Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

7.2. La transformation de l’argent en capital.

Tout capital commence sa carrière sous la forme d’une somme déterminée d’argent. L’argent par lui-même n’est pas un capital. Lorsque, par exemple, de petits producteurs indépendants échangent des marchandises, l’argent intervient comme moyen de circulation, mais non comme capital. La formule de la circulation des marchandises est la suivante : M (marchandise) — A (argent) — M (marchandise), c’est-à-dire vente d’une marchandise pour achat d’une autre marchandise. L’argent devient capital quand il est employé aux fins d’exploitation du travail d’autrui. La formule générale du capital est A — M — A. c’est-à-dire acheter pour vendre aux fins d’enrichissement.

La formule M — A — M signifie qu’une valeur d’usage est échangée contre une autre : le producteur livre la marchandise dont il n’a pas besoin et reçoit en échange une autre marchandise dont il a besoin pour sa consommation. La valeur d’usage est le but de la circulation. Inversement, avec la formule A — M — A, les points de départ et d’arrivée du mouvement coïncident : au départ le capitaliste avait de l’argent, et il en a au terme de l’opération. Le mouvement du capital serait inutile si, à la fin de l’opération, le capitaliste avait la même somme d’argent qu’au début. Tout le sens de son activité est qu’à la suite de l’opération il se trouve avoir une plus grande somme d’argent qu’auparavant. Le but de la circulation est l’augmentation de la valeur. La formule générale du capital dans sa forme intégrale est donc celle-ci : A — M — A′ où A′ désigne la somme d’argent accrue.

p. 119Le capital avancé, c’est-à-dire le capital mis en circulation, retourne à son possesseur avec un certain excédent.

D’où vient l’excédent du capital ? Les économistes bourgeois, soucieux de masquer la vraie source de l’enrichissement des capitalistes, affirment fréquemment que ce surplus provient de la circulation des marchandises. Affirmation gratuite ! En effet, si l’on fait l’échange de marchandises et d’argent d’égale valeur, c’est-à-dire d’équivalents, aucun des possesseurs de marchandises ne peut tirer de la circulation une valeur plus grande que celle qui est incorporée dans sa marchandise. Et si les vendeurs réussissent à vendre leurs marchandises à un prix plus élevé que leur valeur, par exemple de 10 %, ils doivent, en devenant acheteurs, payer aux vendeurs en sus de la valeur les mêmes 10 %. Ainsi, ce que les possesseurs de marchandises gagnent comme vendeurs, ils le perdent comme acheteurs. Or, en réalité, toute la classe des capitalistes bénéficie d’un accroissement de capital. Il est évident que le possesseur d’argent, devenu capitaliste, doit trouver sur le marché une marchandise dont la consommation crée une valeur, et une valeur supérieure à celle qu’elle possède elle-même. En d’autres termes, le possesseur d’argent doit trouver sur le marché une marchandise dont la valeur d’usage posséderait elle-même la faculté d’être source de valeur. Cette marchandise est la force de travail.

Date: 2010-2014