Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

3.3. La ville médiévale. Les corporations. Les guildes des marchands.

Les villes sont apparues dès l’époque de l’esclavage : ainsi Rome, Florence, Venise, Gênes en Italie ; Constantinople, Alexandrie dans le Proche-Orient ; Paris, Lyon et Marseille en France ; Londres en Angleterre, Samarcande en Asie centrale et bien d’autres encore sont un héritage qu’a reçu le Moyen âge de l’époque de l’esclavage. Le régime fondé sur l’esclavage s’écroula, mais les villes restèrent. Les grands ateliers d’esclaves se morcelèrent, mais les métiers continuèrent d’exister.

Dans le haut Moyen âge, les villes et les métiers ne connurent qu’un faible développement. Les artisans des villes produisaient des articles pour la vente, mais c’est par leur travail personnel qu’ils tiraient la plupart des biens de consommation dont ils avaient besoin. Beaucoup possédaient une parcelle de terre, un jardin, du bétail. Les femmes filaient le lin et la laine pour les vêtements. Ce qui témoignait du caractère limité des marchés et de l’échange.

À la campagne, le traitement des matières premières agricoles ne fut d’abord pour le cultivateur qu’une activité auxiliaire. Puis des artisans, desservant leur village, commencèrent à se détacher de la masse paysanne. La productivité de leur travail s’accrut. On put fabriquer plus d’articles qu’il n’était nécessaire au seigneur ou aux paysans d’un seul village. Les artisans commencèrent à se grouper autour des châteaux forts et des monastères, dans les gros bourgs et autres centres commerciaux. C’est ainsi que petit à petit on vit apparaître de nouvelles cités, la plupart du temps sur des cours d’eau (comme ce fut en Russie le cas de Kiev, Pskov, Novgorod, Vladimir).

Avec le temps, les métiers devinrent de plus en plus lucratifs. L’habileté des artisans augmenta. Le seigneur féodal prit l’habitude d’acheter des articles artisanaux chez les citadins, ceux de p. 56ses propres serfs ayant cessé de le satisfaire. Le métier, en se développant, se détacha définitivement de l’agriculture.

Les villes, qui se trouvaient sur les terres des féodaux laïques et ecclésiastiques, relevaient de leur juridiction. Les citadins étaient tenus à certaines obligations envers le seigneur, ils lui versaient des redevances en nature ou en argent, ils étaient justiciables de son administration et de ses tribunaux. De bonne heure, la population des villes engagea la lutte pour s’affranchir de cette dépendance féodale. De force ou en se rachetant, les villes obtinrent le droit de s’administrer, d’avoir leurs tribunaux, de battre monnaie et de lever des impôts.

La population urbaine se composait surtout d’artisans et de marchands. Beaucoup de villes donnaient asile aux serfs fugitifs. La ville représentait la production marchande, par opposition à la campagne, où dominait l’économie naturelle. La concurrence croissante des serfs fugitifs affluant dans les villes, la lutte contre l’exploitation et les exactions des seigneurs obligèrent les artisans à se grouper en corporations. Le régime corporatif a, sous la féodalité, existé dans presque tous les pays.

Les corporations sont apparues à Byzance et en Italie aux 9e et 10e siècles et, par la suite, dans toute l’Europe occidentale et en Russie. En Orient (Égypte, Chine, califat arabe), les corporations sont nées plus tôt encore. Elles groupaient les artisans urbains exerçant la même profession ou des professions connexes. Seuls les maîtres de métier en étaient membres de plein droit. Le maître de métier avait sous ses ordres un petit nombre de compagnons et d’apprentis. La corporation protégeait jalousement le droit exclusif de ses membres d’exercer leur métier et réglementait strictement la production : elle fixait la durée de la journée de travail, le nombre des compagnons et des apprentis que chaque maître pouvait avoir, la qualité des matières premières et des articles finis, ainsi que les prix ; elle organisait souvent l’achat en commun des matières premières. Les procédés de travail, consacrés par une longue tradition, étaient obligatoires pour tous. Une réglementation sévère visait à empêcher qu’un maître de métier s’élevât au-dessus des autres. Les corporations étaient en outre des organisations de secours mutuel.

