Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

Résumé du chapitre 8

  1. Le salaire dans la société capitaliste est l’expression monétaire de la valeur de la force de travail, son prix qui apparaît comme le prix du travail. Le salaire masque le rapport de l’exploitation capitaliste, en créant une apparence trompeuse qui fait croire que l’ouvrier est payé pour tout le travail fourni, alors qu’en réalité le salaire n’est que le prix de sa force de travail.

  2. Les formes essentielles du salaire sont le salaire au temps et le salaire aux pièces. Avec le salaire au temps, la grandeur du gain de l’ouvrier se trouve dépendre du temps qu’il a fourni. Avec le salaire aux pièces, la grandeur du gain de l’ouvrier est déterminée par la quantité des articles fabriqués par lui. Afin d’augmenter la plus-value, les capitalistes appliquent toutes sortes de systèmes de surexploitation qui mènent à l’intensification extrême du travail et à la prompte usure de la force de travail.

  3. Le salaire nominal est la somme d’argent que l’ouvrier reçoit pour la force de travail qu’il vend au capitaliste. Le salaire réel est le salaire exprimé en moyens de subsistance de l’ouvrier ; il indique la quantité de moyens de subsistance et de services que l’ouvrier peut acheter avec son salaire.

  4. Le développement du capitalisme a pour effet de diminuer le salaire réel. Contrairement au prix des autres marchandises, le prix de la force de travail, en règle générale, oscille au-dessous de sa valeur. Cela est dû avant tout au chômage, à l’emploi en grand du travail des femmes et des enfants, au salaire extrêmement bas des ouvriers agricoles, et aussi des ouvriers des pays coloniaux et dépendants. L’augmentation des prix des objets de consommation, les loyers élevés et l’accroissement des impôts sont des éléments importants de la baisse du salaire réel.

  5. p. 148La classe ouvrière, unie dans les syndicats, lutte pour la réduction de la journée de travail et pour l’augmentation du salaire. La lutte économique du prolétariat contre le capital ne peut, par elle-même, le soustraire à l’exploitation. Ce n’est qu’avec la liquidation du mode de production capitaliste, par la lutte politique révolutionnaire, que seront éliminées les conditions de l’oppression économique et politique de la classe ouvrière.

Date: 2010-2014