Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

2.1. La naissance de l’esclavage.

p. 33L’esclavage est, historiquement, la première et la plus grossière forme d’exploitation. Il a existé chez presque tous les peuples.

Le passage du régime de la communauté primitive à celui de l’esclavage s’est d’abord produit dans les pays d’Orient. Le mode de production fondé sur l’esclavage était prépondérant en Mésopotamie (Sumérie, Babylonie. Assyrie, etc.), en Égypte, dans l’Inde et en Chine du 4e au 2e millénaire avant notre ère. Au 1er millénaire avant notre ère, il régnait en Transcaucasie (Ourartou) ; depuis les 8e et 7e siècles avant notre ère jusqu’aux 5e et 6e siècles de notre ère, il a existé au Khorezm un puissant État esclavagiste. La civilisation des pays de l’Orient antique, où régnait l’esclavage, exerça une influence considérable sur les peuples européens.

En Grèce, l’apogée du mode de production basé sur l’esclavage se situe aux 5e et 4e siècles avant notre ère. Par la suite, l’esclavage se développa en Asie mineure, en Égypte, en Macédoine (du 4e au 1er siècle avant notre ère). Il atteignit son plus haut degré de développement à Rome, du 2e siècle avant notre ère au 2e siècle de notre ère.

L’esclavage revêtit d’abord un caractère patriarcal, domestique. Les esclaves étaient relativement peu nombreux. Le travail servile ne constituait pas encore la base de la production et ne jouait qu’un rôle auxiliaire dans l’économie dont le but restait de subvenir aux besoins de la grande famille patriarcale qui n’avait presque pas recours aux échanges. Le maître avait déjà sur ses esclaves un pouvoir illimité, mais le champ d’application du travail servile restait limité.

Le passage de la société au régime de l’esclavage s’explique par le progrès des forces productives, le développement de la division sociale du travail et des échanges.

Le passage des outils de pierre aux outils de métal ouvrit au travail humain des domaines nouveaux. L’invention du soufflet de forge permit de fabriquer des instruments de fer d’une solidité encore inconnue. La hache de fer rendit possible le défrichement des terrains couverts de forêts et de buissons et leur mise en culture ; l’araire à soc de fer permit de cultiver p. 34des superficies relativement étendues. L’économie primitive fondée sur la chasse céda la place à la culture et à l’élevage. Les métiers firent leur apparition.

Dans l’agriculture, qui restait la principale branche de la production, les procédés de culture et d’élevage s’améliorèrent. De nouvelles plantes furent cultivées : vigne, lin, plantes oléagineuses, etc. Les troupeaux s’accrurent rapidement dans les familles riches. L’entretien du bétail réclamait toujours plus de bras. Le tissage, l’art de traiter les métaux, la poterie et les autres métiers se perfectionnèrent. Le métier, qui était auparavant une occupation annexe pour le cultivateur et l’éleveur, devint pour beaucoup une activité autonome. Le métier se détacha de l’agriculture.

Ce fut la deuxième grande division sociale du travail.

Avec la division de la production en deux branches essentielles : l’agriculture et le métier, apparaît la production directe pour l’échange, sous une forme encore peu développée, il est vrai. L’élévation de la productivité du travail augmenta la masse du surproduit, ce qui, en raison de l’existence de la propriété privée des moyens de production, permit à une minorité de la société d’accumuler des richesses et, grâce à elles, d’assujettir la majorité laborieuse à la minorité exploiteuse, de réduire les travailleurs en esclavage.

Dans les conditions de l’esclavage, l’économie était avant tout une économie naturelle. On entend par économie naturelle une économie dans laquelle les fruits du travail ne font pas l’objet d’échange et sont consommés dans l’exploitation même. Mais en même temps l’échange se développait. Les artisans produisirent d’abord sur commande, puis pour le marché. Beaucoup, du reste, continuèrent longtemps encore à cultiver de petits lopins de terre pour subvenir à leurs besoins. Les paysans, qui vivaient pour l’essentiel en économie naturelle, se voyaient pourtant obligés de vendre une partie de leurs produits sur le marché pour acheter des articles aux artisans et payer les impôts. Ainsi une partie des produits du travail des artisans et des paysans se transforma peu à peu en marchandises.

La marchandise est un produit fabriqué non pour être directement consommé, mais pour être échangé, vendu sur le marché. La production pour l’échange caractérise l’économie marchande. Ainsi, la séparation du métier d’avec l’agriculture, l’apparition du métier comme activité autonome marquaient la naissance de la production marchande.

Tant que l’échange ne fut qu’occasionnel, on échangeait directement un produit du travail contre un autre. Mais quand les échanges prirent de l’extension et devinrent réguliers, une marchandise se dégagea peu à peu, contre laquelle on échangeait volontiers toute autre marchandise. C’est ainsi qu’apparut la monnaie. La monnaie est la marchandise universelle qui sert à évaluer toutes les autres marchandises et joue le rôle d’intermédiaire dans les échanges.

Le développement du métier et de l’échange eut pour p. 35conséquence la formation des villes. Celles-ci sont apparues dès la plus haute antiquité, à l’aube du mode de production esclavagiste. La ville se distingua d’abord fort peu du village. Mais peu à peu le métier et le commerce s’y concentrèrent. Par le genre d’occupation de leurs habitants, par leur mode de vie, les villes se différencièrent de plus en plus de la campagne. Ainsi commença la séparation de la ville et de la campagne et se dessina leur opposition.

