Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

Les conceptions économiques de l’époque féodale.

Les conceptions économiques de l’époque féodale reflètent les rapports sociaux qui règnent alors. Toute la vie intellectuelle se trouve sous le contrôle du clergé et revêt de préférence pour cette raison une forme religieuse et scolastique. Aussi les considérations sur la vie économique forment-elles des chapitres particuliers des traités de théologie.

En Chine, les conceptions économiques furent pendant des siècles Influencées par la doctrine de Confucius. Idéologie religieuse, le confucianisme naquit au 5e siècle avant notre ère. Il exige le maintien strict de la hiérarchie féodale des castes dans l’ordre politique aussi bien que dans la famille. « Les ignorants, dit Confucius, doivent obéir aux nobles et aux sages. L’insubordination des petites gens à l’autorité supérieure est principe de désordre. » Cependant Confucius demandait aux hommes « bien nés » de faire preuve d’ « humanité » et de ne pas être trop durs envers les pauvres. Confucius prônait la nécessité de l’union de la Chine, alors morcelée, sous le pouvoir d’un monarque. Confucius et ses disciples idéalisent les formes d’économie arriérées. Ils exaltent « l’âge d’or » que représente pour eux le passé patriarcal. La paysannerie, écrasée par l’aristocratie féodale et les marchands, mettait dans le confucianisme ses espérances d’une amélioration de sa situation, bien que cette doctrine n’exprimât pas les intérêts de classe de la paysannerie. Au cours de son évolution, le confucianisme devint l’idéologie officielle de l’aristocratie féodale. Il fut exploité par les classes dirigeantes pour élever le peuple dans l’esprit d’une soumission servile aux seigneurs féodaux, pour perpétuer le régime féodal.

Saint Thomas d’Aquin (13e siècle), un des idéologues du féodalisme de l’Europe médiévale, a tenté de justifier par la théologie la nécessité de la société féodale. Tout en proclamant que la propriété féodale est nécessaire et raisonnable, et en déclarant que les serfs sont des esclaves, il affirme, contrairement aux esclavagistes de l’antiquité, que « l’esclave est libre en esprit » et que par conséquent son maître n’a pas le droit de le tuer. Il ne considère plus le travail comme indigne d’un homme libre. Le travail manuel est à ses yeux une activité d’ordre inférieur, et le travail intellectuel une occupation noble ; il voit dans cette distinction la base de la division de la société en différents ordres. Ses idées sur la richesse s’inspirent du même point de vue de caste. L’homme doit disposer de la richesse à laquelle lui donne droit la situation qu’il occupe dans la hiérarchie féodale. Très caractéristique à cet égard est la théorie des théologiens du Moyen Âge sur le « juste » prix. Le « juste » prix doit correspondre à la quantité de travail dépensée pour produire un objet et à la situation sociale du producteur.

Les défenseurs du « juste » prix ne protestaient nullement contre le profit du marchand. Ce qu’ils voulaient, c’était lui fixer des bornes pour qu’il ne compromît pas l’existence économique des autres ordres. Ils condamnaient l’usure comme déshonorante et immorale. Mais avec le développement p. 69de la production marchande et de l’échange, le clergé lui-même se livra à l’usure pour laquelle l’Église se montra de plus en plus indulgente.

La lutte de classe des masses opprimées contre les classes dominantes de la société féodale prit pendant des siècles une forme religieuse. Les paysans et les compagnons exploités citaient souvent la Bible à l’appui de leurs revendications. D’innombrables sectes prirent une grande extension. L’Église catholique et l’Inquisition persécutaient férocement les « hérétiques », les envoyaient au bûcher.

Avec le développement de la lutte de classe, le mouvement des masses opprimées se dégagea de plus en plus de son enveloppe religieuse, et son caractère révolutionnaire s’affirma avec une netteté croissante. Les paysans réclamaient l’abolition du servage et des privilèges féodaux, l’égalité des droits, la suppression des ordres, etc.

Au cours des guerres paysannes en Angleterre, en Bohême et en Allemagne, les mots d’ordre des révoltés prirent un caractère toujours plus radical. L’aspiration à l’égalité des masses exploitées de la campagne et de la ville se traduisit par la revendication de la communauté des biens, c’est-à-dire de l’égalité en matière de consommation. Revendication impossible à réaliser, mais qui avait à l’époque une portée révolutionnaire, car elle soulevait les masses pour la lutte contre l’oppression féodale.

C’est au déclin de l’époque féodale qu’apparurent les deux premiers grands socialistes utopistes : l’Anglais Thomas More, auteur de l’Utopie (16e siècle), et l’Italien Tommaso Campanella qui écrivit La Cité du soleil (17e siècle). Constatant dans la société de leur temps une inégalité et des contradictions croissantes, ces penseurs ont exposé sous une forme originale leurs idées sur la cause des maux dont elle souffre ; ils ont donné la description d’un régime qu’ils considèrent comme idéal et où ces maux auront été supprimés.

