Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

1.3. Les rapports de production dans la société primitive. La division naturelle du travail.

Les rapports de production sont déterminés par le caractère, l’état des forces productives. Dans la communauté primitive, la propriété commune des moyens de production constitue la base des rapports de production. La propriété commune correspond alors au caractère des p. 25forces productives, les instruments de travail étant trop primitifs pour permettre aux hommes de lutter isolément contre les forces de la nature et les bêtes féroces.

Ce type primitif de la production collective ou coopérative, écrit Marx, fut, bien entendu, le résultat de la faiblesse de l’individu isolé, et non de la socialisation des moyens de production.

« Brouillon d’une lettre de Marx à Véra Zassoulitch » dans K. Marx et F. Engels Œuvres, t. 27, p. 681 (éd. russe).

D’où la nécessité du travail collectif, de la propriété commune de la terre et des autres moyens de production, ainsi que des produits du travail. Les hommes primitifs n’avaient pas la notion de la propriété privée des moyens de production. Seuls quelques instruments de production, qui constituaient en même temps des moyens de défense contre les bêtes féroces, étaient leur propriété individuelle et étaient utilisés par certains membres de la communauté.

Le travail de l’homme primitif ne créait aucun excédent par rapport au strict nécessaire, autrement dit aucun produit supplémentaire ou surproduit. Il ne pouvait donc exister ni classes ni exploitation de l’homme par l’homme. La propriété sociale ne s’étendait qu’à de petites communautés plus ou moins isolées les unes des autres. Ainsi que l’a fait observer Lénine, le caractère social de la production n’englobait que les membres d’une même communauté. Le travail, dans la société primitive, reposait sur la coopération simple. La coopération simple, c’est l’emploi simultané d’une quantité plus ou moins grande de force de travail pour exécuter des travaux du même genre. La coopération simple permettait déjà aux hommes primitifs de s’acquitter de tâches qu’il aurait été impossible à un homme seul d’accomplir (par exemple, la chasse aux grands fauves).

Le niveau extrêmement bas des forces productives imposait la division d’une maigre nourriture en parts égales. Toute autre méthode de partage était impossible, les produits du travail suffisant à peine à satisfaire les besoins les plus pressants : si un membre de la communauté avait reçu une part supérieure à celle de chacun, un autre aurait été condamné à mourir de faim. Ainsi la répartition égalitaire des produits du travail commun était une nécessité.

L’habitude de tout diviser en parts égales était profondément ancrée chez les peuples primitifs. Les voyageurs qui ont séjourné dans les tribus se trouvant encore à un stade inférieur du développement social ont pu le constater. Il y a plus d’un siècle le grand naturaliste Darwin, accomplissant un voyage autour du monde, rapportait le fait suivant : on avait fait cadeau d’un morceau de toile à des indigènes de la Terre de Feu ; ils le déchirèrent en parties absolument égales pour que chacun en eût autant.

La loi économique fondamentale du régime de la communauté primitive consiste à assurer aux hommes les moyens d’existence nécessaires à l’aide d’instruments de production p. 26primitifs, sur la base de la propriété communautaire des moyens de production, par le travail collectif et par la répartition égalitaire des produits. Le développement des instruments de production entraîne la division du travail dont la forme la plus simple est la division naturelle du travail d’après le sexe et l’âge : entre les hommes et les femmes, entre les adultes, les enfants et les vieillards.

Le célèbre explorateur russe Mikloukho-Maklaï, qui a étudié la vie des Papous de la nouvelle-Guinée dans la seconde moitié du 19e siècle, décrit ainsi le travail collectif dans l’agriculture. Quelques hommes alignés enfoncent profondément des bâtons pointus dans le sol, puis d’un seul coup soulèvent un bloc de terre. Derrière eux, des femmes s’avancent à genoux et émiettent à l’aide de bâtons la terre retournée par les hommes. Viennent ensuite les enfants de tout âge qui triturent la terre avec leurs mains. Quand le sol a été ameubli, les femmes pratiquent des trous à l’aide de bâtonnets et y enfouissent les graines ou les racines des plantes. Le travail a donc un caractère collectif et est divisé d’après le sexe et l’âge.

Avec le développement des forces productives, la division naturelle du travail s’affermit et se stabilise. La chasse est devenue la spécialité des hommes, la récolte des aliments végétaux et le ménage celle des femmes, d’où un certain accroissement de la productivité du travail.

Date: 2010-2014