Dominique Meeùs
Dernière modification le  
retour à la table des matières

Monnaie et prix

Équivalent général


Références

Manuel, pp. 80-83, L’évolution des formes de la valeur. Le caractère de la monnaie.

Étude recommandée

Page 81, aux deux tiers, « Avec le développement… » jusqu’à « … équivalent unique » au milieu de la page 82.

Question de restitution

Comment un équivalent général facilite-t-il l’échange ? Peut-il y en avoir plusieurs ? Quelle marchandise devient équivalent général ?

Explication concrète dans le Manuel : sans équivalent général l’échange peut échouer parce que B ne s’intéresse pas à la marchandise proposée par A. D’abord n’importe quelle marchandise très demandée. Ensuite un métal, voir plus loin.

Marchandise utilisée comme équivalent universel. Dans l’exemple plus haut, on a pu rapporter la valeur des ordinateurs, des autos et des maisons à celle d’une seule et même marchandise, le pain.

Monnaie

Références

Manuel, pp. 80-83, L’évolution des formes de la valeur. Le caractère de la monnaie.

Étude recommandée

Page 82, après la moitié, « Lorsque le rôle… » jusqu’à la fin de la section page 83.

Question de restitution

Pourquoi du métal ?

Grande valeur spécifique (par rapport au volume et au poids). Stabilité et divisibilité.

Mais on a besoin comme monnaie d’une marchandise durable, divisible et d’une grande valeur dans un petit volume. On a donc utilisé des métaux résistants et de grande valeur, comme l’or et l’argent. Par la suite, les banques ont émis des billets représentant une certaine quantité d’or.

Prix

Références

Manuel, pp. 83-87, Les fonctions de la monnaie.

Étude recommandée

Page 83, le deuxième alinéa de cette section (« La fonction essentielle… ») jusqu’au haut de la page 84 « Le prix est l’expression monétaire de la valeur de la marchandise ».

Question de synthèse

Finalement, la valeur, c’est le temps de travail socialement nécessaire ou c’est le prix ?

Voir la discussion de la phrase « … la valeur d’échange d’une marchandise est la forme de manifestation de sa valeur ». Nous avons vu que la valeur est logiquement antérieure àla valeur d’échange, qu’elle fonde la valeur d’échange. A fortiori, elle fonde cette valeur d’échange particulière qu’est le prix. Sans valeur, pas de valeur d’échange donc pas de prix. Alors le prix ne peut pas fonder la valeur, il peut seulement l’exprimer.

Le prix d’une marchandise est la quantité de monnaie que l’on échange contre elle.

On peut se donner une petite idée du rapport entre valeur (temps de travail) et prix (monnaie) en estimant que la valeur qui correspond à une heure de travail est représentée par 40 euros. (Il faudrait rapporter la production d’un an au nombre d’heures de travail productif en un an. Cela a été fait par Gouverneur, voir note 79 page 26 (sous réserve de la définition de productif). Pour la correspondance avec la valeur de la force de travail, voir note 76 page 23.)

Loi de la valeur

Références

Manuel, pp. 89-90, La loi de la valeur est la loi économique de la production marchande.

La loi de la valeur régule la production et l’échange. C’est elle qui détermine à quelle production sont affectées les forces productives de la société, hommes et moyens de production. Si on produit trop peu d’une marchandise pour laquelle il existe une demande solvable, le prix s’élève au-dessus de la valeur ce qui attire des capitalistes dans cette production. À l’inverse, si on produit trop, le prix tombe en dessous de la valeur et des capitalistes changent leur fusil d’épaule ou font faillite.

On voit en même temps que le prix n’est pas exactement égal à la valeur parce qu’il a des hauts et des bas selon l’offre et la demande. Cependant ce ne sont pas l’offre et la demande qui sont à la base du prix, c’est la valeur. L’offre et la demande constituent seulement le mécanisme qui influe sur la production pour ramener le prix vers la valeur. En principe, sur le marché, on échange des équivalents.

(On verra que la société socialiste échappe à cette loi.)

La richesse c’est le travail et la production est sociale

Thèse centrale

La richesse c’est le travail et la production est sociale :

Retour en haut de la page