Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

7.4. La production de la plus-value est la loi économique fondamentale du capitalisme.

La valeur de la force de travail et la valeur créée dans le processus de sa consommation sont deux grandeurs différentes. La différence entre ces deux grandeurs est la condition préalable nécessaire de l’exploitation capitaliste.

Dans notre exemple, le capitaliste, en dépensant 6 dollars pour embaucher un ouvrier, reçoit une valeur créée par le travail de l’ouvrier, égale à 12 dollars. Le capitaliste récupère le capital qu’il a d’abord avancé avec une augmentation ou un excédent égal à 6 dollars. Cet excédent constitue la plus-value.

La plus-value est la valeur créée par le travail de l’ouvrier salarié en plus de la valeur de sa force de travail, et que le capitaliste s’approprie gratuitement. Ainsi, la plus-value est le fruit du travail non payé de l’ouvrier.

La journée de travail dans l’entreprise capitaliste comporte deux parties : le temps de travail nécessaire et le temps de travail supplémentaire ; le travail de l’ouvrier salarié se décompose en travail nécessaire et surtravail. Pendant le temps de travail nécessaire, l’ouvrier reproduit la valeur de sa force de travail, et pendant le temps de surtravail, il crée la plus-value.

Le travail de l’ouvrier en régime capitaliste est processus de consommation par le capitaliste de la marchandise force de travail, c’est-à-dire processus pendant lequel le capitaliste soutire à l’ouvrier la plus-value. Le processus de travail en régime capitaliste est caractérisé par deux particularités fondamentales. p. 122Premièrement, l’ouvrier travaille sous le contrôle du capitaliste à qui appartient le travail de l’ouvrier. En second lieu, au capitaliste appartient non seulement le travail de l’ouvrier, mais aussi le produit de ce travail. Ces particularités du processus de travail font du travail de l’ouvrier salarié un dur et odieux fardeau.

Le but immédiat de la production capitaliste est la production de la plus-value. En conséquence, seul un travail créateur de plus-value est considéré comme travail productif en régime capitaliste. Si donc l’ouvrier ne crée pas de plus-value, son travail est un travail improductif, inutile pour le capitaliste.

Contrairement aux anciennes formes d’exploitation — esclavagiste et féodale — ’exploitation capitaliste se présente sous une forme déguisée. Lorsque l’ouvrier salarié vend sa force de travail au capitaliste, cette transaction apparaît au premier abord comme une transaction habituelle entre possesseurs de marchandises, comme un échange ordinaire d’une marchandise contre de l’argent, effectué en accord avec la loi de la valeur. Mais la transaction vente-achat de la force de travail n’est qu’une forme extérieure derrière laquelle se cachent l’exploitation de l’ouvrier par le capitaliste, l’appropriation par l’entrepreneur, sans aucun équivalent, du travail non payé de l’ouvrier.

En analysant l’essence de l’exploitation capitaliste, nous supposons que le capitaliste, en louant l’ouvrier, lui paie la valeur intégrale de sa force de travail, déterminée par la loi de la valeur. Plus tard, en examinant le salaire, nous montrerons qu’à la différence des prix des autres marchandises, le prix de la force de travail, en règle générale, oscille au-dessous de sa valeur. Cela a pour effet d’augmenter encore l’exploitation de la classe ouvrière par la classe des capitalistes.

Le capitalisme permet à l’ouvrier salarié de travailler et, par conséquent, de vivre, dans la mesure seulement où il travaille un certain temps à titre gratuit pour le capitaliste. Lorsqu’il quitte une entreprise capitaliste, l’ouvrier, dans le meilleur des cas, entre dans une autre entreprise capitaliste où il subit la même exploitation. En dénonçant le travail salarié comme un système d’esclavage salarié, Marx disait que si l’esclave romain était chargé de fers, l’ouvrier salarié est attaché à son maître par des fils invisibles. Ce maître, c’est la classe des capitalistes dans son ensemble.

La plus-value créée par le travail non payé des ouvriers salariés constitue la source commune des revenus, non acquis par le travail, des différents groupes de la bourgeoisie : industriels, commerçants, banquiers, ainsi que de la classe des propriétaires fonciers.

La production de la plus-value est la loi économique fondamentale du capitalisme. En définissant le capitalisme, Marx disait :

Produire de la [plus-value], faire du plus et du plus, telle est la loi absolue de ce mode de production.

K. Marx, Le Capital, Livre I, p. 693.

p. 123Les traits essentiels de cette loi consistent dans la production sans cesse croissante de plus-value, et dans l’appropriation de celle-ci par les capitalistes sur la base de la propriété privée des moyens de production et grâce à l’intensification de l’exploitation du travail salarié et à l’élargissement de la production. La loi économique fondamentale exprime l’essence même des rapports de production capitalistes ; elle est la loi du mouvement du capitalisme ; elle détermine le caractère inévitable de l’accroissement et de l’aggravation de ses contradictions.

Le capital n’a pas inventé le surtravail. Partout où la société est composée d’exploiteurs et d’exploités, la classe dominante soutire du surtravail aux classes exploitées. Mais contrairement au maître d’esclaves et au seigneur féodal, qui, par suite du régime d’ qui régnait alors, consacraient la plus grande partie des produits du surtravail des esclaves et des serfs à la satisfaction immédiate de leurs besoins et de leurs caprices, le capitaliste convertit en argent tout le produit du surtravail des ouvriers salariés. Le capitaliste consacre une partie de cet argent à l’achat d’objets de consommation et d’objets de luxe ; l’autre partie de cet argent, il !a met de nouveau en œuvre à titre de capital additionnel qui produit une nouvelle plus-value. Aussi le capital manifeste-t-il, selon l’expression de Marx, une voracité de loup pour le surtravail.

La course à la plus-value est le principal moteur du développement des forces productives en régime capitaliste. Aucune des formes antérieures de régime d’exploitation — ni l’esclavage ni la féodalité — ne possédait un tel stimulant du progrès technique.

Lénine a appelé la théorie de la plus-value la pierre angulaire de la théorie économique de Marx. En révélant dans sa théorie de la plus-value l’essence de l’exploitation capitaliste, Marx a porté un coup mortel à l’économie politique bourgeoise et à ses affirmations sur l’harmonie des intérêts des classes en régime capitaliste et il a donné à la classe ouvrière une arme spirituelle pour renverser le capitalisme.

Date: 2010-2014