Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

2.3. Le développement de l’échange. Le capital commercial et le capital usuraire.

p. 41L’économie esclavagiste restait pour l’essentiel une économie naturelle. Ce qu’elle produisait était surtout destiné à être directement consommé par le propriétaire d’esclaves, ses nombreux parasites et sa valetaille, et non à être échangé. L’échange joua pourtant un rôle de plus en plus marquant, surtout à l’apogée du régime esclavagiste. Dans certaines branches de la production, une partie des produits était régulièrement vendue sur le marche, autrement dit convertie en marchandises.

Avec le progrès des échanges, le rôle de la monnaie s’accrut. D’ordinaire, c’était la marchandise le plus fréquemment échangée qui devenait monnaie. Chez de nombreux peuples, notamment ceux qui s’adonnaient à l’élevage, le bétail remplit d’abord cet office. Ailleurs, ce fut le sel, le blé, les fourrures. Peu à peu ces différentes formes de monnaie furent remplacées par la monnaie métallique.

Les premières monnaies métalliques firent leur apparition dans l’Orient antique où elles circulèrent sous forme de lingots de bronze, d’argent et d’or dès les 3e et 2e millénaires avant notre ère, et sous forme de monnaies frappées à partir du 7e siècle avant notre ère. Des monnaies de fer avaient cours en Grèce huit siècles avant notre ère. Aux 5e et 4e siècles avant notre ère, Rome ne connaissait encore que la monnaie de cuivre. Par la suite, l’argent et l’or remplacèrent le fer et le cuivre en qualité de monnaie.

Les cités grecques entretenaient un commerce assez actif, notamment avec leurs colonies dispersées le long du littoral de la Méditerranée et de la mer Noire. Les colonies fournissaient régulièrement des esclaves, principale force de travail, des matières premières et des moyens d’existence : peaux, laine, bétail, blé, poisson.

Outre le commerce des esclaves et d’autres marchandises, le commerce des objets de luxe jouait un rôle important à Rome comme en Grèce. Ces objets étaient fournis par les peuples d’Orient, principalement à titre de tribut. Le commerce s’accompagnait du pillage, de la piraterie et de l’asservissement des colonies.

Sous le régime de l’esclavage, l’argent n’était pas seulement un moyen d’acheter et de vendre des marchandises. Il servait aussi à s’approprier le travail d’autrui par le commerce et l’usure. L’argent dépensé pour s’approprier le surtravail et son produit devient capital, c’est-à-dire un moyen d’exploitation. Le capital commercial et le capital usuraire ont été, historiquement, les premières formes de capital. Le capital commercial est le capital engagé dans la sphère de l’échange des marchandises. En achetant et en revendant, les marchands s’appropriaient une importante partie du surproduit créé par les esclaves, les petits paysans et les artisans. Le capital usuraire est le capital utilisé sous forme de prêts d’argent, de p. 42moyens de production ou d’objets de consommation pour s’approprier le surtravail des paysans et des artisans par le prélèvement d’intérêts élevés. Les usuriers prêtaient également de l’argent à l’aristocratie et avaient ainsi part au surproduit que fournissait à celle-ci le travail de ses esclaves.

Date: 2010-2014