Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

6.7. La socialisation capitaliste du travail et de la production. Les limites de l’usage des machines en régime capitaliste.

Sur la base du machinisme, en régime capitaliste, un grand progrès a été réalisé dans le développement des forces productives de la société par rapport au mode de production féodal. La machine a été la force révolutionnaire qui a transformé la société.

Le passage de la manufacture à la fabrique constitue une révolution technique complète qui réduit à néant toute l’habileté manuelle acquise au cours des siècles par les maîtres-artisans, révolution suivie de la démolition la plus brutale des rapports sociaux de production, d’une scission définitive entre les différents groupes participant à la production, d’une rupture totale avec la tradition, de l’aggravation et de l’extension de tous les côtés sombres du capitalisme, et en même temps de la socialisation en masse du travail par le capitalisme. On voit donc que la grande industrie mécanique est le dernier mot du capitalisme, le dernier mot de ses facteurs négatifs et de ses « éléments positifs ».

V. Lénine, « Le développement du capitalisme en Russie », Œuvres, t. 3, p. 480-481.

Sur la base de la grande industrie mécanique s’opère un processus spontané de vaste socialisation du travail par le capital.

Premièrement, grâce à l’emploi des machines la production industrielle se concentre de plus en plus dans les grandes entreprises. La machine exige par elle-même le travail collectif de nombreux ouvriers.

En second lieu, avec le capitalisme se développe de façon continue la division sociale du travail. Le nombre des branches industrielles et agricoles augmente. En même temps, l’interdépendance des branches et des entreprises devient de plus en plus étroite. Avec la haute spécialisation des branches d’industrie, le fabricant qui produit, par exemple, des tissus, dépend directement du fabricant qui produit les filés ; ce dernier, du capitaliste produisant le coton, du propriétaire de l’usine de constructions mécaniques, des houillères, etc.

Troisièmement, le morcellement des petites unités éconop. 115miques propre à l’économie naturelle disparaît, et les petits marchés locaux se fondent en un immense marché national et mondial.

Quatrièmement, le capitalisme avec son industrie mécanique refoule les diverses formes de dépendance personnelle du travailleur. Le travail salarié devient la base de la production. Il se crée une grande mobilité de la population, ce qui assure un afflux constant de main-d’œuvre dans les branches ascendantes de l’industrie.

Cinquièmement, avec l’expansion de la production mécanique, on voit apparaître une multitude de centres industriels et de grandes villes. La société se scinde de plus en plus en deux classes antagonistes fondamentales : la classe des capitalistes et la classe des ouvriers salariés.

La socialisation du travail et de la production, réalisée sur la base du machinisme, constitue un grand pas en avant dans le développement progressif de la société. Mais le bas égoïsme des capitalistes, âpres au gain, met des limites au développement des forces productives.

Du point de vue social, l’emploi de la machine est avantageux si le travail que nécessite la fabrication de la machine est inférieur à celui que son emploi permet d’économiser, et aussi si la machine allège le travail. Mais ce qui importe pour le capitaliste, ce n’est pas l’économie du travail social ni l’allègement du travail de l’ouvrier, mais l’économie réalisée sur le salaire. Les limites de l’emploi des machines pour le capitaliste sont donc plus étroites. Elles sont déterminées par la différence entre le prix de la machine et le salaire des ouvriers qu’elle élimine. Plus le salaire est bas, plus faible est la tendance du capitaliste à introduire des machines. Aussi le travail manuel est-il encore jusqu’à présent largement utilisé dans l’industrie des pays capitalistes même les plus développés.

La grande industrie mécanique a aggravé la concurrence entre les capitalistes, renforcé le caractère spontané, l’anarchie de toute la production sociale. L’usage capitaliste des machines a contribué non seulement au développement rapide des forces productives de la société, mais aussi à l’oppression du travail par le capital, à l’aggravation de toutes les contradictions inhérentes au mode de production capitaliste.

Date: 2010-2014