Les corporations étaient la forme féodale de l’organisation du métier. Elles jouèrent au début un rôle bienfaisant en contribuant à affermir et à développer les métiers dans les villes. Mais avec la croissance de la production marchande et l’extension du marché, elles devinrent de plus en plus un frein au progrès des forces productives.

La réglementation stricte du travail par les corporations paralysait l’initiative des artisans et entravait le développement de la technique. Pour limiter la concurrence les corporations firent dépendre l’acquisition de la maîtrise de conditions de plus en plus restrictives. Les apprentis et les compagnons, dont le nombre avait fortement augmenté, étaient pratiquement dans l’impossibilité d’accéder à la maîtrise. Ils étaient condamnés à rester toute leur vie des salariés. Aussi les rapports entre le maître et ses subordonnés perdirent-ils leur caractère plus ou moins patriarcal. Les maîtres intensifiaient l’exploitation de leurs subordonnés, les faisant travailler quatorze ou seize heures p. 57par jour pour un salaire misérable. Les compagnons commencèrent à se grouper, pour défendre leurs intérêts, en associations secrètes, ou compagnonnages, que les corporations et les autorités de la ville persécutaient violemment.

Les marchands formaient la partie la plus riche de la population urbaine. Le commerce se développait dans les villes, nées à l’époque de l’esclavage ou apparues sous la féodalité. Aux corporations dans l’artisanat correspondaient les guildes dans le commerce. Les guildes des marchands ont existé un peu partout à l’époque de la féodalité. On constate leur existence en Orient à partir du 9e siècle, en Europe occidentale à partir des 9e et 10e siècles, en Russie à partir du 12e siècle. Elles se proposaient surtout de lutter contre la concurrence des autres marchands, d’assurer l’unification des poids et mesures, de protéger les droits des marchands contre les entreprises des seigneurs.

Aux 9e et 10e siècles, il existait déjà un commerce important entre l’Orient et l’Europe occidentale, commerce auquel la Russie de Kiev prenait une part active. Les croisades (du 11e au 13e siècle) contribuèrent à son extension en ouvrant aux marchands d’Europe occidentale les marchés du Proche-Orient. L’or et l’argent d’Orient affluèrent en Europe. La monnaie fit son apparition là où on l’ignorait encore. Les villes italiennes, notamment Gênes et Venise, dont les navires assuraient le transport et le ravitaillement des croisés, participèrent directement à la conquête des marchés orientaux.

Les ports de la Méditerranée furent longtemps les principaux intermédiaires entre l’Europe occidentale et l’Orient. Mais le commerce se développa également dans les villes de l’Allemagne du Nord et des Pays-Bas situées sur les voies commerciales de la mer du Nord et de la Baltique. Au 14e siècle il s’y constitua une confédération commerciale, la Ligue hanséatique, qui groupa au cours des deux siècles qui suivirent près de 80 villes de différents pays d’Europe. La Ligue faisait le commerce avec l’Angleterre, la Scandinavie, la Pologne et la Russie. Les produits industriels d’Europe occidentale : draps de Flandre et d’Angleterre, toiles, articles métalliques d’Allemagne, vins de France, étaient échangés contre les fourrures, les peaux, le lard, le miel, le blé, le bois, la poix, les tissus de lin et autres articles artisanaux du nord-est de l’Europe. Les marchands rapportaient d’Orient les épices (poivre, clous de girofle, muscade), des parfums, des teintures, des cotonnades et des soieries, des tapis, et bien d’autres produits.

Aux 13e et 14e siècles les villes russes : Novgorod, Pskov et Moscou, étaient en relations très suivies avec l’Asie et l’Europe occidentale. Les marchands de Novgorod entretenaient des relations commerciales régulières avec les peuples du Nord (littoral de l’océan Glacial et pays au-delà de l’Oural), d’une part, avec la Scandinavie et l’Allemagne, d’autre part.

Le développement des villes et les progrès du commerce exercèrent une influence considérable sur la campagne féodale. L’économie seigneuriale était peu à peu entraînée dans la circulation marchande. Les seigneurs avaient besoin d’argent pour se procurer les objets de luxe et les articles de la ville. Aussi préféraient-ils remplacer la corvée et la redevance en nature par une redevance en argent. L’exploitation féodale se fit dès lors plus lourde. L’opposition entre la ville et la campagne, apparue avec l’esclavage, s’accentuait.

Date: 2010-2014