Le régime social qu’ils préconisent ignore la propriété privée et les vices qu’elle entraîne. Chacun est à la fois artisan et agriculteur. La journée de travail est de six, voire de quatre heures par jour, ce qui suffit parfaitement à couvrir tous les besoins. Les produits sont répartis selon les besoins. L’éducation des enfants est confiée à la société.

Les ouvrages de More et de Campanella jouèrent un rôle progressiste dans l’histoire de la pensée sociale. Ils renfermaient des idées très en avance sur leur temps. Mais faute de tenir compte des lois du développement social, ces idées étaient irréalisables, utopiques. On ne pouvait alors supprimer l’inégalité sociale: le niveau des forces productives exigeait que l’exploitation féodale fît place à l’exploitation capitaliste.

L’apparition du capitalisme remonte au 16e siècle. C’est aussi à cette époque que furent faites les premières tentatives pour interpréter et pour expliquer certains phénomènes propres au capitalisme. Ainsi prit naissance et se développa, du 16e au 18e siècle, le courant de la pensée et de la politique économiques, qui a reçu le nom de mercantilisme.

Né en Angleterre, le mercantilisme se répandit ensuite en France, en Italie et dans les autres pays. Il posait le problème de la richesse nationale, de ses formes et des moyens de l’accroître.

C’était à l’époque où le capital, sous sa forme commerciale et usuraire, dominait le commerce et le crédit. Il ne faisait encore que ses premiers pas dans la production où il fondait des manufactures. Après la découverte et la conquête de l’Amérique les métaux précieux affluèrent en Europe. Les guerres et le commerce opéraient une redistribution permanente de l’or et de l’argent entre les États européens.

Dans leur conception de la nature de la richesse, les mercantilistes partaient de l’analyse des phénomènes superficiels de la circulation. Leur attention se portait non sur la production, mais sur le commerce et la circulation monétaire, en particulier sur les mouvements de l’or et do l’argent.

Pour les mercantilistes, la seule richesse véritable est constituée non par la production sociale, mais par la monnaie : l’or et l’argent. Ils demandent que l’État intervienne énergiquement dans la vie économique pour faire en sorte que la monnaie afflue le plus possible dans le pays et s’en aille le moins possible à l’étranger. Les mercantilistes pensèrent d’abord y parvenir en interdisant par de simples mesures administratives la sortie de la monnaie. Ils estimèrent par la suite qu’il était nécessaire pour cela de développer le commerce extérieur. Ainsi, l’Anglais Thomas p. 70Mun (1571-1641), gros marchand et directeur de la Compagnie des Indes orientales, écrivait : « Le moyen ordinaire d’augmenter notre richesse et nos trésors est le commerce avec l’étranger où nous devons toujours avoir pour règle de vendre chaque année aux étrangers nos marchandises pour une somme supérieure à celle que nous dépensons pour nous procurer les leurs ».

Les mercantilistes exprimaient les intérêts de la bourgeoisie, qui naissait au sein du régime féodal, et qui était impatiente d’accumuler des richesses sous forme d’or et d’argent en développant le commerce extérieur, en pillant les colonies et en engageant des guerres commerciales, en asservissant les peuples moins évolués. Avec le progrès du capitalisme, ils exigèrent que l’État protégeât le développement des entreprises industrielles, des manufactures. Des primes à l’exportation furent accordées aux marchands qui vendaient des marchandises à l’étranger. Les droits d’entrée acquirent bientôt une importance plus grande encore. À mesure que se développaient les manufactures, puis les fabriques, l’imposition de droits de douane sur les produits importés devint la mesure la plus fréquemment appliquée pour protéger l’industrie nationale contre la concurrence étrangère.

C’est ce qu’on appelle le protectionnisme, politique qui a subsisté dans de nombreux pays bien après l’abandon des théories mercantilistes.

En Angleterre, les tarifs protecteurs jouèrent un rôle important aux 16e et 17e siècles, alors qu’il s’agissait d’écarter la concurrence des manufactures plus développées des Pays-Bas. À partir du 18e siècle, l’Angleterre t’assura de façon durable la primauté industrielle. Les autres pays, moins évolués, ne pouvaient rivaliser avec elle. Aussi l’idée du libre-échange commença-t-elle à se faire jour en Angleterre.

Il en allait autrement dans les pays qui s’étaient engagés dans la voie du capitalisme après l’Angleterre. En France, le ministre de Louis XIV, Colbert, encouragea les manufactures par tout un ensemble de mesures protectionnistes : droits de douane élevés, interdiction d’exporter les matières premières, implantation d’industries nouvelles et création de compagnies pour le commerce extérieur, etc.

