Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

8.1. Le prix de la force de travail. La nature du salaire.

p. 134Avec le mode de production capitaliste, la force de travail, comme toute autre marchandise, possède une valeur. La valeur de la force de travail, exprimée en argent, est le prix de la force de travail.

Le prix de la force de travail se distingue du prix des autres marchandises. Quand le producteur vend sur le marché, par exemple, de la toile, la somme d’argent qu’il en retire n’est autre chose que le prix de la marchandise vendue. Quand le prolétaire vend au capitaliste sa force de travail et en reçoit une somme d’argent déterminée sous forme de salaire, cette somme d’argent n’apparaît pas comme le prix de la marchandise force de travail, mais comme le prix du travail.

Cela tient à plusieurs causes. Premièrement, le capitaliste paye son salaire à l’ouvrier après que celui-ci a accompli son travail. En second lieu, le salaire est établi soit au prorata du temps de travail fourni (heures, jours, semaines), soit au prorata de la quantité du produit fabriqué. Prenons l’exemple de tout à l’heure. Supposons que l’ouvrier travaille 12 heures par jour. En 6 heures, il produit la valeur de 6 dollars, égale à la valeur de sa force de travail. Pendant les 6 autres heures, il produit la valeur de 6 dollars qui constitue la plus-value que le capitaliste s’approprie. L’entrepreneur ayant loué le prolétaire pour une journée de travail complète, lui paye pour ce total de 12 heures de travail 6 dollars. De là, l’apparence trompeuse selon laquelle le salaire serait le prix du travail, et 6 dollars le paiement complet de toute une journée de travail de 12 heures. En réalité, les 6 dollars ne représentent que la valeur journalière de la force de travail, tandis que le travail du prolétaire a créé une valeur égale à 12 dollars. Et si l’entreprise paye selon la quantité du produit fourni, l’apparence se crée que l’ouvrier est payé pour le travail dépensé par lui pour chaque unité de marchandise fabriquée, c’est-à-dire que, cette fois encore, tout le travail dépensé par l’ouvrier est payé intégralement.

p. 135Cette apparence trompeuse n’est pas une erreur due au hasard. Elle est engendrée par les conditions mêmes de la production capitaliste dans lesquelles l’exploitation est masquée, estompée, et où les rapports de l’entrepreneur et de l’ouvrier salarié sont présentés de façon déformée comme des rapports entre possesseurs égaux de marchandises.

En réalité, le salaire de l’ouvrier salarié n’est pas la valeur ou le prix de son travail. Si l’on admet que le travail est une marchandise ayant une valeur, la grandeur de cette valeur doit pouvoir se mesurer. Il est évident que la grandeur de la « valeur du travail », comme celle de toute autre marchandise, doit se mesurer par la quantité de travail qui y est incorporée. Une telle hypothèse conduit à un cercle vicieux : le travail est mesuré par le travail.

De plus, si le capitaliste payait à l’ouvrier la « valeur du travail », c’est-à-dire tout son travail, il n’y aurait pas de source d’enrichissement pour le capitaliste, pas de plus-value, autrement dit il ne pourrait y avoir de mode de production capitaliste.

Le travail est créateur de la valeur des marchandises, mais lui-même n’est pas une marchandise et ne saurait avoir une valeur. Ce qu’on appelle dans la vie courante la « valeur du travail » est en réalité la valeur de la force de travail.

Le capitaliste achète sur le marché non pas le travail, mais une marchandise particulière, la force de travail. La consommation de force de travail, c’est-à-dire la dépense d’énergie musculaire, nerveuse, cérébrale de l’ouvrier, est le processus du travail. La valeur de la force de travail est toujours inférieure à la valeur nouvellement créée par le travail de l’ouvrier. Le salaire n’est le paiement que d’une partie de la journée de travail, du temps de travail nécessaire. Mais comme le salaire apparaît sous forme de paiement du travail, on a l’impression que la journée de travail est payée intégralement. C’est pourquoi Marx qualifie le salaire dans la société bourgeoise de forme transformée de la valeur, ou du prix, de la force du travail.

Le salaire du travail n’est pas ce qu’il paraît être, à savoir la valeur (ou le prix) du travail, mais seulement une forme déguisée de la valeur (ou du prix) de la force de travail.

K. Marx et F. Engels, Critique des programmes de Gotha et d’Erfurt, p. 30, Éditions sociales, Paris, 1950.

Le salaire est l’expression monétaire de la valeur de la force de travail, son prix qui apparaît extérieurement comme le prix du travail.

Sous le régime de l’esclavage, entre le maître et l’esclave, il n’y a pas de transaction vente-achat de la force de travail. L’esclave est la propriété du maître. C’est pourquoi il semble que tout le travail de l’esclave est fait gratuitement, que même la partie du travail qui couvre les frais d’entretien de l’esclave est un travail non payé, travail fait pour le compte du maître. p. 136Dans la société féodale, le travail nécessaire du paysan dans son exploitation et le surtravail sur le domaine du seigneur sont nettement délimités, dans le temps et l’espace. En régime capitaliste même le travail non payé de l’ouvrier salarié apparaît comme du travail payé.

Le salaire dissimule toutes les traces de la division de la journée de travail en temps de travail nécessaire et en temps de surtravail, en travail payé et non payé, et c’est ainsi qu’il masque le rapport d’exploitation capitaliste.

Date: 2010-2014