À mesure que la masse des marchandises à échanger augmentait, les limites territoriales de l’échange s’élargissaient elles aussi. Des marchands apparurent qui, pour réaliser un gain, achetaient les marchandises aux producteurs, les amenaient sur des marchés parfois assez éloignés du lieu de la production, et les revendaient aux consommateurs.

L’extension de la production et des échanges accrut l’inégalité des fortunes. La monnaie, les animaux de trait, les instruments de production, les semences s’accumulaient entre les mains des riches. De plus en plus souvent les pauvres étaient obligés de recourir à ces derniers pour obtenir un prêt, la plupart du temps en nature, mais parfois aussi en argent. Les riches prêtaient instruments de production, semences, argent, assujettissant leurs débiteurs qu’ils réduisaient en esclavage et dépouillaient de leur terre en cas de non-remboursement de la dette. Ainsi naquit l’usure. Elle apporta aux uns un surcroît de richesses, aux autres la sujétion du débiteur.

La terre, à son tour, devint propriété privée. On se mit à la vendre et à l’hypothéquer. Si le débiteur ne pouvait rembourser l’usurier, il devait abandonner sa terre, vendre ses enfants et se vendre lui-même comme esclaves. Parfois, sous un prétexte quelconque, les gros propriétaires fonciers s’emparaient de prairies et de pâturages appartenant aux communautés rurales.

C’est ainsi que la propriété foncière, l’argent et la masse des esclaves se concentrèrent entre les mains de riches propriétaires. La petite exploitation paysanne se ruinait de plus en plus alors que l’économie fondée sur l’esclavage se renforçait, s’élargissait et s’étendait à toutes les branches de la production.

L’accroissement constant de la production, et avec elle de la productivité du travail, accrut la valeur de la force de travail humaine ; l’esclavage qui, au stade antérieur, était encore à l’origine et restait sporadique, devient maintenant un composant essentiel du système social ; les esclaves cessent d’être de simples auxiliaires ; c’est par douzaines qu’on les pousse au travail, dans les champs et à l’atelier.

F. Engels, L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État, p. 149, Éditions sociales, Paris, 1954.

C’est sur le travail servile que repose désormais l’existence de la société. Celle-ci se divise en deux grandes classes antagonistes : celle des esclaves et celle des propriétaires d’esclaves.

p. 36Ainsi se constitua le mode de production fondé sur l’esclavage.

Sous le régime de l’esclavage, la population se divisait en hommes libres et en esclaves. Les hommes libres jouissaient de tous les droits civiques, politiques et de propriété (sauf les femmes réduites en fait à la condition d’esclaves). Les esclaves étaient privés de ces droits et l’accès de la classe des hommes libres leur était interdit. Les hommes libres, à leur tour, se divisaient en deux classes : les grands propriétaires fonciers, qui étaient en même temps de grands propriétaires d’esclaves, et les petits producteurs (paysans, artisans) dont les plus aisés utilisaient également le travail servile et possédaient des esclaves. Les prêtres, qui jouaient un rôle important à l’époque de l’esclavage, se rattachaient par leur situation à la classe des grands propriétaires de terres et d’esclaves.

Outre la contradiction de classe entre maîtres et esclaves, il en existait une autre : entre grands propriétaires fonciers et paysans. Mais étant donné qu’avec le développement du régime esclavagiste le travail servile, qui était le moins coûteux, s’étendit à la plupart des branches d’activité et finit par constituer la principale base de la production, la contradiction entre maîtres et esclaves devint la contradiction fondamentale de la société.

La division de la société en classes rendit nécessaire la formation de l’État. Avec les progrès de la division sociale du travail et le développement de l’échange, les gentes et les tribus se rapprochèrent, s’unirent en confédérations. Le caractère des institutions gentilices se modifia. Les organes du régime gentilice perdirent de plus en plus leur caractère populaire. Ils se transformèrent en organes de domination sur le peuple, en organes ayant pour objet de spolier et d’opprimer leurs propres tribus et les tribus voisines. Les anciens et les chefs militaires des gentes et des tribus devinrent des princes et des rois. Ils devaient autrefois leur autorité à leur qualité d’élus de la gens ou d’une fédération de gentes. Ils usèrent dorénavant de leur pouvoir pour défendre les intérêts des couches possédantes, pour tenir en bride leurs concitoyens en train de se ruiner, pour réprimer les esclaves. C’est aussi à quoi servirent les détachements armés, les tribunaux, les organismes punitifs.

Ainsi naquit le pouvoir d’État.

C’est seulement quand l’esclavage, première forme de division de la société en classes, est apparu ; quand une classe d’hommes, en s’adonnant aux formes les plus rudes du travail agricole, a pu produire un certain excédent, et que cet excédent qui n’était pas absolument indispensable à l’existence extrêmement misérable de l’esclave, était accaparé par les propriétaires d’esclaves, c’est alors que cette dernière classe s’est affermie ; mais pour qu’elle pût s’affermir, il fallait que l’État apparut.

V. Lénine, « De l’État », Œuvres, t. 29, p. 482-483.

p. 37L’État a surgi pour tenir en bride la majorité exploitée dans l’intérêt de la minorité exploiteuse. L’État esclavagiste a joué un rôle considérable dans le développement et la consolidation des rapports de production de la société fondée sur l’esclavage. Il maintenait dans l’obéissance les foules d’esclaves. Il grandit, se ramifia et devint un vaste appareil de domination et de violence dirigé contre les masses populaires. Les démocraties de la Grèce et de la Rome antiques, qu’exaltent les manuels d’histoire bourgeois, n’étaient au fond que des démocraties de propriétaires d’esclaves.

Date: 2010-2014