractère périodique de la classification de Mendeléiev. (N.R.)