Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

1.1. L’apparition de la société humaine.

p. 21L’homme est apparu au début de la période actuelle de l’histoire de la Terre, dite période quaternaire, qui compte selon les savants un peu moins d’un million d’années. Dans différentes régions d’Europe, d’Asie et d’Afrique au climat chaud et humide vivait une espèce très évoluée de singes anthropomorphes dont l’homme est descendu à la suite d’une longue évolution qui passe par toute une série de stades intermédiaires.

L’apparition de l’homme a marqué un tournant décisif dans le développement de la nature. Ce tournant s’est opéré lorsque les ancêtres de l’homme se sont mis à confectionner des instruments de travail. L’homme commence à se distinguer foncièrement de l’animal au moment où il se met à fabriquer des instruments, aussi simples soient-ils. On sait que les singes se servent souvent d’un bâton ou d’une pierre pour abattre les fruits de l’arbre ou se défendre quand ils sont attaqués. Mais jamais aucun animal n’a confectionné même l’outil le plus primitif. Les conditions d’existence incitaient les ancêtres de l’homme à fabriquer des instruments. L’expérience leur suggéra qu’ils pouvaient utiliser des pierres aiguisées pour se défendre en cas d’attaque ou pour chasser. Ils se mirent à confectionner des outils de pierre en frappant une pierre contre une autre. Ceci marque le début de la fabrication des outils. Et c’est par la fabrication des outils que le travail a commencé.

Grâce au travail, les extrémités des membres antérieurs du singe anthropomorphe sont devenues les mains de l’homme, ainsi qu’en témoignent les restes du pithécanthrope (être intermédiaire entre le singe et l’homme) trouvés par les archéologues. Le cerveau du pithécanthrope était beaucoup moins développé que celui de l’homme, mais déjà sa main se distinguait relativement peu de la main humaine. La main est donc l’organe, mais aussi le produit du travail.

À mesure que les mains se déchargeaient de tout emploi p. 22autre que le travail, les ancêtres de l’homme s’habituaient de plus en plus à la station verticale. Quand les mains furent prises par le travail, s’accomplit le passage définitif à la station verticale, ce qui joua un rôle très important dans la formation de l’homme.

Les ancêtres de l’homme vivaient en hordes, en troupeaux ; les premiers hommes aussi. Mais entre les hommes un lien était apparu, qui n’existait pas, et ne pouvait pas exister, dans le règne animal ; ce lien, c’était le travail. C’est en commun que les hommes fabriquaient des outils, en commun qu’ils les mettaient en œuvre. Par conséquent, l’apparition de l’homme a aussi marqué le début de la société humaine, le passage de l’état zoologique à l’état social.

Le travail en commun a entraîné l’apparition et le développement du langage articulé. Le langage est un moyen, un instrument à l’aide duquel les hommes communiquent entre eux, échangent leurs idées et parviennent à se faire comprendre. L’échange des idées est une nécessité constante et vitale ; sans elle les hommes ne pourraient se concerter pour lutter ensemble contre les forces de la nature, la production sociale elle-même ne pourrait exister.

Le travail et le langage articulé ont exercé une influence déterminante sur le perfectionnement de l’organisme de l’homme, sur le développement de son cerveau. Les progrès du langage sont étroitement solidaires des progrès de la pensée. Dans le processus du travail, l’homme étendait le champ de ses perceptions et de ses représentations, il perfectionnait ses organes des sens. À la différence des actes instinctifs des animaux, les actes de l’homme au travail prirent peu à peu un caractère conscient.

Ainsi, le travail est

la condition fondamentale première de toute vie humaine, et il l’est à un point tel que, dans un certain sens, il nous faut dire : le travail a créé l’homme lui-même.

F. Engels, « Le rôle du travail dans la transformation du singe en homme », Dialectique de la nature, p. 171, Éditions sociales, Paris, 1952.

C’est grâce au travail que la société humaine est née et qu’elle a commencé à se développer.

Date: 2010-2014