Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

1.6. Apparition de la propriété privée et des classes. La désagrégation de la communauté primitive.

Le régime de la communauté primitive atteignit son apogée à l’époque du droit maternel ; la gens patriarcale renfermait déjà les germes de la désagrégation de la communauté primitive.

Les rapports de production, dans la communauté primitive, correspondirent jusqu’à une certaine époque au niveau de développement des forces productives. Il n’en fut plus de même au dernier stade de la gens patriarcale, après l’apparition d’outils plus perfectionnés (âge du fer). Le cadre trop étroit de p. 29la propriété commune, la répartition égalitaire des produits du travail commencèrent à freiner le développement des nouvelles forces productives.

Jusque là, l’effort collectif de quelques dizaines d’individus permettait seul de cultiver un champ. Dans ces conditions, le travail en commun était une nécessité. Avec le perfectionnement des instruments de production et l’élévation de la productivité du travail, une famille à elle seule était déjà capable de cultiver un terrain et de s’assurer les moyens d’existence dont elle avait besoin. L’amélioration de l’outillage permit donc de passer à l’exploitation individuelle, plus productive dans les nouvelles conditions historiques. La nécessité du travail en commun, de l’économie communautaire se faisait de moins en moins sentir. Si le travail en commun entraînait nécessairement la propriété commune des moyens de production, le travail individuel requérait la propriété privée.

L’apparition de la propriété privée est inséparable de la division sociale du travail et du progrès des échanges. Ceux-ci se firent au début par l’entremise des chefs des communautés gentilices (anciens, patriarches) au nom de la communauté qu’ils représentaient. Ce qu’ils échangeaient appartenait à la communauté. Mais avec le développement de la division sociale du travail et l’extension des échanges, les chefs des gentes en vinrent peu à peu à considérer le bien de la communauté comme leur propriété.

Le principal article d’échange fut d’abord le bétail. Les communautés de pasteurs possédaient de grands troupeaux de moutons, de chèvres, de bovins. Les anciens et les patriarches, qui jouissaient déjà d’un pouvoir étendu dans la société, s’habituèrent à disposer de ces troupeaux comme s’ils étaient à eux. Leur droit effectif de disposer des troupeaux était reconnu par les autres membres de la communauté. De la sorte le bétail, puis peu à peu tous les instruments de production devinrent propriété privée. C’est la propriété commune du sol qui se maintint le plus longtemps.

Le développement des forces productives et la naissance de la propriété privée entraîna la désagrégation de la gens. Celle-ci se décomposa en un certain nombre de grandes familles patriarcales. Du sein de ces dernières se dégagèrent par la suite certaines cellules familiales qui firent des instruments de production, des ustensiles de ménage et du bétail leur propriété privée. Avec les progrès de la propriété privée les liens de la gens se relâchaient. La communauté rurale, ou territoriale, se substitua à la gens. À la différence de celle-ci, elle se composait d’individus qui n’étaient pas forcément liés par la consanguinité. L’habitation, l’exploitation domestique, le bétail étaient la propriété privée de chaque famille. Les forêts, les prairies, les eaux et d’autres biens restèrent propriété commune, de même que, pendant une certaine période, les terres arables. Celles-ci, d’abord périodiquement redistribuées entre les membres de la communauté, devinrent à leur tour propriété privée.

L’apparition de la propriété privée et de l’échange marqua p. 30le début d’un bouleversement profond de toute la structure de la société primitive. Les progrès de la propriété privée et de l’inégalité des biens déterminèrent chez les divers groupes de la communauté des intérêts différents. Les individus qui exerçaient les fonctions d’anciens, de chefs militaires, de prêtres mirent leur situation à profit pour s’enrichir. Ils s’approprièrent une partie considérable de la propriété commune. Les hommes qui avaient été investis de ces fonctions sociales, se détachaient de plus en plus de la grande masse des membres et formaient une aristocratie dont le pouvoir se transmettait de plus en plus par hérédité. Les familles aristocratiques devenaient aussi les plus riches, et la grande masse des membres de la communauté tombait peu à peu, d’une manière ou d’une autre, sous leur dépendance économique.

Grâce à l’essor des forces productives, le travail de l’homme, dans l’élevage et l’agriculture, lui procura plus de moyens d’existence qu’il n’en fallait pour son entretien. Il devint possible de s’approprier le surtravail ou travail supplémentaire et le surproduit ou produit supplémentaire, c’est-à-dire la partie du travail et du produit qui excédait les besoins du producteur. Il était donc profitable de ne pas mettre à mort les prisonniers de guerre, comme auparavant, mais de les faire travailler, d’en faire des esclaves. Les esclaves étaient accaparés par les familles les plus puissantes et les plus riches. À son tour, le travail servile aggrava l’inégalité existante, car les exploitations utilisant des esclaves s’enrichissaient rapidement. Avec les progrès de l’inégalité des fortunes, les riches se mirent à réduire en esclavage non seulement les prisonniers de guerre, mais aussi les membres de leur propre tribu appauvris et endettés. Ainsi naquit la première division de la société en classes : la division en maîtres et en esclaves. Ce fut le début de l’exploitation de l’home par l’homme, c’est-à-dire de l’appropriation sans contre-partie par certains individus des produits du travail d’autres individus.

Peu à peu les rapports de production propres au régime de la communauté primitive se désagrégeaient et étaient remplacés par des rapports nouveaux, qui correspondaient au caractère des nouvelles forces productives. Le travail en commun fit place au travail individuel, la propriété sociale à la propriété privée, la société gentilice à la société de classes. Désormais l’histoire de l’humanité sera, jusqu’à l’édification de la société socialiste, l’ histoire de la lutte des classes.

Les idéologues de la bourgeoisie prétendent que la propriété privée a toujours existé. L’histoire dément cette assertion ; elle atteste que tous les peuples ont passé par le stade de la communauté primitive, qui est fondée sur la propriété commune et ignore la propriété privée.

Date: 2010-2014