Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

6.1. Le passage de la manufacture à l’industrie mécanique.

p. 103Tant que la production avait pour base le travail manuel, comme ce fut le cas dans la phase manufacturière, le capitalisme ne pouvait réaliser une révolution radicale de toute la vie économique de la société. Cette révolution se fit lors du passage de la manufacture à l’industrie mécanique, qui naquit dans le dernier tiers du 18e siècle et se développa dans les pays capitalistes les plus importants de l’Europe et aux États-Unis, au cours du 19e siècle.

La base technique et matérielle de cette révolution fut la machine.

Tout ensemble de machines perfectionné comporte trois parties : 1o le moteur ; 2o le mécanisme de transmission ; 3o la machine d’opération ou machine-outil.

Le moteur donne l’impulsion à tout le mécanisme. Il engendre lui-même la force motrice (par exemple, la machine à vapeur), ou la reçoit du dehors, d’une force naturelle toute prête (par exemple, la roue hydraulique mise en mouvement par la puissance d’une chute d’eau).

Le mécanisme de transmission comporte toutes sortes de dispositifs (transmissions, engrenages, courroies, fils électriques, etc.), qui règlent le mouvement, en modifient en cas de nécessité la forme (par exemple, le changent de rectiligne en circulaire), le distribuent et le transmettent à la machine d’opération. Le moteur comme le mécanisme de transmission mettent en mouvement la machine d’opération.

La machine-outil agit directement sur l’objet du travail et y produit les modifications nécessaires selon le but assigné. Si l’on examine de près la machine-outil, on peut y trouver en général, quoique souvent sous une forme sensiblement modifiée, les mêmes instruments dont on se sert pour le travail manuel. Mais en tout état de cause, ce ne sont plus des instruments de travail manuel, mais des mécanismes, des instruments mécaniques. La machine-outil a été le point de départ d’une révolution qui a amené la substitution de la production mécanique à la manufacture. Après l’invention des instruments mécaniques, des changements radicaux se sont produits dans la structure des moteurs et des mécanismes de transmission.

Dans sa course au profit, le capital a acquis, avec la machine, un puissant moyen pour augmenter la productivité du travail. p. 104Premièrement, l’emploi des machines qui actionnent simultanément une multitude d’outils, a libéré le processus de la production de son cadre étroit déterminé par le caractère limité des organes humains. En second lieu, l’emploi des machines a permis pour la première fois d’utiliser dans le processus de la production d’immenses sources nouvelles d’énergie : la force motrice de la vapeur, du gaz et de l’électricité. Troisièmement l’emploi des machines a permis au capital de mettre au service de la production la science qui étend le pouvoir de l’homme sur la nature et ouvre des possibilités toujours nouvelles d’augmenter la productivité du travail. C’est sur la base de la grande industrie mécanique que s’est affirmée la domination du mode de production capitaliste. Avec la grande industrie mécanique le capitalisme acquiert la base matérielle et technique qui lui correspond.

Date: 2010-2014