Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

1.4. Le régime de la « gens ». Le droit maternel. Le droit paternel.

Tant que l’humanité ne s’était pas entièrement détachée du règne animal, les hommes vivaient en troupeaux, en hordes, comme leurs ancêtres immédiats. Par la suite, quand une économie primitive se fut constituée et que la population eut augmenté peu à peu, la société s’organisa en « gentes » 1.

Seuls des hommes unis par les liens du sang pouvaient, à cette époque, se grouper pour travailler ensemble. Le caractère primitif des instruments de production ne permettait au travail collectif de s’exercer que dans le cadre restreint d’un groupe d’individus liés entre eux par la consanguinité et la vie en commun. L’homme primitif considérait d’ordinaire comme un ennemi quiconque n’était pas lié à lui par la parenté consanguine et la vie en commun au sein de la gens. La gens s’est d’abord composée de quelques dizaines d’individus unis par les liens du sang. Chacune de ces gentes vivait repliée sur elle-même. Avec le temps, l’effectif du groupe augmenta et atteignit plusieurs centaines d’individus ; l’habitude de la vie en commun se développa ; les avantages du travail collectif incitèrent de plus en plus les hommes à rester ensemble.

Morgan qui a étudié la vie des primitifs, décrit le régime gentilice encore en vigueur chez les Indiens Iroquois au milieu du siècle dernier. Les principales occupations des Iroquois étaient la chasse, la pêche, la cueillette des fruits et la culture. Le travail était divisé entre les hommes et les femmes. La chasse et la pêche, la fabrication des armes et des outils, p. 27le défrichement, la construction des cases et les travaux de fortification étaient le lot des hommes. Les femmes s’acquittaient des principaux travaux des champs, levaient et rentraient la récolte, cuisaient la nourriture, confectionnaient les vêtements et les ustensiles d’argile, cueillaient les fruits sauvages, les baies et les noisettes, récoltaient les tubercules. La terre était la propriété de la gens. Les gros travaux : coupe du bois, essouchage, grandes chasses, étaient exécutés en commun. Les Iroquois vivaient dans ce qu’ils appelaient de « grandes maisons » pouvant abriter vingt familles et plus. Chaque groupe de ce genre avait ses entrepôts communs où étaient déposées les provisions. La femme qui se trouvait à la tête du groupe distribuait la nourriture entre les familles. En cas de guerre, la gens élisait un chef militaire qui ne bénéficiait d’aucun avantage matériel et dont le pouvoir prenait fin en même temps que les hostilités.

Au premier stade du régime gentilice, la femme occupait une situation prépondérante, ce qui découlait des conditions de la vie matérielle d’alors. La chasse à l’aide d’instruments des plus primitifs, qui était alors l’affaire des hommes, ne pouvait assurer entièrement l’existence de la communauté, ses résultats étant plus ou moins aléatoires. Dans ces conditions, les formes même embryonnaires de la culture du sol et de l’élevage (domestication des animaux) acquéraient une grande importance économique. Elles étaient une source de subsistance plus sûre et plus régulière que la chasse. Or, la culture et l’élevage primitifs étaient surtout le lot des femmes restées au foyer pendant que les hommes allaient à la chasse. La femme joua pendant une longue période le rôle prépondérant dans la société gentilice. C’est par la mère que s’établissait la filiation. C’était la gens matriarcale, la prédominance du droit maternel.

Avec le développement des forces productives, quand l’élevage nomade (pâturage) et l’agriculture plus évoluée (culture des céréales), qui étaient l’affaire des hommes, commencèrent à jouer un rôle déterminant dans la vie de la communauté primitive, la gens matriarcale fut remplacée par la gens patriarcale. La prépondérance passa à l’homme qui prit la tête de la communauté. C’est par le père que s’établit désormais la filiation. La gens patriarcale a existé au dernier stade de la communauté primitive.

L’absence de propriété privée, de division en classes et d’exploitation de l’homme par l’homme rendait impossible l’existence de l’État.

Dans la société primitive […], on n’observe pas d’indices d’existence de l’État. On y voit régner les coutumes, l’autorité, le respect, le pouvoir dont jouissaient les anciens du clan ; ce pouvoir était parfois dévolu aux femmes — la situation de la femme ne ressemblait pas alors à ce qu’elle est aujourd’hui, privée de droits, opprimée ; mais nulle part une catégorie spéciale d’hommes ne se différencie pour gouverner les autres et mettre en œuvre d’une façon systématique, constante, à des fins de gouvernement, cet appareil de coercition, cet appareil de violence […]

V. Lénine, « De l’État », Œuvres, t. 29, p. 478.
Notes
1.

Gens, nom latin de la communauté réunissant des membres unis par les liens du sang. Au pluriel : « gentes » ; de là l’adjectif : gentilice. (N. d. T.)

Date: 2010-2014