Le mercantilisme joua à l’époque un rôle progressiste. La politique protectionniste qu’il inspira contribua dans une mesure appréciable à l’extension des manufactures. Mais la théorie mercantiliste de la richesse traduisait le faible développement de la production capitaliste. Les progrès du capitalisme firent de mieux en mieux apparaître la faiblesse de cette théorie.

En Russie, le système féodal prédomina aux 17e et 18e siècles. L’économie était essentiellement une économie naturelle. Néanmoins le commerce et l’artisanat prirent un développement considérable, un marché national se constitua, des manufactures furent fondées ; ces transformations contribuèrent à renforcer l’absolutisme.

Les économistes russes développèrent certaines idées propres au mercantilisme en tenant compte des particularités historiques et économiques du pays. Toutefois, à la différence de nombreux mercantilistes d’Europe occidentale, ils attachaient une grande importance non seulement au commerce, mais aussi au développement de l’industrie et de l’agriculture.

Les conceptions économiques de cette époque ont inspiré les ouvrages et les actes de A. L. Ordyne-Nachtchokine, homme d’État russe du 17e siècle, la politique économique de Pierre le Grand, les œuvres de I. T. Possochkov, le plus éminent des économistes russes du début du 18e siècle.

Dans son livre De la pauvreté et de la richesse (1724), I. T. Possochkov expose un vaste programme de développement économique de la Russie qu’il justifie dans le détail. Il y montre la nécessité d’appliquer un certain nombre de mesures pour protéger l’industrie nationale, le commerce et l’agriculture, améliorer le système financier.

À partir du dernier tiers du 18e siècle, une tendance à la désagrégation des rapports fondés sur la féodalité et le servage se dessina en Russie ; elle s’accentua au cours du premier quart du 19e siècle et aboutit à une véritable crise du servage.

A. N. Radichtchev (1749-1802), qui est à l’origine du courant démocratique et révolutionnaire dans la pensée sociale russe, fut un économiste éminent. S’élevant vigoureusement contre le servage et prenant la défense de la paysannerie opprimée, il soumit le régime féodal à une critique p. 71impitoyable, dénonça l’exploitation à laquelle les seigneurs féodaux, les propriétaires des manufactures et les marchands devaient leur richesse, et proclama que la terre doit appartenir à ceux qui la travaillent. Il était convaincu qu’une révolution pouvait seule mettre un terme à l’absolutisme et au servage. Il proposa l’application d’un ensemble de mesures économiques progressistes pour l’époque dont la réalisation aurait permis rétablissement en Russie d’un régime bourgeois démocratique.

Les décembristes (premier quart du 19e siècle) furent des révolutionnaires d’une époque où commençait à se faire sentir en Russie la nécessité de remplacer le régime féodal par le capitalisme. Leur critique était avant tout dirigée contre le servage. Ardents champions du développement des forces productives en Russie, ils voyaient dans l’abolition du servage et l’affranchissement de la paysannerie la condition essentielle de ce développement. Non contents de prêcher la lutte contre le servage et l’autocratie, ils organisèrent une insurrection contre la monarchie absolue. On doit à P. I. Pestel (1793-1826) un projet original de règlement de la question agraire. Son projet de constitution, la Rousskaïa Pravda, prévoyait l’affranchissement immédiat et complet des paysans, ainsi que des mesures d’ordre économique pour protéger leurs intérêts à l’avenir. Il préconisait dans ce but la constitution d’un fonds social des terres, grâce auquel chaque paysan pourrait recevoir en jouissance gratuite la terre dont il avait besoin pour sa subsistance. Ce fonds devait se composer de terres de la noblesse et de l’État, une partie de celles qui appartenaient aux seigneurs les plus riches étant aliénée sans indemnité. Révolutionnaires issus de la noblesse, les décembristes étaient loin du peuple, mais leur lutte contre le servage fit progresser le mouvement révolutionnaire en Russie.

C’est avec la désagrégation du régime féodal et la naissance du capitalisme que s’élabora l’idéologie de la bourgeoisie marchant à la conquête du pouvoir. Cette idéologie était dirigée contre le régime féodal et contre la religion, arme spirituelle de la féodalité. Aussi la conception du monde de la bourgeoisie en lutte pour le pouvoir revêt-elle dans une série de pays un caractère progressiste. Ses représentants les plus en vue, économistes et philosophes, soumirent à une critique impitoyable tous les fondements — économiques, politiques, religieux, philosophiques et moraux — de la société féodale. Ils jouèrent un rôle important dans la préparation idéologique de la révolution bourgeoise et exercèrent une influence féconde sur les sciences et les arts.

Date: 2010-2014